L’Union Africaine exige la levée des sanctions contre les autorités congolaises

par -
0 45
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Enfin, la voix de la République démocratique du Congo a été entendue par l’Union Africaine, à travers le Conseil de paix et de sécurité (CPS) qui invite à la communauté internationale de lever les sanctions infligées à de hautes personnalités de RDC, dont Emmanuel Ramazani Shadary, candidat Front Commun pour le Congo (FCC) et actuellement en campagne dans la province du Haut Katanga.

Qui dit que l’Union africaine (UA) ne sait pas être solidaire de ses États membres ? En tout cas, l’organisation vient de prendre à contre-pied, quiconque nourrissait une telle idée. Et c’est le régime de Joseph Kabila qui vient de bénéficier de ce précieux soutien.

Dans le communiqué final des travaux de sa 808è réunion, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA a plaidé le 19 novembre en faveur de la levée des sanctions contre de hautes personnalités, appartenant toutes au pouvoir en place en RDC. « Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA demande la levée de toutes les sanctions individuelles imposées à l’encontre des personnalités congolaises », indique le document. Pour l’UA, il s’agit de « créer un environnement propice à la tenue d‘élections libres, transparentes et apaisées en RDC ».

En effet, depuis 2016, 14 dignitaires du régime de Joseph Kabila sont sous le coup de sanctions infligées par l’Union européenne, les États-Unis et le Conseil de sécurité de l’ONU. Gel des avoirs, interdiction de déplacements, …. Plusieurs restrictions à leur encontre.

Parmi les personnalités sanctionnées, celui qui portera le Front commun pour le Congo (FCC) lors de la présidentielle du 23 décembre, Emmanuel Ramazani Shadary. À l’instar de ses 13 camarades du pouvoir, Ramazani est accusé de graves violations des droits de l’homme allusion faite à la répression sanglante (des dizaines de morts par balle) des manifestations contre le report des élections en fin 2016. Et à l‘époque des faits, il était ministre de l’Intérieur.

L’UE promet de suivre le déroulement des élections en Rdc

A travers une déclaration rendue publique il y a peu, Haute Représentante Federica Mogherini, note que l’Union européenne est un partenaire de longue date de la République Démocratique du Congo et de sa population et prête une attention constante à l’évolution politique, sécuritaire et humanitaire du pays. Pour elle, les élections prévues le 23 décembre 2018 constituent une opportunité historique pour la République Démocratique du Congo d’opérer le premier transfert démocratique et pacifique du pouvoir. L’Union européenne réitère son soutien à l’organisation d’un scrutin qui doit se tenir de manière inclusive, transparente, crédible et pacifique, dans le plein respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. L’Accord de la Saint Sylvestre et la résolution 2409 du Conseil de sécurité des Nations Unies indiquent clairement à tous les acteurs politiques et aux autres parties prenantes les conditions à respecter pour une sortie de crise durable, la tenue d’élections crédibles et un transfert de pouvoir apaisé. L’Union européenne encourage toutes les parties concernées à les mettre en œuvre.

Ainsi, le Gouvernement et la CENI ont une responsabilité majeure pour l’avenir du pays. Ils doivent œuvrer à la bonne tenue des élections en respectant la date prévue et les standards de transparence et d’efficacité nécessaires. L’observation électorale indépendante, par des organisations régionales et par les acteurs de la société civile, joue un rôle clef. La participation réelle des femmes dans toutes les étapes du processus électoral doit être assurée.

Voilà pourquoi l’UE encourage aussi le Gouvernement à consolider la confiance des électeurs et la crédibilité du processus et à associer de manière transparente toutes les parties prenantes à l’ensemble du processus, ainsi qu’à garantir la liberté de l’espace politique. L’UE appelle l’ensemble des parties prenantes à s’abstenir de toute incitation à la violence, à respecter le code de conduite et les obligations en vigueur, et à régler de manière pacifique leurs différends. La liberté de la presse et de manifestation pacifique et l’accès équitable aux médias – dans le respect des obligations internationales de la RDC – constitueront également des éléments essentiels pour la crédibilité du processus.

La situation à l’est du pays nécessite davantage d’engagement de la part des autorités congolaises, aussi en vue de pouvoir y organiser le scrutin dans les meilleures conditions. L’Union européenne suivra attentivement le déroulement des élections en RDC. La tenue d’élections inclusives, transparentes, crédibles et pacifiques sera importante pour son engagement futur en RDC avec les autorités démocratiquement élues pour le développement du pays dans l’intérêt de la population congolaise.

JMNK

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse