Insécurité généralisée à Goma et dans le territoire de Nyiragongo: Les services de la défense et sécurité mettent la main sur 36 malfaiteurs

par -
0 138

Depuis plusieurs mois, les populations de Ndosho, Mugunga, Keshero dans la ville de Goma et Ngangi 1 et 2, Bugamba 1 et 2 et autres coins du territoire de Nyiragongo dans la partie nord de la ville touristique traversent une véritable une insécurité généralisée marquée par un degré élevé de cruauté, des actes de kidnapping, tueries, vol, viols et autres formes d’atrocités. Le chef-lieu de la province du Nord-Kivu et le territoire de Nyiragongo comptent à ce jour une quarantaine des morts sans pour autant compter des personnes enlevées sur la route Goma-Rutshuru-Butembo et à l’intérieur de la ville.

Dans une cérémonie présidée par le Gouverneur ad intérim, 36 malfaiteurs arrêtés par les éléments de la Police nationale congolaise associés aux éléments des Forces armées de la RDC en pleines patrouilles ont été présentés à la presse par le Commandement état-major 34eRégion militaire. Devant le Gouverneur Feller Lutaichirwa Mulwahale, le porte-parole de la 34ème Région militaire a énuméré ce qui suit : « Abdoulaye Moussa, un élément des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) au grade de Sergent-major et chef de bande d’un groupe opérant vers Kibumba dans le territoire de Nyiragongo. Il est auteur du kidnapping de deux journalistes britanniques vers Kanyamahoro et au cours de ce rapt, une éco-garde de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) avait trouvé la mort. Il est aussi auteur du kidnapping d’un enfant de 10 ans appartenant au Cheik Ally de la mosquée de Birere à Goma et il a été arrêté avec trois armes AK47. Deux autres personnes munies de deux armes avaient été arrêtées vers Kitoboko dans la cité de Kiwanja en territoire de Rutshuru. Un autre groupe de deux sujets Rwandais venus renforcer les groupes de bandits armés qui endeuillent les populations à Mugunga et Ndosho  en plein cœur de la ville de Goma».

Dans son communiqué lu par le porte-parole, la Police nationale congolaise au Nord-Kivu a de prime abord présenté ses compassions aux victimes de toutes les atrocités et appelé la population à utiliser les numéros verts suivants : +243 970038580 et +243 811050058 des coordonnées dont les appels sont émis avec ou sans crédit et sans une aucune facturation. La Police qui a invité la population à demeurer vigilante face à toute éventualité des criminels engagés à tout prix à troubler sa quiétude, a non seulement invité les cadres de base à vulgariser ces numéros, mais aussi plaidé pour la collaboration entre le souverain primaire et les forces de l’ordre engagées sous serment de le protéger et ses biens ainsi que les militaires de sauvegarder l’intégrité du territoire national.

La Police nationale congolaise a également sollicité de se serrer les coudes pour barrer la route à ces hors la loi qui proviennent majoritairement du Parc National des Virunga et dans leur rang l’on retrouve certains combattants des forces  démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et que la plupart des cibles seraient liées aux raisons multiples entre autres enrichissement facile, règlement des comptes sous traitance pour le fait de faire le commerce avec l’argent des seigneurs de guerre qui sont dans la brousse par certains operateurs économiques, intolérance ethnique de vouloir se ravitailler en armes aux postes de l’armée et de la Police nationale congolaise, conflits fonciers et phénomène justice populaire pour ne citer que ces quelques faits.

En présence du Général de brigade Ilunga Mpeko Edmond, Commandant de la 34eRégion militaire et le General divisionnaire adjoint Nyembo Ngalusha Placide, commissaire provincial de la police nationale congolaise, le Gouverneur ad intérim du Nord-Kivu a salué les prouesses des forces de défense et de sécurité ayant opéré ce joli coup de filet qui a débouché par l’arrestation d’une bande des présumés criminels qui endeuillent régulièrement Goma et ses environs jusque dans le territoire de Nyiragongo parmi lesquels deux sujets Rwandais, en a par la suite appelé au renforcement du mariage soudé entre la population et les éléments de la Police nationale congolaise et ceux de l’armée engagés dans les opérations de patrouille tant diurne que nocturne.

Ces malfaiteurs repartis dans les différents groupes de quatre mis à la disposition de la justice congolaise pour établir les responsabilités, sont poursuivis pour association des malfaiteurs, coups et blessures à l’endroit des agents de l’ordre, destruction méchante et incendie criminel des biens appartenant à l’Etat, détention illégale des armes et munitions de guerre, participation à un mouvement insurrectionnel  ainsi que trouble à l’ordre public.

Marty Dacruz Olemba

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse