Promotion de la culture de bambou: Bientôt l’adhésion de la Rdc à l’INBAR

par -
0 215

Avec l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme national Bambou du Congo (PNBC) vient de d’organiser ce vendredi 10 mai 2019 au Cercle Gourmand de Kinshasa-Gombe, l’atelier d’évaluation du processus d’adhésion de la République démocratique du Congo au Réseau international du bambou et de rotin, INBAR en sigle.

Ce, afin d’amplifier le travail déjà amorcé en amont (avec la mise en place depuis 2016 du PNBC visant l’amélioration des revenus des ménages agricoles et la préservation de la forêt), et parvenir à l’adhésion effective de la Rdc à l’INBAR d’ici la fin du second semestre de l’an 2019.

A en croire le chargé des opérations de la FAO – Rdc, M. Judicaël Azehoun Pazou, cette adhésion de la Rdc à l’INBAR qui est d’ailleurs l’ultime objectif de son organisation dans les prochains mois, contribuera à améliorer les conditions des populations rurales, à booster le développement de la filière bambou en Rd Congo, ainsi qu’à l’éradication de l’extrême pauvreté à travers le pays.

« De ce fait, la FAO ne ménagera aucun effort de travailler en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes à travers un appui technique soutenu, pour encourager la finalisation du processus d’adhésion de la Rdc à l’INBAR », a-t-il rassuré dans son mot de circonstance.

Représentant le ministre de l’Agriculture empêché, le directeur de cabinet adjoint Charly Mukanda Wa Mbula Masengo, a signifié dans son discours d’ouverture que « Cet atelier est un signal fort d’intégration, dans notre système économique et de sauvegarde environnementale et sociale, des vertus et des dérivés que contient la plante bambou. Bien qu’autrefois négligée et mal connue, elle est de multiple usages quant à ce qui concerne son adaptation climatique et édaphique avérée, ainsi que sa contribution à la lutte contre la pauvreté par la création des emplois ».

Et il a indiqué que les résultats attendus de cet atelier sont d’abord de permettre les participants d’avoir des connaissances approfondies sur le Traité d’INBAR, et de maîtriser les différentes étapes et les avantages relatifs à la procédure d’adhésion. Mais aussi, de permettre aux parties prenantes (représentants des Ministères sectoriels et d’autres institutions étatiques, des organisations internationales et onusiennes ainsi que de la Société civile) d’élaborer des stratégies de plaidoyer et d’instituer une commission chargée de suivi de l’exécution des recommandations issues de ces travaux afin d’arriver à l’adhésion effective de la Rdc au Traité d’INABAR.

Auparavant, le Dircaba du ministre de l’Agriculture Charly Mukanda a souligné dans son speech que le Gouvernement de la Rdc, reconnaissant le bambou comme produit forestier non ligneux capable d’atténuer les pressions anthropiques exercées sur le couvert végétal, et appuyé techniquement et financièrement par la FAO, a mis en place son Programme national bambou du Congo (PNBC) comme politique nationale de relance de son secteur agricole.

Et ce, dans le but de réduire le taux de la déforestation qui a augmenté de 0,44 % entre les années 2000 et 2010, et de 1,25 % de 2010 à 2014. « C’est dans cette optique de rénovation des politiques agricoles que le Gouvernement, à travers son ministre de l’Agriculture, a sollicité l’adhésion de la Rdc à l’INBAR afin de bénéficier du statut d’Etat-membre. Il est donc urgent que tout soit mis en œuvre pour que la Rdc puisse jouer réellement son rôle de contribuer à la lutte contre l’altération de l’écosystème mondial », a déclaré le Dircaba Charly Mukanda avant de lancer officiellement les travaux de cet atelier.

A savoir, c’est depuis la date du 06 mars 1997 que le Programme bambou est organisé dans le Réseau international de recherche sur le bambou et rotin (INBAR) grâce à l’appui financier du Fonds international de développement agricole (FIDA) en collaboration avec le Centre de recherche pour le développement international (CRDI).

Et comme organisation intergouvernementale, l’INBAR a développé des pôles nationaux et régionaux et ouvre ses portes à tous les Etats-membres des Nations-Unies.

Lepetit Baende 

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse