My Weblog: kutahya web tasarim umraniye elektrikci uskudar elektrikci umraniye elektrikci istanbul elektrikci satis egitimi cekmekoy elektrikci uskudar kornis montaj umraniye kornis montaj atasehir elektrikci beykoz elektrikci

404 Error - page not found
We're sorry, but the page you are looking for doesn't exist.
You can go to the Page Accueil

NOS RÉCENTS ARTICLES

par -
0 1301

Alors qu’ il fait partie de la délégation officielle qui accompagne Joseph Kabila à New-York pour la traditionnelle assemblée générale de l’ ONU dont les travaux s’ ouvrent le mardi prochain, Barnabé Kikaya, conseiller diplomatique du chef de l’État congolais s’ est vu confier  une autre mission, convaincre Washington  à renoncer aux résolutions des sanctions ciblées en chantier à la chambre des représentants  contre certains dirigeants congolais.

Les militants du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement  seront bel et bien dans les rues de Kinshasa, le  lundi, 19 septembre 2016. Mais contrairement au plan initial, les manifestants en  ne se rendront plus en masse au siège de la Ceni pour y observer un sit-in.

Lors d’ une réunion tenue ce samedi au siège du parti Fonus, Rassemblement et gouverneur de la ville se sont plutôt accordés sur l’ organisation d’ une marche pacifique qui sera sanctionnée par un meeting. D’après l’ accord trouvé entre les organisateurs et l’ hôtel de ville,  la marche devra partir de l’ échangeur de limeté à la 17émè rue pour chuter sur le boulevard triomphal.

Satisfecit pour André Kimbuta qui salue sa politique de proximité. « J’avais promis le jeudi de venir vers les opposants pour la mise au point. Il faut aller vers les administrés. Ils sont tous administrés », déclare le gouverneur de la ville qui se réjouit du consensus qui s’ est dégagé entre les deux parties.

« C’est seulement aujourd’hui que je confirme que je vais prendre acte de la marche du Rassemblement. Nous nous sommes mis d’accord que la marche partira de la place de l’ Echangeur jusqu’au Boulevard Triomphal », explique t-il.

Le compromis trouvé prévoit que les manifestants rempruntent les avenues de la Libération, Kalembelembe et Kasavubu avant de déboucher sur le point de chute. Seule, une petite délégation du rassemblement a été autorisée à se rendre au siège de la Ceni  après la manifestation pour y déposer le mémorandum.

André Kimbuta qui tient à l’ itinéraire convenu place ainsi les organisateurs devant leurs responsabilités. « Il n’ y aura pas de sit-in», insiste le gouv. Le plus important renchérit-il, c’ est « la marche et le meeting qui seront organisés ».

Jean Pierre Kayembe

 

 

La CENI reçoit 150 camions, 171 Pick-Up, 1.800 motos et 18 aéronefs

Avec cette dotation du Gouvernement, le processus électoral qui était irréversible est devenu aujourd’hui ‘’inarrêtable’’. Plus de raisons pour ne pas aller aux élections, car à ce jour, la CENI s’est dotée d’un appui logistique de taille. C’est la concrétisation de la volonté du Gouvernement de financer les élections sur ressources propres. Il s’agit de 150 camions de type Kamaz réceptionnés à Kinshasa, 135 camions à recevoir dans les villes de la partie Est du pays, 171 Pick-Up, 1.800 motos, 1 avion Ilyusin-76, 1 DC-8, 3 Boeings-727, 1 Boeing-737, 2 Antonov 72 adaptés à des pistes d’accès difficile, 1 Boeing-737 passagers, 5 hélicoptères d’une capacité d’une tonne et demie et 2 hélicoptères de supervision.

C’est le  Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, représentant spécial du Chef de l‘Etat, Henri Mova qui a remis ces moyens logistiques au Président de la CENI en présence d’un parterre d’invités parmi lesquels les membres du Gouvernement, les honorables députés nationaux, les membres de l’Assemblée plénière de la CENI, différents invités, les médias nationaux et internationaux. Et ce, sous l’œil vigilent du professeur Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

 

 

 

 

 

 

 

C’était au cours d’une cérémonie grandiose retransmise en direct sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) et prise en relais par la ‘’Radio CENI’’ (107,7 Mhz), cérémonie qui s’est déroulée d’abord au siège de la CENI à Kinshasa Gombe pour la remise de matériel roulant et qui s’est poursuivie à l’aéroport international de N’Djili pour le matériel flottant.

Dans son mot, Henri Mova a indiqué que ce matériel prouve à suffisance la volonté du Gouvernement de la République de rendre la CENI autonome, et de lui permettre d’être efficace sur terrain. « S’il y a des acteurs qui auraient encore du doute sur l’organisation des élections le 23 décembre 2018, ils doivent savoir que plus rien ne pourra empêcher la CENI d’aller jusqu’au bout », dit-il, avant d’affirmer que le processus électoral a atteint une vitesse de croisière et tout le monde doit désormais se préparer en moins d’un mois de la campagne électorale. Il est vrai que certains manifestent encore des doutes et craindraient un énième glissement. Ils doivent se rendre compte de l’évidence : cet appui logistique est une détermination de Joseph Kabila Kabange pour que ce rendez-vous ait lieu.

Pour sa part, Crispin Atama Tabe, ministre de la Défense, après avoir présenté le matériel, don du Gouvernement, a précisé que d’ici 15 jours, 150 autres véhicules viendront par l’Est pour desservir l’Est et le centre du pays. Il a aussi rappelé que l’appui logistique de l’armée au processus électoral n’intervient pas pour la première fois. L’armée a eu déjà à le faire en 2006 et 2011, et dernièrement lors de l’enrôlement des électeurs. Signalons toutefois qu’après les élections, tout ce matériel de l’armée retournera à la base logistique.

Le processus électoral fait un pas de géant

Nombreux sont les Congolais qui avaient douté à la capacité de la République démocratique du Congo de répondre à ce défi du financement des élections en rd Congo. A voir le dispositif déployé hier devant la CENI jusqu’au niveau de l’Immeuble de Kengo, dans la commune de la Gombe, il y a de quoi que le doute soit dissipé sur le respect du calendrier électoral, mais aussi sur le financement des élections. Comme pour dire que le processus électoral congolais connait à ce jour un pas de géant et les élections se tiendront réellement le 23 décembre 2018 et tout le monde devrait s’y préparer.

Corneille Nangaa, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a réaffirmé que le calendrier électoral sera respecté. Pour ce faire, grâce aux matériels roulants et volants présentés ce lundi 29 octobre 2018 au siège de la CENI et à l’aéroport de N’djili, le déploiement des matériels devrait commencer. « A partir de demain, nous commençons à déployer. 150 camions de terrain sont à déployer dans la partie Ouest du pays. Les 150 autres camions arrivent par le port de Dar-es-Salam pour la partie Est. Il y a aussi des hors-bords qui sont mis à notre disposition. Le 23 décembre nous allons voter, nous allons organiser les trois scrutins », a t-il déclaré à l’aéroport de N’djili.

 

 

 

 

 

 

Occasion pour le président de la CENI de remercier le gouvernement de la République : « Nous avons plusieurs fois entendu des questions posées au sujet de l’ampleur des besoins pour le déploiement du matériel électoral et autres quincailleries. Nombreux ont douté de la capacité de la République démocratique du Congo à répondre seule à tant de défis. La réponse concrète donnée à ces interrogations mérite donc d’être saluée à juste titre : à voir le dispositif que je vous ai décri tantôt, il y a bien de quoi dissiper le doute à la fois sur la volonté politique de la République démocratique du Congo d’organiser effectivement les scrutins du 23 décembre 2018, mais aussi sa capacité à en assumer les charges tant du point de vue financier que de celui de la logistique. C’est donc le lieu de rendre un hommage mérité au gouvernement de la République, mais aussi à tous ceux qui, de l’intérieur du pays comme de l’extérieur, ne cessent de concourir à la réussite du processus certes laborieux, mais désormais irréversible d’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales en République démocratique du Congo ».

Norbert Basengezi, Vice-président de la CENI et Crispin Atama, ministre de la défense, sont montés à bord d’un de ces hélicoptères pour une séance de démonstration dans les airs.

 

 

 

 

 

 

M.Henri Mova et M. Néhémie Mwilanya, respectivement, Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, représentant spécial du Chef de l‘Etat et Directeur de cabinet de Joseph Kabila ont assisté à cette cérémonie.

La voie vers élections du 23 décembre 2018 est largement balisée. En effet, à ce jour, plusieurs activités importantes du calendrier électoral sont derrière nous, a rassuré le président de la CENI. A titre de rappel, l’identification et l’enrôlement des électeurs, l’audit du fichier électoral, la répartition des sièges ainsi que l’inscription des candidats. La CENI a entamé depuis peu la cascade de formation de 511.901 agents électoraux.

Quel est le tableau du matériel électoral ?

S’agissant de la réception du matériel électoral, Corneille Nangaa a présenté le tableau  suivant:

- Production terminée des machines à voter, des isoloirs, des kits bureautiques des Bureaux de vote et de dépouillement, des urnes, de l’encre indélébile et autres matériels électoraux ;

- Tous les 87.500 kits bureautiques, 87.500 isoloirs et 175.000 flacons d’encre indélébile ont été réceptionnés dans les différents hubs logistiques du pays, à savoir : Matadi, Kinshasa, Bunia, Kisangani, Goma et Lubumbashi ;

- La totalité de machines à voter attendues au port de Matadi ont été réceptionnées, soit 40.144 machines à voter pour desservir les provinces du : Kongo central, Maï-Ndombe, Kwilu, Kwango, Equateur, Nord et Sud-Ubangi, Tshuapa et Kasaï ;

- Les premières 35.861 machines à voter attendues au port de Dar-ès-Salam, y sont déjà arrivées. Les 8.838 restantes y arrivent le 3 novembre prochain ;

- Les premières 6.828 machines à voter attendues au port de Mombasa y arrivent demain le 30 octobre 2018 et les 13.586 restantes y arrivent le 7 novembre prochain ;

- D’autres containers contenant accessoires, batteries, Racks de chargement de batteries, générateurs de secours, … arrivent concomitamment avec les autres matériels susmentionnés.

Au regard de ce tableau, Corneille Nangaa encourage toutes les parties prenantes à abandonner les voies de distraction couvertes de manteau du verbiage, pour œuvrer ensemble à ce qui consolide en actes la marche de notre pays vers les élections tant attendues. Les discussions ont toujours leur place dans un processus qui se veut intégrateur, mais elles se doivent d’être raisonnables et de ne se fonder que sur le principe de la raisonnabilité et de la rationalité technique dont procèdent les élections, a souligné le président de la CENI.

Ce jour, le processus électoral congolais connaît un pas de plus. Occasion pour le numéro 1  de l’Organe de gestion des élections en RDC de rendre grâce à Dieu et de remercier tous ceux qui ont permis de franchir ce nouveau pas. Ce qui a motivé le président de la CENI de rappeler et de redire au peuple congolais que ‘’les élections se tiendront bel et bien le 23 décembre 2018 et que nous devons tous nous y préparer’’.

JMNK

 

 

 

par -
0 48

La ville de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga a abrité du 25 au 27 octobre 2018, la 4ème édition du Forum national des ministres provinciaux et chefs des divisions provinciales en charge du Genre de la République Démocratique du Congo, sous la présidence de la ministre nationale du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa. Thème choisi : « Investir dans la force productrice de la femme rurale, et assurer son implication au processus électoral en cours en RD Congo ».

Arrivée à Lubumbashi dans la soirée de mercredi 24 octobre, la patronne du Genre a été accueillie par la ministre provinciale du Genre du Haut-Katanga, accompagnée d’un bon nombre des femmes de sa province, notamment celles vivant en milieu rural.

Jeudi 25 octobre, Chantal Safou Lopusa a été reçue par le Gouverneur du Haut-Katanga, Célestin Pande Kapopo. Au menu de leurs échanges, l’organisation pour la première fois à Lubumbashi, du forum des ministres provinciaux en charge du Genre de la RDC, après les trois dernières éditions tenues à Kinshasa.

Après l’audience avec le Gouverneur, la patronne du Genre a procédé à l’ouverture officielle des travaux de ce 4ème forum des ministres provinciaux et chefs des divisions du Genre de la RDC dans le beau cadre Hypnose à Lubumbashi.

Devant l’assistance composée de 21 ministres provinciaux et chefs des divisions sur les 26 que comptent la RD Congo, et plusieurs autres autorités politico-administratives du Haut-Katanga, mais aussi de son gouverneur, ces travaux ont été lancés avec une note de satisfaction.

Prenant la parole en premier lieu, la représentante d’Onu Femme RDC, Awa Ndiaye Seck a félicité le gouvernement de la RDC, à travers sa ministre du Genre, Chantal Safou Lopusa pour la tenue de ce forum annuel des ministres provinciaux en dehors de Kinshasa.

Pour sa part,  le gouverneur de la province du Haut-Katanga, Célestin Pande Kapopo a émis le vœu de voir ce forum identifier les problèmes qui freinent l’épanouissement de la femme congolaise et d’y proposer des solutions nécessaires. Ce, avant de rendre un hommage mérité au chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange pour la paix instaurée dans le Haut-Katanga, sans laquelle ce forum n’aurait été organisé.

La ministre nationale du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa a quant à elle tracé les objectifs attendus à l’issue de ce forum, notamment : « Obtenir un état des lieux de la situation socio-économique et humanitaire de la femme congolaise ; Proposer des mécanismes pour impliquer les femmes dans la cohésion sociale et dans la consolidation de paix durant le processus électoral ; Promouvoir les stratégies de renforcement du système de collecte des données sur la situation de la femme ; Proposer des stratégies pour le positionnement des femmes dans le processus électoral ; Promouvoir le protocole de Maputo spécialement les thématiques relatives à l’égalité et à la non-discrimination, aux droits à la santé de la reproduction et aux droits économiques, sociaux et culturels. Pour atteindre tous ces objectifs, j’appelle toutes les participantes et tous les participants aux présentes assises à plus d’abnégation et d’assiduité. Mon vœu est que de ces assises sortent de recommandations idoines réalistes et réalisables, portées par un comité de suivi plus efficace et efficient ».

Poursuivant, elle émet le vœu de voir que ces assises devenir un cadre de réflexion, d’évaluation, d’orientation et de planification stratégique des différentes actions : « dans ce sens, je souhaite vivement que ces assises deviennent un cadre de réflexion, d’évaluation, d’orientation et de planification stratégique et coordonnée de nos différentes actions pour un monde 50/50 à l’horizon 2030. De même, j’invite tous les Ministres et chefs de Division provinciaux en charge du genre de réfléchir sur les mécanismes devant assurer une plus grande implication technique et financière du Gouvernement central et des gouvernements provinciaux à la tenue de ce Forum. Ceci témoignera de notre appropriation de cette initiative louable. C’est aussi cela la souveraineté ».

Des travaux proprement dits

Après le lancement officiel, plusieurs intervenants ont exposé autour des questions liées au genre en RD Congo, notamment sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la 3ème édition du forum des ministres provinciaux et chefs des divisions en charge du genre ; de la présentation de la nouvelle application sur la collecte des données sur les violences sexuelles et basées sur le genre ; de la présentation du plan d’action national sur la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur Femme, Paix et Sécurité et du bilan des actions menées et à mener en faveur de l’autonomisation de la femmes vivant en milieu rural.

Au deuxième jour de ces assises qui ont connues l’appui technique et financier des partenaires tels qu’Onu Femme RDC, UNFPA, PNUD, et pour la première fois de la FAO et de l’Ong internationale IPAS, les interventions ont tourné autour de la présentation du Protocole de Maputo ; du processus de vulgarisation dudit protocole et de la mise en œuvre de son article 14, du processus de vulgarisation du code de la famille modifié et complété, et de la présentation de Nexus Humanitaire et Développement lancé par l’UNFPA.

Après ces différentes interventions, l’on a donné lieu aux différents panels où chaque ministre provincial a exposé sur le genre, la situation économique de la femme, mais aussi des mines et autres alternatives économiques, des épidémies, de la santé de la reproduction et violences basées sur le genre, et enfin de la participation politique de la femme et consolidation de la paix.

La journée a été bouclée par un point de presse tenu par la ministre nationale du Genre, enfant et famille, Chantal Safou Lopusa, entourée des différents partenaires venus en appuie pour la réussite de ce 4ème forum des ministres provinciaux et chefs des divisions en charge du genre. Une belle occasion pour la patronne du Genre de sensibiliser les femmes à s’impliquer totalement au processus électoral en cours dont la date de sa tenue est pour ce 23 décembre 2018.

Samedi 27 octobre, dernier jour de ces assises, les participants ont assisté aux derniers panels, avant la lecture et adoption des recommandations du forum. Le gouverneur du Haut-Katanga, Célestin Pande qui a pris part à cette cérémonie de clôture a félicité la patronne du genre pour la réussite de ce forum.

La ministre nationale du Genre, enfant et famille, Chantal Safou Lopusa a exprimé son satisfecit : « au moment de clôturer la quatrième édition du Forum national des Ministres et Chefs de Division en  charge du Genre, je voudrais vous exprimer toute ma joie pour la qualité des informations et des échanges que nous avons eus durant ces assises de trois  jours. Je me sens d’autant plus heureuse que la quasi-totalité des provinces, soit 21 sur les 26, que compte le pays ont pris part à ces assises, malgré toutes les contraintes logistiques et de transport pour atteindre la ville de Lubumbashi. Je me réjouis également de la qualité de l’accueil qui nous a été réservé par les autorités de la province du haut-Katanga. La province du Katanga restera désormais dans l’histoire comme la première province à avoir accueilli le Forum en dehors de la ville de Kinshasa ».

Avant de boucler totalement ces travaux, Chantal Safou Lopusa a baptisé le gouverneur Pande Kapopo comme un « He for She », pour son grand appui dans la réussite de ces assises. Dans sa casquette de présidente du Comité Technique spécialisé de l’Union Africaine sur l’autonomisation et la femme et égalité entre homme et femme, Chantal Safou Lopusa adressé un message de félicitations à la nouvelle présidente de la République Fédérale de l’Ethiopie, Sahle-Work Zewde.

A son tour, le gouverneur de la province du Haut-Katanga, Célestin Pande a offert à la délégation un dîner de gala. Place à présent à la préparation du 5ème forum qui aura lieu l’année prochaine dans la province du Lualaba.

Bernetel Makambo

par -
0 47

La première sortie officielle  publique du candidat  du Front Communn pour le Congo (FCC)  à savoir Emmanuel  Ramazani  Shadary, le samedi  27 octobre 2018   au stade  Tata Raphaêl,  a prouvé à la face du monde  non seulement  la capacité  de mobilisation du FCC,  mais aussi  sa  configuration de grande  plateforme politique  qui peut réunir des acteurs politiques  et nombreux membres de la société civile. Ci- dessus  deux réactions receuillies notamment  auprès du regroupement  politico–religieux  dénommé  « Voix des Centristes Congolais »  et  la « Dynamique  Shadary  Président » initié par  l’honorable  Maker Muangu  Famba.

Me  Zorobabel  Mulangu,  président national  de la Voix  des Centristes Congolais (VCC) :

 « Un événement de haute portée politique. La RDC est aux termes  des prédictions prophétiques. La prise de position   du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange de refuser le dictat, constitue un geste incomparable depuis l’accession de notre pays à l’indépendance  et cela restera gravé dans l’histoire  et dans la mémoire  de tous les nationalistes avertis. Un courage légendaire  caractérisé  par le défi lancé contre l’impérialisme  occidental, matérialisé  aujourd’hui par la désignation  de son dauphin Emmanuel  Ramazani  Shadary  en qualité  de candidat à la magistrature  suprême, marque un tournant  décisif dans l’histoire démocratique de notre pays.  4ème président comme l’a prédit le prophète Simon Kimbangu».

Me  Patrick   Kadima  du Département juridique  de la  - Dynamique  Shadary  Président (initié par l’honorable  Maker  Mwangu)

« Notre structure  électorale  soutient le Dauphin, et nous avons  apporté  une pierre à l’édifice.  Les représentants  de la DSP, mieux   des délégations  sont venues  de provinces où existent déjà la Dynamique,   notamment  de Lualaba,  Kasaï, Kasaï Central,  Lomami et Bandundu.

C’était un événement de grande envergure,  fils du terroir il connait beaucoup de réalités. Il connait  et maîtrise bien  les enjeux politiques actuels. On doit lui faire confiance.

Le message capital de la DSP porte sur la sensibilisation  de la plus grande partie de notre population,   de toutes les couches, le peuple  congolais doit prendre  en mains cette destinée de la République, c’est-à-dire à  élire massivement  Emmanuel  Ramazani  Shadary   pour la victoire finale. Tenons- nous coude à coude  en vue  de soutenir le dauphin choisi par le  président de la République ».

Lepa

par -
0 52

Après une forte marche de soutien à la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary à la présidentielle de 23 décembre prochain, faite par la population de Kenge et l’inauguration du Centre Pédiatrique Shadary, l’heure a été, ce lundi 29 Octobre 2018, à la remise à niveau des militantes et militants du PPRD de la province de Kwango.

C’était au cours d’une chaleureuse et  pétillante matinée politique tenue au siège provincial du parti cher à Joseph, sous la conduite de Matthieu Kitanga, directeur de cabinet du Secrétaire Permanent de cette formation politique, Emmanuel Ramazani Shadary.

L’occasion était pour le lieutenant du Dauphin de Joseph Kabila d’éveiller les consciences de ses camarades de Kwango sur les grands enjeux de l’heure: les élections que le PPRD entend remporter à tous les niveaux.

Cette inoubliable matinée politique a connu la participation de grandes figures du Kwango, dont le professeur Théophile Bemba, l’honorable Wenzi Wakuyula, Mme Astrid Buka et de  Mme Germain Bangu, qui à l’unanimité ont appelé tous les kwagolais à l’unité et à la solidarité sans lesquelles la province du Kwango ne serait construite.

Message apprécié et capté par tous les kwangolais qui ont remercié, par leur gouverneur Kanys Makofi Kabamba, le Dircab Matthieu et toute sa délégation, pour leur présence, qui a par ailleurs facilité cette unité.

J.L

par -
0 51

Pour répondre aux préoccupations soulevées le mercredi 17 octobre courant par les députés nationaux à la suite de la question orale avec débat de l’honorable Fabrice Puela autour de l’accès universel aux soins de santé en République démocratique du Congo, le ministre de la Santé publique, M. Oly Ilunga, est revenu ce lundi 29 octobre 2018 à l’Assemblée nationale. Après avoir suivi les réponses du ministre, les honorables députés ont adopté, article par article, le texte sur l’Ordre national des architectes. 

Comme nous le savons tous, le ministre de la Santé publique, M. Oly Ilunga, était visé par une question orale avec débat lui adressée par le député national Albert-Fabrice Puela sur l’accès universel aux soins de santé en République démocratique du Congo. Et c’est le mercredi 17 octobre courant qu’il s’est présenté devant l’Assemblée nationale pour répondre aux trois principales préoccupations de l’honorable Puela.

Pour rappel, d’abord cet élu du Kongo Central a voulu savoir du ministre Oly Ilunga, l’apport du Ministère de la Santé publique de la Rdc pour faciliter l’accès aux soins de santé de qualité aux Congolais, surtout en état d’extrême urgence pour lequel les minutes sont comptées et le pronostic vital du patient fortement entamé si rien n’est fait.

En second lieu, il avait besoin d’être informé sur ce que le ministre prévoit pour augmenter le taux de pénétration des mutuelles de santé crédibles et viables au sein de la population congolaise. Et pour terminer, l’honorable Puela a également voulu savoir ce que prévoit le ministre de la Santé, dans le cadre de la couverture sanitaire universelle, pour rendre des soins de santé de base accessible, aussi bien économiquement que géographiquement, aux populations congolaises, surtout celles vivant en milieu rural.

Et le ministre Oly Ilunga a apporté ses éléments de réponse à la représentation nationale. Puis, un débat général a été ouvert après la réplique du ministre. A l’issue duquel, nombre de députés nationaux ont également exprimé leurs préoccupations diverses autour de la question de la couverture sanitaire universelle.

Les députés nationaux ont voulu savoir l’état actuel de la réflexion technique autour de la couverture sanitaire universelle. D’autres questions étaient axées sur la mobilisation des recettes et surtout, sur le plan de contingence lorsque surviennent brusquement des calamités. Allusion faite ici au dernier drame qui est survenu dans sa province du Kongo central.

Des questions étaient également posées en rapport avec la gratuité des soins pour des maladies chroniques telles que la drépanocytose ; les diverses difficultés éprouvées par le Ministère de la Santé publique pour assurer une meilleure couverture sanitaire à la population congolaise ; l’insuffisance d’infrastructures sanitaires adéquates à travers le pays ; du déficit du personnel de santé en Rdc ; la mécanisation des agents de l’Etat du secteur de la santé, etc.

Les députés nationaux se sont aussi préoccupés de savoir du ministre Oly Ilunga si l’obtention des primes de risque est-elle sélective dans le secteur de la santé, et pourquoi certains hôpitaux bénéficient des frais de fonctionnement et pas d’autres ? Et qu’en est-il de la politique que le Gouvernement congolais met en place pour gérer les officines privées, et de la situation des numéros d’ordre pour les nouveaux médecins ?

Pour pouvoir mieux préparer ses éléments de réponses, le ministre a sollicité et obtenu de l’assemblée plénière un délai convenable. C’est ainsi qu’il est revenu ce lundi 29 octobre 2018 pour rencontrer les différentes préoccupations soulevées par les élus du peuple.

Le ministre Oly Ilunga a rassuré que le Ministère de la Santé publique fera de son mieux pour que l’accès universel aux soins de santé soit une urgence et une priorité en République démocratique du Congo. Pour cela, il a promis la mise en place d’une stratégie de gestion rigoureuse de fonds alloués au secteur de la santé en Rdc.

De la délibération de la loi sur l’Ordres national des architectes

Après ces réponses du ministre Oly ilunga et la conclusion de l’auteur de la question orale avec débat, les députés nationaux ont poursuivi leurs travaux relatifs à l’examen et adoption de la proposition de loi portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre national des architectes en République démocratique du Congo, initiée par le député national Lucain Kasongo Mwadiamvita.

A savoir que dans les précédentes séances plénières, les députés nationaux avaient déjà approuvé le rapport de la commission mixte Relations extérieures (RELEX) et ECOFIN/CB (Economique, financière et contrôle budgétaire) de l’Assemblée nationale, relatif à l’examen et vote de cette proposition de loi.

Les travaux des élus du peuple lors de cette plénière du lundi 29 octobre 2018 conduite le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Remy Massamba, ont consisté à l’adoption, article par article, de cette proposition de loi. Faute de quorum, le vote du texte global de cette nouvelle loi n’a pas eu lieu. Il est donc reporté pour une prochaine occasion.

Rappelons qu’après le vote global de ce texte de loi, il sera transmis directement au Sénat pour une seconde lecture, pratique parlementaire exige, avant sa promulgation par le Président de la République.

Petit rappel de la loi sur l’Ordre des architectes

La présente loi, a indiqué son initiateur, veut regrouper tous les architectes exerçant la profession d’architecte sans exception. « Donc, nul ne peut exercer la profession d’architecte s’il n’est inscrit sur un tableau de l’Ordre des architectes ou sur une liste de stage. Ainsi, l’exercice de la profession d’architecte par les diplômés d’architecte non-inscrits au tableau ou par toute autre catégorie de personnes, constitue une infraction aux termes de la présente loi », indique l’exposé des motifs de la proposition de loi.

Cette loi vise donc à réglementer la profession d’architecte, en créant les organes directeurs de la profession et en instituant la discipline professionnelle des architectes. Et ce, de telle sorte que le monopole qu’il leur est reconnu en matière d’études sculpturale et architecturale de tout édifice, immeuble, urbanisme, etc., soit garanti par le niveau élevé de formation théorique et professionnelle des architectes.

Selon cette loi, la profession d’architecte est érigée en profession libérale et indépendante. Il est aussi remarquable que le souci du législateur est d’assurer, dans l’organisation de la profession d’architecte, des aménagements nouveaux nécessités tant par l’organisation de l’urbanisme actuel en fonction des textes légaux et réglementaires en vigueur, que par le besoin de corriger certaines difficultés rencontrées au long des années écoulées depuis l’accession de la République démocratique du Congo à l’indépendance.

Cette loi comprend trois titres (dispositions générales, ordre des architectes, et dispositions pénales, transitoires, abrogatoire et finale), 10 chapitres et 140 articles.

Lepetit Baende

par -
0 51

L’ONG “Artiste en danger” vient de nous faire parvenir un communiqué selon lequel,  la 1ère  édition du Festival “L’artiste ne meurt jamais”, va avoir lieu le samedi 1er décembre 2018 au village “Ntemba” dans la commune de la Gombe.

Ce jour-là, en effet, une grande cérémonie en hommage à Pépé Kallé va être organisée en souvenir des 20 années qui viennent de s’écouler depuis la disparition de l’éléphant de la musique congolaise qui a quitté le monde en 1998. Ses œuvres, ses photos ainsi que d’autres biens ayant appartenu à l’illustre disparu seront exposés sur place afin de permettre à chacun de se remémorer ce qu’était ce grand artiste-musicien-interprète qui, en deux décennies de carrière, a pu donner à la culture congolaise de nombreuses lettres de noblesse.

Quelques musiciens de l’orchestre “Empire Bakuba” monteront sur le podium afin d’apporter un plus à la réussite de cette journée commémorative.

Kingunza Kikim Afri/Cp