Après les incidents de la semaine dernière: Steve Mbikayi rassure les professeurs de l’Unikin et appelle au calme

par -
0 42
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouvernement de la République, à travers le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi, déplore les incidents survenus à l’Université de Kinshasa et ayant entrainé la mort par balles de deux étudiants. Tout en lançant un appel au calme, le Gouvernement est étonné qu’à deux fois, qu’on ait tiré sur les étudiants, fait qui risque d’être attribué à la manipulation, en vue de semer les troubles, en cette période sensible pré-électorale. Le ministre de l’ESU est revenu sur le manque à gagner des professeurs de l’Université de Kinshasa d’environ 1.758.538.562 Francs congolais et qui n’a pas encore été payé par le Gouvernement, qui fait face aux contraintes financières liées au financement de la CENI. Ce qui a fait que le ministère des Finances n’a pas pu avoir les moyens de payer tel que convenu.  Mais il promet que si la caisse le permet, peut-être que cette semaine, on pourra payer la première tranche à l’Unikin et un acompte à l’Institut Supérieur de Commerce (ISC).

Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi, était face à la presse, le vendredi dernier. Et ce, pour éclairer l’opinion face aux incidents survenus à l’Université de Kinshasa la semaine dernière, et ayant entrainé la mort de deux personnes. Disons que tout a commencé par des contestations des étudiants relatives au payement des frais académiques que les parents payaient au taux de 92.000 Francs congolais. Ils ont estimé que comme le gouvernement payait les salaires au taux budgétaire, on ne devait pas augmenter les frais à ce taux là, mais au taux officiel, parce que les parents avaient payé au taux de 92.000. C’est ainsi qu’au niveau du Gouvernement, il a été décidé de reconduire le taux antérieur qui était de 92.000 Fc.

« Les frais que payent les étudiants servent aussi à payer une prime de personnel scientifique et corps administratif. Cela a fait que les établissements n’ont pas été en mesure de payer les huit mois des primes », explique le ministre Mbikayi, qui ajoute que le Gouvernement paye les salaires des professeurs et tous les corps scientifiques chaque mois. Il n’y a pas d’arriérés du tout ! De tous temps, ce manque à gagner n’a pas été une revendication des professeurs, mais du corps  scientifique qui estime que l’écart des salaires est très grand entre eux et les professeurs. Mais à notre niveau entant que gouvernement, renchérit le ministre, nous nous étions engagés à pouvoir compenser la perte due au fait que les frais académiques ont été payés au taux de 92.000 Fc. On a négocié avec les professeurs et s’est mis d’accord.  Vu que le montant  est exorbitant, environs 21 milliards des Francs congolais, on ne sait pas le payer du coup.  Le ministre de l’ESU a dû négocier avec les associations des professeurs pour qu’on commence d’abord à payer un mois à l’Unikin et la différence, on choisit un établissement, soit  l’Institut supérieur de Commerce (ISC).

Fort de cette entente, le ministre de l’ESU, le 09 octobre dernier a écrit au ministère des Finances, parce qu’au niveau du Budget il y avait déjà l’accord, pour lui demander à ce que la première tranche soit payée à l’Unikin et la différence à l’ISC.  « Vous savez que le Gouvernement fait face aux contraintes financières liées au financement de la CENI. Ce qui a fait que depuis cette date-là, le ministère des Finances n’a pas pu avoir les moyens de payer tel que convenu. Et on a entamé des négociations avec l’Apukin qui ont abouti à un accord par lequel on s’est engagé à donner tout ce qu’ils demandent » précise le ministre, qui poursuit en dépit de ce manque à gagner, les professeurs  demandent que soit élu le Recteur. Il reconnait avoir signé un Arrêté par rapport à cette situation, mais étant donné qu’il y a la campagne électorale et les élections en décembre 2018, on va revenir sur ce dossier en janvier et Steve Mbikayi devra désigner les établissements par lesquels on peut commencer ces élections de façon expérimentale, pour veiller à ce que les élans tribalistes ne puissent resurgir.

Il est interdit de tirer à balles réelles dans les sites universitaires

Entre-temps, au nom du Gouvernement, Steve Mbikayi a déploré ce qui est arrivé à l’Unikin et est préoccupé du fait qu’il y a eu mort d’hommes.  Il a rappelé que son Gouvernent insiste toujours qu’on puisse arrêter les responsables de ces balles tirées dans ce site universitaire. « Nous sommes étonné que deux fois successives, on a tiré sur les étudiants et ça sent une manipulation… Soit un fait attribuable aux gens qui voudraient par exemple créer des troubles », dit-il. Tout en insistant que l’on arrête, que l’on juge les auteurs de ces incidents, il a lancé un appel au calme. Mbikayi joue la carte de la transparence, disant qu’aucun dossier des professeurs n’est bloqué par son ministère et que chaque fois qu’il a négocié avec les professeurs, il transmet le dossier à la chaine de dépense qui paye par rapport à la disponibilité.

JMNK

 

COMMUNIQUE DU COMMISSARIAT PROVINCIAL DE LA POLICE VILLE DE KINSHASA

Le Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa informe les kinoises et kinois que les manifestations de colère organisées par les étudiants de l’université de Kinshasa contre la grève des professeurs ont causé plusieurs dégâts matériels et humains. Deux étudiants ont perdu la vie de suite des blessures causées par balle. Le commissariat provincial regrette ces pertes en vies humaines et rassure qu’il ne peut en aucun cas tolérer la mort d’une personne innocente.

La police appelle les étudiants au calme et rassure l’opinion que toutes les dispositions sont prises pour établir les responsabilités de ces actes afin que les coupables répondent de leurs actes conformément à la loi. Déjà, le policier qui a tiré lundi sur un de deux étudiants décédés a  été mis aux arrêts et sera déféré à l’auditorat militaire.

Le commissariat provincial présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et à toute la communauté estudiantine. La police ville de Kinshasa met en garde tout policier qui utiliserait les armes à feu pour les interventions sur les sites universitaires.  Le bilan de ces événements fait état, hormis la mort de ces deux étudiants que nous regrettons, de 8 policiers grièvement blessés, 12 véhicules endommagés dont 3 appartenant à la police et 9 aux privés.

Commissaire divisionnaire adjoint KASONGO KITENGE Sylvano

Commissaire provincial et commandant ville

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse