Lutte contre le VIH/SIDA pédiatrique en Rdc. La 1ère conférence-débat sur le VIH/SIDA pédiatrique oblige l’Etat à augmenter le budget de la riposte

par -
0 226

Plusieurs recommandations ont sanctionné la première conférence débat, organisée par l’Asbl «  La Main sur le cœur », ayant eu pour thème: «  VIH/SIDA pédiatrique et son traitement en République démocratique du Congo », dont la plus importante oblige au Gouvernement de la République d’augmenter le budget de l’Etat sur la riposte  nationale contre  cette pandémie.

Au Gouvernement de la République,  a lu   le modérateur Henri  Désiré N’zouzi, les participants ont recommandé la mise en œuvre des politiques publiques idoines compatibles à l’ampleur des défis et traitement  VIH/SIDA pédiatrique à Kinshasa comme à l’intérieur du pays.

D’augmenter significativement le budget de l’Etat sur la riposte  nationale contre le VIH/SIDA et de garantir l’effectivité de la gratuité de l’école primaire et des soins médicaux pour les enfants.

Aussi, ils ont appelé l’Etat congolais à renforcer  les recherches sur le VIH/SIDA aux Cliniques universitaires, d’encourager le retour des pédiatres congolais  en exil  à œuvrer dans des différents programmes de riposte contre le VIH/SIDA en Rdc, et de promouvoir l’innovation dans l’offre des services du VIH/SIDA.

« Nous recommandons au Gouvernement de  la République d’appuyer le déploiement du logiciel  Landela sur toute l’étendue du pays », ont-ils déclaré à la fin de cette grande journée scientifique, qui a connu la participation de la première Dame Denise Nyakeru Tshisekedi, et de plusieurs scientifiques et partenaires œuvrant dans ce secteur. Cette conférence était tenue en marge de la  journée mondiale de l’orphelin du VIH/SIDA, organisée le 7 mai de chaque année.

Les concernant, les participants  se sont engagés à continuer à informer et à sensibiliser les  décideurs et les communautés en vue d’appuyer la scolarisation des  orphelins du VIH/SIDA en RDC et de faire le suivi et mener un réel plaidoyer  pour la mise en œuvre effective  des différentes recommandations issues des présentes assises.

«  Nous demandons au  président de la République d’impulser  un profond et un réel engagement politique au sommet de l’Etat  en matière d’appui à  la lutte contre le VIH/SIDA.  A A la distinguée première dame,  de mener  un fort plaidoyer auprès de différents interlocuteurs et décideurs », ont-il affirmé, avant d’inviter le parlement de proposer un cadre normatif  adopté aux besoins et enjeux du VIH/SIDA pédiatrique en Rdc, et aussi de faire évoluer la législation congolaise en écartant  toutes formes des contraintes notamment celle limitant le dépistage des enfants à l’autorisation des parents.

Aux cours et tribunaux, ils leur ont recommandé de collaborer avec les  forces vives, à sensibiliser  et à renforcer les  capacités des juges et  magistrats congolais  en matière de prévention  et de  protection des droits  des enfants et orphelins du VIH/SIDA.

Enfin, les participants  ont recommandé aux Ong et partenaires internationales de continuer d’apporter leur assistance technique, et aussi d’équiper des structures de prise en charge des enfants malades du VIH.

Ne disposant pas des statistiques fiables sur la situation des enfants malades du VIH, la Rdc est l’un des pays le plus affecté  par cette pandémie. Les enfants congolais malades vivent dans la plupart des cas dans l’isolement, la discrimination, la stigmatisation,  la précarité  et la misère. «  Nous ne pouvons  ignorer que ces 16,6 millions d’orphelins sur la terre font partie des adultes de demain, qu’ils partageront la vie des personnes non infectées et qu’ils bâtiront les nations », a interpellé la président de l’Asbl, Dany Nembwe, visiblement touchée par l’ampleur que prend le VIH/SIDA chez les enfants.

Prince Yassa/Cp

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse