Parrainée par la Ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou: Barbara Kanam se lance dans la promotion des droits de la femme

par -
0 354

Il s’est tenue ce mardi 21 mai 2019 à Kinshasa, une cérémonie haute en couleur portant sur la présentation du Diplôme de ‘’Docteur Honoris Causa de la World Music’’ de l’artiste musicienne Barbara Kanam décroché à l’Université de Floride aux USA. Placée sous le parrainage de la Ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa, avec l’appui technique et financier de l’Ong internationale Ipas/RDC, cette cérémonie a connu la présence de plusieurs personnalités politiques, des artistes musiciens, des mouvements féminins des jeunes et tant d’autres. Parmi les personnalités politiques, l’on a noté la présence de l’honorable députée nationale Jaynet Kabila, de l’ancien chef de la Maison civile de Joseph Kabila, le pasteur Théodore Mugalu, du représentant de l’actuelle Première Dame de la République, de la Ministre provinciale du Genre/ville de Kinshasa, Thérèse Olenga, de la vice-ministre honoraire de l’Intérieur et sécurité, Martine Bukasa… les professionnels des médias membres du Réseau des Journalistes pour la santé sexuelle et reproductive (RJSSR/RDC) n’ont pas manqué à ce rendez-vous, où une étape d’échange avec la star avait eu lieu.

L’artiste musicienne et ambassadrice de la culture congolaise, Barbara Kanam était à l’honneur ce mardi 21 mai 2019 pour son élévation au rang des Femmes de valeur, à travers son diplôme de Docteur Honoris Causa de la World Music lui décerné par l’Observatoire Africain pour la Sanction Positive et valeurs de la Paix (OASP), à Miami Institute Floride des Etats-Unis d’Amérique.

Plusieurs temps forts ont marqué cette activité, notamment la présentation dudit diplôme, et le parrainage de Barbara Kanam par la Ministre nationale du Genre, Enfant et Famille, comme championne de la promotion des Instruments juridiques nationaux et internationaux des Droits de la Femme, en l’occurrence le Protocole de Maputo, ainsi qu’une séance d’échange avec la Presse.

Du premier point, le commissaire général de l’OASP, le professeur André Kabwit Muyej a affirmé que ce diplôme a été décerné à Barbara Kanam pour une musique de recherche des racines, des aires et danses découlant de l’âme négro-africaine.

« Barbara Kanam est le temple du grand art. Elle est la fleur de lys de l’Afrique subsaharienne. Elle est le type de femme exigeante avec elle-même, aux mélodies de la nouvelle lune, qui raisonnent dans les cœurs et libèrent chez autrui les reins engourdis », a dit le professeur Kabwuit.

En second lieu, la Ministre congolaise du Genre, Enfant et Famille, et présidente du Comité Technique Spécialisé de l’Union Africaine sur l’autonomisation de la Femme et l’égalité du Genre, Chantal Safou Lopusa, marraine de la nouvelle championne pour la Promotion des Droits de la Femme, s’est dite d’abord heureuse de cette récompense offerte à Barbara Kanam par l’une des plus prestigieuses universités de la planète qu’est l’Université de Floride aux USA.

Ensuite, la patronne du Genre a salué le rapprochement discographique et scénique de Barbara Kanam avec l’Ong internationale Ipas, qui est une organisation mondiale qui œuvre pour accroitre la capacité des femmes à exercer leurs Droits en matière de sexualité et de procréation, et à mettre fin aux décès et blessures résultant d’un avortement pratiqué dans de mauvaises conditions.

« Pour nous, en tant que Ministère du Genre, Enfant et Famille, notre réponse est simple : il s’agit d’une Femme, et de par notre mission de promouvoir la femme,  nous avons simplement saisie une opportunité en or pour encourager une leader de la trempe de Barbara Kanam et l’emmener à rejoindre le club des championnes de la vulgarisation des instruments juridiques nationaux et internationaux sur la promotion des Droits de la Femme et de la Famille », a déclaré la marraine de la championne Kanam.

Poursuivant son mot, Chantal Safou Lopusa n’a pas manqué de saluer le parcours de la « Diva africaine et congolaise », qui renseigne qu’elle est, en plus d’être une célèbre artiste, une femme engagée pour la paix et l’éducation des enfants auprès des deux agences du système des Nations Unies, à savoir l’Unicef et l’Unesco, et qui a participé à de nombreux projets humanitaires avec des groupes et artistes comme Magic System, Tiken Jah Fakoly, Jacob Desvarieux…

« Elle s’est engagée à rejoindre les championnes du Protocole de Maputo dans leur apostolat. Par conséquent, elle nous a avoué être pressée d’ajouter cette flèche à son arc pour demander, au moyen de sa voix et de sa musique, dont elle se bat pour qu’elle soit accessible à tous, pour influencer les décideurs des Etats parties du Protocole de Maputo, d’entreprendre des actions positives spécifiques…Et pour coiffer ce serment laborieux, elle s’engage à œuvrer pour la promotion du Droit à la Santé sexuelle et au contrôle des fonctions de reproduction, conformément à l’article 14 du Protocole de Maputo », a ajouté la Ministre Chantal Safou Lopusa.

Le satisfecit de Kanam

Pour sa part, la présidente de la Fondation Kanam et nouvelle championne pour la Promotion des Droits de la Femme, a salué l’implication de la Ministre du Genre dans les questions touchant aux Droits de la Femme. Ensuite, elle a affirmé, du haut de la tribune, que ce jour reste pour elle un appel à beaucoup plus de sens de responsabilité a passé en revue la situation des femmes congolaises, où plusieurs sont meurtries, abusées, violées, mais aussi où plusieurs femmes et jeunes filles trouvent la mort pour avoir pratiqué un avortement clandestin dans un dispensaire ou centre médical de fortune, ne réunissant pas les conditions qu’il faut.

« Mes propos de ce jour se voudraient l’interpellation d’une jeune femme, d’une mère, d’une jeune fille à l’homme, aux organisations, aux institutions de la République, car la Femme a le droit de disposer sexuellement de son corps. Elle a le droit de tomber enceinte lorsqu’elle le souhaite et vice versa. Nous disons non aux avortements pratiqués hors normes. Jusqu’à quand la société gardera-t-elle un silence quant à ce ? Je vous rassure qu’à travers ma fondation, à promouvoir les droits de la femme, et à en faire un large écho auprès des grands décideurs du pays et du monde, afin que cesse toute sorte de discrimination liée au Genre. J’entreprendrai plusieurs actions, en campagne ou en ville, de porter la voix de la femme et appeler à la mise en œuvre du Protocole de Maputo », a duit Barbara Kanam.

Après son allocution, elle a répondu aux questions des journalistes, avant de boucler l’activité par une séance des photos de famille, et un cocktail.

Bernetel Makambo  

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse