Promesse tenue de Félix Tshisekedi: Franck Diongo, Firmin Yangambi, … libérés. Lumeya, Mukoko, le DG et le DGA de l’ARPTC suspendus

Lors de son discours à l’occasion du lancement du programme d’actions pour les 100 premiers jours de fonction, le Président de la République démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi avait promis de prendre des mesures de grâce présidentielle au bénéfice des prisonniers politiques. « A cet effet, dans les dix jours, je vais prendre une mesure de grâce présidentielle au bénéfice des prisonniers politiques ayant été condamnés par de décisions coulées en force de chose jugée. En même temps, je vais instruire le Ministre de la Justice de prendre dans le même délai susdit, toutes les mesures nécessaires, dans les conditions prévues par la loi, pour une libération conditionnelle de toutes les personnes détenues pour les délits d’opinion, notamment dans le cadre des manifestations politiques d’avant les élections », avait-il indiqué. Aujourd’hui c’est chose faite. Après une journée à suspens, c’est le Directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe qui est passé hier soir à la Rtnc, pour annoncer ces mesures, à la grande satisfaction du public.

Ainsi, trois ordonnances ont été signées, accordant des mesures individuelles de grâce à Firmin Yangambi ex-candidat déclaré à la présidentielle de 2011 et Franck Diongo Shomba, président du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP), condamné en 2016 pour « séquestration de trois militaires de la Garde républicaine ». La question de la libération de Diomi a été “vidée”, a annoncé Kamerhe, affirmant que le ministre de la Justice, Alexis Ntambwe Mwamba, qui regagnera Kinshasa jeudi, va signer l’Arrêté portant “libération conditionnelle » du président de la « Démocratie Chrétienne ».

Outre Firmin Yangambi et Franck Diongo, d’autres compatriotes répondant aux critères fixés par la loi, sont aussi libérés. Au même moment, une autre mesure de grâce collective a été prise, pour ceux qui ont été condamnés à la suite des réunions ou des manifestations publiques. Voilà qui va permettre, une fois de plus, à Félix Tshisekedi de montrer ses couleurs et de trancher avec le pouvoir du président honoraire, Joseph Kabila Kabange.

Lumeya, Mukuko et Manikunda suspendus

Au-delà de ces mesures de grâce qui sont la conséquence de la promesse donnée par le Président de la République, Félix Tshisekedi a aussi instruit le Premier ministre de suspendre le ministre des Affaires foncières, Lumeya-dhu-Malegi et de requérir le Procureur général de la Cour de Cassation pour l’ouverture d’une action judiciaire à son encontre. A en croire le Directeur de cabinet qui donnait cette mesure, il a été notamment demandé au ministre Lumeya de rapporter les Arrêtés pris par lui en violation de la loi. Chose qu’il n’a jamais faite, s’illustrant donc par une insubordination vis-à-vis de ses chefs hiérarchiques.

De même, M. Oscar Manikunda, président de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPTC), a été suspendu de toutes ses fonctions et son intérim sera assumé par le vice-président. Il lui est reproché de s’être illustré par des actes de mégestion et d’insubordination vis-à-vis de la hiérarchie.

Terminons par la Société congolaise des transports et ports (SCTP), ex-Onatra où le Directeur général, le professeur Daniel Mukoko et son adjoint ont été suspendus de leurs fonctions. Il leur est reproché d’avoir commis des actes de mégestion. A la même occasion, le Premier ministre a été instruit d’y diligenter une mission d’audit.

Pour parvenir à toutes ces mesures, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat pense qu’il y a eu des rapports et rassure les concernés que leur présomption d’innocence sera garantie. C’est donc, à l’en croire, un message pour que tous les mandataires comprennent que c’est la fin de la recréation et non une chasse à la sorcière.

Kamerhe annonce une tournée au Burundi et en Ouganda

De retour à Kigali au Rwanda où il a été porteur du message du président de la République, Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, au micro de la Rtnc, a expliqué que ce pays étant notre voisin, nous sommes condamnés par l’histoire de vivre dans la bonne entente. Il a rappelé l’histoire de la France et l’Allemagne qui se sont fait la guerre à l’époque, et qui sont aujourd’hui les alliés et travaillent pour l’amélioration des conditions de vie de leurs populations respectives, et surtout pour la consolidation de l’Union européenne.

« J’ai été porteur du message du président de la République, Félix Tshisekedi, à son homologue du Rwanda », dit-il, avant d’ajouter que le président congolais avait promis, lors de son discours d’investiture, qu’il allait instaurer la paix dans la région des Grands Lacs, surtout avoir une coopération gagnant-gagnant avec les pays de la région. Tout en confirmant qu’il s’est agi de la sécurité, Kamerhe d’expliquer que Félix Tshisekedi ne peut pas dormir tranquillement lorsqu’à Beni et Butembo (Nord-Kivu), ou au Kasaï, des Congolais sont tués.

C’est ainsi qu’il a dépêché son Directeur de cabinet pour présenter le plan pour rétablir la paix et passer au développement intégral de la région. Il a aussi profité de cette tribune lui offerte par la Rtnc, pour informer l’opinion tant nationale qu’internationale qu’il conduirait la même mission au Burundi, chez le président Nkurunziza et en Ouganda, chez Yoweri Kaguta Museveni. « Il n’y a rien qui puisse remplacer la paix », précise-t-il avant d’affirmer que le président Kagame les a bien accueillis. Ainsi, il le remercie pour l’accueil.

Jean-Marie Nkambua

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse