Construction d’Inga 3: Le Gouvernement et le consortium sino-espagnol s’engagent

par -
0 70
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Enfin, c’est acquis. Après moult tergiversations et le départ inattendu de la Banque mondiale d’Inga 3, le Gouvernement de la République n’a pas croisé les bras. Il était tous les temps à la quête des partenaires pour la concrétisation de ce projet dont les avantages ne sont pas à énumérer. C’est la raison pour laquelle, en marge  de la réunion du conseil des ministres présidé par le président de la République Joseph Kabila Kabange, le Gouvernement de la République et le consortium sino-espagnol China Inga III ont signé un contrat de construction du barrage hydroélectrique Inga 3. C’était hier dans l’Immeuble du Gouvernement, dans la commune de la Gombe. Selon notre source, ce consortium va financer les études et l’exécution des travaux. A terme, Inga 3 va produire plus de 4800 MW qui vont alimenter l’industrie congolaise, surtout minière, et être vendus à travers toute l’Afrique.

Bruno Kapanji, Directeur de l’agence de développement et de barrage du projet grand Inga, a indiqué à la presse qu’il se marie avec  la volonté du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange qui, depuis 2011 avait dit que la Rdc sera une puissance énergétique et environnementale. Ainsi, la construction de ce barrage va apporter des avantages comparatifs à la Rd Congo. Il va améliorer l’offre à l’endroit de l’industrie minière où les besoins sont énormes. Aussi, l’énergie produite sera vendue à d’autres pays africains et elle contribuera ainsi au développement de la Rd Congo. Au-delà de tous ces avantages, disons aussi que la population congolaise verra sa desserte être améliorée. De notre source, l’on apprend aussi que même les études de faisabilité seront financées par le consortium et ce, contrairement à ce qu’avait prétendu la Banque africaine de développement (BAD), dont l’intérêt pour ce projet n’est pas démontrer.

Soulignons que le barrage Inga III est un projet de barrage hydroélectrique sur le fleuve Congo en République démocratique du Congo. Il est établi sur le site des chutes d’Inga dans la province du Bas-Congo, à une trentaine de kilomètres au nord de la ville de Matadi. Deux barrages, Inga I et Inga II existent déjà sur le site. Il existe également un projet pour un quatrième barrage, dénommé projet Grand Inga.

Le barrage serait construit en rive droite du fleuve, profitant du Nkokolo, une vallée sèche ancien lit du fleuve, dont les berges atteignaient 150 mètres de haut au niveau des chutes d’Inga, parallèles au site, et qui a déjà été utilisé pour alimenter en eau Inga I et Inga II.

Un barrage, le barrage de Shongo, a permis de mettre sous eau le Nkokolo. L’eau est captée à 10 kilomètres en amont du site du barrage Inga II, à une altitude de 125 mètres, pour atteindre 115 mètres au niveau du bief alimentant les barrages Inga I et Inga II. Un canal d’une longueur de quelques centaines de mètres, situé à l’ouest du barrage Inga I (45 mètres de dénivelé, 115-70 mètres), alimente le barrage Inga II (50 mètres de dénivelé, 115-65 mètres).

Un canal creusé en amont des deux autres barrages permettrait cependant d’établir un nouveau barrage en contrebas des deux autres, et d’ainsi bénéficier d’un dénivelé de (55 mètres 115-60 mètres). Le barrage ici construit permettrait la production d’environ 4 800 mégawatt, contre 351 MW et 1 400 MW respectivement pour Inga I et Inga II. BHP Billiton est intéressée par le projet. Malgré l’intérêt de ce barrage pour une augmentation de la capacité énergétique pour le Congo et l’Afrique australe en général, il peine toujours à obtenir des sources de financement.

Le barrage Grand Inga permettrait quant à lui la production de quelque 39 000 MW. La réhabilitation de deux barrages hydroélectriques existants et la construction de deux nouveaux pour une puissance électrique totale inégalée sont au cœur des projets industriels de l’Emphytéose Moanda et de Westcor.

JMNK

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse