404 Error - page not found
We're sorry, but the page you are looking for doesn't exist.
You can go to the Page Accueil

NOS RÉCENTS ARTICLES

par -
0 906

Alors qu’ il fait partie de la délégation officielle qui accompagne Joseph Kabila à New-York pour la traditionnelle assemblée générale de l’ ONU dont les travaux s’ ouvrent le mardi prochain, Barnabé Kikaya, conseiller diplomatique du chef de l’État congolais s’ est vu confier  une autre mission, convaincre Washington  à renoncer aux résolutions des sanctions ciblées en chantier à la chambre des représentants  contre certains dirigeants congolais.

Les militants du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement  seront bel et bien dans les rues de Kinshasa, le  lundi, 19 septembre 2016. Mais contrairement au plan initial, les manifestants en  ne se rendront plus en masse au siège de la Ceni pour y observer un sit-in.

Lors d’ une réunion tenue ce samedi au siège du parti Fonus, Rassemblement et gouverneur de la ville se sont plutôt accordés sur l’ organisation d’ une marche pacifique qui sera sanctionnée par un meeting. D’après l’ accord trouvé entre les organisateurs et l’ hôtel de ville,  la marche devra partir de l’ échangeur de limeté à la 17émè rue pour chuter sur le boulevard triomphal.

Satisfecit pour André Kimbuta qui salue sa politique de proximité. « J’avais promis le jeudi de venir vers les opposants pour la mise au point. Il faut aller vers les administrés. Ils sont tous administrés », déclare le gouverneur de la ville qui se réjouit du consensus qui s’ est dégagé entre les deux parties.

« C’est seulement aujourd’hui que je confirme que je vais prendre acte de la marche du Rassemblement. Nous nous sommes mis d’accord que la marche partira de la place de l’ Echangeur jusqu’au Boulevard Triomphal », explique t-il.

Le compromis trouvé prévoit que les manifestants rempruntent les avenues de la Libération, Kalembelembe et Kasavubu avant de déboucher sur le point de chute. Seule, une petite délégation du rassemblement a été autorisée à se rendre au siège de la Ceni  après la manifestation pour y déposer le mémorandum.

André Kimbuta qui tient à l’ itinéraire convenu place ainsi les organisateurs devant leurs responsabilités. « Il n’ y aura pas de sit-in», insiste le gouv. Le plus important renchérit-il, c’ est « la marche et le meeting qui seront organisés ».

Jean Pierre Kayembe

 

 

A l’invitation du Bureau politique de la Majorité présidentielle que préside l’honorable Aubin Minaku Ndjalandjoko, les présidents des Regroupements et des partis politiques, ainsi que les membres de la MP se sont retrouvés dans une grande salle dans la commune de la Gombe, afin d’écouter le message de l’Autorité morale de cette famille politique, Joseph Kabila Kabange. Et ce, dans un contexte caractérisé par la constitution des regroupements politiques, afin de mieux affronter les élections qui pointent à l’horizon.

« Nous nous retrouvons une fois de plus pour nous organiser et il en sera ainsi jusqu’au 23 décembre 2018.  Et après, nous organiser parce que la phase précampagne électorale a bel et bien commencé », a indiqué Aubin Minaku, Secrétaire général de la Majorité présidentielle. Paraphrasant  l’Autorité de la Mp, qui disait : comme vous m’avez soutenu contre vents et marrées devant les accusations infamantes, les élections seront organisées en Rdc ».

Et de renchérir : du côté de la Majorité présidentielle, nous sommes sûrs et certains. « Nous étions sûr depuis longtemps, parce que nous étions sûrs que l’Autorité morale, lorsqu’elle parle, elle réalise. L’opposition pensait que c’était de la blague. Elle avait commencé par un discours suranné de révision de la constitution, même si la constitution elle-même est toujours révisable. Ensuite, elle a commencé à crier sur les toits des différentes maisons, cathédrales et résidences, la transition sans Kabila. Après avoir compris que l’argument révision de la constitution ne passait pas, ils ont inventé Transition sans Kabila. Là encore, échec et mât. Et après cela, une partie de l’opposition compris et eux aussi commencent à s’organiser à leur manière », explique-t-il, avant de faire observer aux membres de la Majorité Présidentielle : vous avez suivi la manière de l’Afrique du Sud.

Sur la même lancée, l’orateur d’enchaîner : nous devons nous organiser, voilà pourquoi l’Autorité morale m’a instruit de vous transmettre le message depuis avant-hier et hier. Il va lui-même recevoir tous les présidents des Regroupements et partis politiques de la Majorité présidentielle, après qu’il aura effectué une mission dans l’Est, au tout début du mois d’avril.  Et d’insister sur le fait que c’est à partir de cette séance de travail que le go de la campagne électorale côté Mp sera lancé. A cette occasion, précise-t-il, l’Autorité morale de la MP qui l’était à la création et qui l’est encore, sera toujours, lui, Autorité de la MP après notre victoire.

Il va ainsi sceller une alliance particulière entre lui, l’individu et chacun de vous, chaque président de parti politique de la MP. « Certains sont représentés au Bureau politique, d’autres à l’Assemblée nationale, d’autres nulle part, mais vous avez gardé le cap au sein de la MP. Cela ne veut pas dire qu’il va contrecarrer le leadership au sein de vos regroupements politiques », martèle-t-il, tout en se félicitant que ça fait 13 regroupements politiques et dans chaque regroupement, un leadership s’exerce. C’est clair que nous devions respecter cette organisation, mais c’est au sein de la MP et sous le leadership de Joseph Kabila.

(JMNK)

par -
0 202

Un communiqué du Bureau de l’Assemblée nationale, signé hier par le Directeur de Cabinet Jean-Pierre Lihau, indique avoir suivi par voie des médias des déclarations selon lesquelles l’Assemblée nationale serait concernée par une opération d’attribution parcellaire sur un site foncier à Kingabwa dans la Commune de Limete, à Kinshasa, en faveur des, Honorables Députés nationaux. Il constate malheureusement qu’à ce jour, l’Assemblée nationale n’a jamais reçu une quelconque offre d’attribution parcellaire au profit des Honorables Députés nationaux. Tout en déclinant l’offre, simplement supposée, de ladite attribution,  l’Honorable Président exhorte les différentes autorités concernées, dans, le respect mutuel, veiller surtout à l’intérêt général dans le règlement  du contentieux des espaces exploités par les maraîchères qui ont été honorées rocs de l’a célébration de la journée internationale des femmes de cette année.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué :

(JMNK)

 

COMMUNIQUE OFFICIEL

Le Cabinet de l’HonorablePrésident de l’Assemblée nationale a suivi, par voies des médias, des déclarations selon lesquelles l’Assemblée nationale serait concernée par une opération d’attribution parcellaire sur un site foncier à Kingabwa dans la Commune de limete, à Kinshasa, en faveur des, HonorablesDéputésnationaux.

L’Honorable Président de l’Assemblée nationale nous charge d’adresser à l’opinion

le présent message de mise au point:

  • A ce jour, l’Assemblée nationale n’a jamais reçu une quelconque offre d’attribution parcellaire au profit des Honorables Députés nationaux;
  • Aucune demande de souscription collective à une offre d’attribution de parcelles destinées aux Honorables Députés nationaux n’a été soumise ni au Bureau de l’Assemblée nationale, ni à la Conférence des présidents, moins encore à l’approbation de l’Assemblée plénière;
  • S’agissant particulièrement des terres exploitées par les mamans maraichères, l’Honorable, Président réitère son soutien à l’activité nourricièrede celles-ci ainsi qu’à leurs efforts inlassables pour concourir à notre ànotre autosuffisance alimenta ire, performance quotidienne qui leur fait mériter une grande considération de la part de toute la nation;
  • Par conséquent, tout en déclinant l’offre, simplement supposée, de ladite attribution l’Honorable Président exhorte les différentes autorités concernées, dans, le respect mutuel, veiller surtout à l’intérêt général dans le règlement  du contentieux des espaces exploités par les maraîchères qui ont été honorées rocs de l’a célébration de la journée internationale des femmes de cette année.

Fait à Kinshasa, le 22 mai 2018 

Pour le Cabinet de l’Honorable Président

de l’Assemblée nationale

 

Jean-Pierre Lihau Ebua Kalokola

Directeur de Cabinet

par -
0 151

Au cours de son audience foraine d’hier à la prison militaire de Ndolo, dans la commune de Barumbu, le Tribunal militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe a poursuivi l’instruction du dossier qui oppose le Ministère public aux 36 prévenus Kamwina Nsapu aile de Kinshasa. Deux cadres de l’UDPS sont passés à la barre. Il s’agit de Mukenge Paul et Gecko Beya, respectivement Coordonateur de la sécurité à la permanence de l’UDPS et vice-président de la Ligue des jeunes de l’UDPS. Pour le Bâtonnier Mbere, avocat de la partie civile Rdc, ceux qui pensent que ce procès est politique sont mal intentionnés. « Nous savons que l’UDPS est un grand parti de ce pays  et a plus de 10 millions des militants. Ici, il n’y a rien de l’UDPS, il s’agit des personnes physiques qui se sont mises ensemble pour déranger les biens des personnes. Il se fait que certaines d’entre elles  sont de l’UDPS, il ne s’agit pas d’un procès contre l’UDPS, mais contre les citoyens congolais  qui se sont mis ensemble pour attaquer les édifices publics, tuer les gens et s’en prendre aux biens des Congolais, dit-il.

Le premier à passer à la barre, Mukenge Paul, Gradué en Droit et arrêté le 12 juin 2017, a rejeté en bloc toutes les accusations, faisant preuve d’une certaine malice. A l’occasion, ses avocats ont fustigé le fait que le Ministère public n’a pas démontré les éléments caractérisant la prévention de terrorisme, avant de poser quelques questions : quel a été l’apport de Mukenge dans cette association des malfaiteurs ? Quel est son rôle dans l’évasion des detenus ? Combien des groupes il y a dans les séances de scarification ? Peut-il produire le certificat de décès des personnes assassinées par Mukenge Paul ? Comment expliquer certaines infractions sont reprochées au prévenu pendant qu’il était déjà aux arrêts ?

 « Vous savez, lorsqu’on accuse quelqu’un, c’est l’accusateur qui doit prouver.  Vous avez constaté que durant cette instruction, le Ministère public n’a pas de preuves matérielles, seulement les aveux obtenus sous la torture pour qu’ils puissent accepter ce qu’ils n’ont pas dit », a fustigé Me Ikoko, avant d’ajouter que Mukenge, c’est quelqu’un qui est responsable au niveau  de leur parti, il est poursuivi parce qu’il avait appelé quelqu’un, Mazarin, à 5 heures du matin. C’est pourquoi le Ministère public pense que comme il a appelé à cette heure, c’était pour lui demander comment les attaques du point chaud s’étaient déroulées. C’est pourquoi vous allez comprendre que le Ministère public n’a pas d’argument. On demande au Ministère public de nous prouver.  Sur l’infraction du terrorisme, il faut que le Ministère public nous prouve qu’il avait l’information. En plus, on n’a même pas cité le nom de Mukenge dans ces preuves là.

Mukenge n’a pas dit la vérité

Dans sa réplique, le Ministère public a fait observer que la comparution est très importante, car le Tribunal attendait de Mukenge qu’il dise la vérité au sujet de ce s’est passé le 08 mai au siège de l’UDPS. Les autres prévenus ont cité le Coordon Paul, raison pour laquelle des questions claires lui ont été posées. Des réponses données, il dit qu’après avoir quitté le siège autour de 20 heures, le reste ne le concerne pas. Mais les autres prévenus disent qu’il était au courant de tout ce qui s’était passé cette nuit-là, soit une réunion de préparation à l’endroit où Mukenge était censé maîtriser la sécurité. En plus, il dit avoir laissé près de 200 personnes, contrairement aux habitudes. La particularité, insiste l’organe de la loi, ce qu’il a été appelé à 21 heures et sachant qu’il allait se présenter au travail à 8 heures, il prendra le soin d’appeler autour de 5 heures du matin. « Que le Greffier note que le 17 mai 2017, Mukenge Paul a appelé à maintes fois Manzanga Mazarin pendant que la prison de Makala était vidée de ses prisonniers dangereux », a insisté le Ministère public.

A une question de la presse de savoir que comme le Secrétaire général de l’UDPS a été cité dans l’un des procès verbaux, n’est-ce pas là un procès politique ou un acharnement contre l’UDPS ? Et le Colonel Limbaya de préciser que le procès verbal dont vous faites allusion ne parle pas de sensibilisation, n’impute pas le Secrétaire général de l’UDPS cette charge de sensibiliser les membres de Kamwina Nsapu. « Le prévenu Mukenge répondant aux questions posées pendant l’enquête préliminaire, même devant le juge, il dit qu’il est chargé de la sécurité et que la personne qui s’occupe de la mobilisation des militants, c’est  le Secrétaire général.  Quand vous prenez le dossier, vous verrez que nulle part le Secrétaire général est citée », rétorque-t-il, avant de préciser que si une telle révélation a été faite autour du Secrétaire général comme étant mobilisateur, rassurez vous que la loi est la même pour tout le monde, et le Parquet allait faire  son travail, c’est-à-dire,  appeler la personne, lui poser la question et éventuellement confronter toutes les deux parties.  Vous verrez que cela n’a pas été fait.

En outre, il a expliqué que lorsque le Ministère public amène le   prévenu devant le juge, la charge de la preuve lui incombe. Dans le cadre de ce procès, le Ministère public est venu avec des preuves : les aveux du prévenu, des procès verbaux de constat et de saisie des objectifs. Des objets entre les mains des prévenus et qui sont révélateurs, sont autour des faits pour lesquelles les prévenus sont déférés. Quand vous prenez l’article 75 du code de procédure pénale, le législateur est clair. En dehors des procès verbaux qui sont revêtus de la force probante, les autres procès verbaux sont laissés à l’appréciation du juge. Et c’est le débat et nous respectons le principe de l’oralité et nous exploitons ces procès verbaux pour permettre aux juges  d’avoir son intime conviction.

Allant dans le même sens que le Ministère public, le Batonnier Mbere de la partie civile Rdc a rappelé que les gens pensent que le procès commence à l’audience publique, c’est faux et archi-faux ! Un procès commence à la Police, il va au Parquet et il vient se terminer au Tribunal. « Pour nous qui avons suivi cette instruction depuis la Police, nous sommes à l’aise, parce que  lorsqu’on nie devant la barre, nous faisons recours à la Police et au Parquet, nous faisons une confrontation pour que la vérité  éclate au grand jour. Il n’y a pas de stratégie à changer, c’est de confronter les prévenus à leurs propres procès verbaux. Peut-être que les gens ne connaissent pas  c’est quoi un procès verbal ?  C’est un acte authentique qui fait foi jusqu’à preuve du contraire. Nier, oui, est-ce qu’il y a une preuve contraire ? Pour nous, nous nous accrochons au procès verbaux », indique-t-il.

Y-a-t-il procès politique ou acharnement contre l’UDPS ?  Et le Bâtonnier Mbere de préciser, ceux qui peuvent avoir cette  conception sont les gens mal intentionnés. « Nous savons que l’UDPS est un grand parti de ce pays  et a plus de 10 millions des militants. Est-ce qu’on a arrêté tous les 10 millions ? Non ! Ici, il n’y a rien de l’UDPS, il s’agit des personnes physiques qui se sont mises ensemble pour déranger les biens des personnes. Il se fait que certaines d’entre eux  sont de l’UDPS, il ne s’agit pas d’un procès contre l’UDPS, mais contre les citoyens congolais  qui se sont mis ensemble pour déranger les personnes et de leurs biens », martèle-t-il.

Par rapport à note lue au cours du procès, la partie civile Rdc estime qu’il ne s’agit pas des nouvelles  pièces, mais des pièces qui se trouvent déjà au Greffe. Et de s’étonner que le conseil des prévenus était surpris de voir ça devant la barre !  Mais cela n’empêche pas à un Ministère public de brandir les nouvelles pièces, mais à conditions qu’elles soient soumises au débat contradictoire. Soulignons que le procès se poursuit mardi prochain, avec M. Gecko Bey à la barre.

(JMNK)

par -
0 141

*Il est de même pour les U-20 

Les Léopards convoqués par les Léopards Séniors pour la journée FIFA se sont entraînés hier au stade des Martyrs de la Pentecôte dans la soirée. Internés à l’Hôtel Beatrice, le regroupement et l’arrivée ont démarré depuis mardi 20 mars 2018. Les fauves congolais quittent Kinshasa le samedi 24 mars pour Dar-es-Salam et le match amical de la journée FIFA est prévu le mardi 27 mars 2018. Le dernier lot des joueurs professionnels était programmé hier Jeudi dans la soirée. 20 joueurs sur 24  présélectionnés par Jean-Florent Ibenge étaient présents aux entraînements de jeudi soir.

Il en est de même pour les Léopards U-20 qui préparent le match aller des éliminatoires de la CAN U-20 Niger 2019. Ils ont effectué leur premier entraînement au stade des Martyrs de la Pentecôte sous la supervision de leur sélectionneur adjoint Denis Makenga Mukeba et Dabusu Nzale leur coach physique. Leur entraînement était orienté sur l’endurance, la capacité et l’Aérobie. Jusque hier soir, ils étaient au nombre de 14 joueurs. Le match est prévu le 31 mars 2018, le départ étant programmé le mercredi 28 mars 2018 et le retour est prévu le dimanche 1 avril 2018. Tandis que le match retour se jouera le 20 avril prochain.

Les Léopards U-17 quant à eux, ils étaient au  centre médico-sportif du stade des Martyrs pour les examens médicaux. Ils préparent le tournoi de l’UNIFFAC prévu du 3 au 17 avril 2018 au Cameroun.

(Gaby Mass)

par -
0 143

Après les quatre rencontres jouées mercredi pour le compte de la 1ere  journée, un seul match a eu lieu hier à Lubumbashi au stade Fréderic Kibasa Maliba, entre les « Salésiens » du CS Don Bosco et les Cheminots du FC Saint Eloi Luopop. Pour dire que le play-off vient de prendre déjà son train à la gare pour la destination.

Tout est allé très vite, Mwinyi Dibundu a ouvert le score à la 14ème minute et Nathan Sumbuka a doublé la mise à la 64ème minute. 2-0 fut le score à la mi-temps.

Après les citrons, les Cheminots vont courir derrière le résultat pour la remontada. Kapay va réduire le score à la 72ème minute et Héritier Makambo à la 80ème minute.

Les hommes de l’Ivoirien Bruno Bla ont cherché le deuxième souffle mais en vain, les Cheminot seront accrochés et prennent un retard de deux points par rapport  aux autres grosses calibres (Mazembe , V.Club, SM Sanga Balende qui ont gagné le leur.

Voici par ailleurs les rencontres du week-end :

Samedi 24 mars 2018 AS Dauphin Noir –JS Groupe Bazano  au stade des Volcans, dimanche 25 mars 2018 FC Mont Bleu-Dcmp au stade Amani de Bunia, AC Rangers-AS Maniema Union au STR.

(Gaby Mass)

 

par -
0 138

Les députés provinciaux du Kwango seront aux urnes le mercredi 28 mars prochain pour élire le gouverneur et le vice-gouverneur de leur province.

Quatre candidats se bousculent au portillon. Il s’agit respectivement de l’honorable député Wenziwa Kuyula, de son collègue député national Mboso Vicky, du député provincial Kasuwa Ramain et enfin de M. Makofi Kanys, conseiller du gouverneur sortant, parti à la suite d’une motion de défiance pour mauvaise gestion.

Dans l’une de nos précédentes livraisons, nous-nous étions quelque peu attardés sur le profil de certains d’entre eux, signalant au passage que les électeurs agissant selon la volonté du souverain primaire grâce à qui ils ont été portés à ces fonctions, devront le moment venu regarder au rétroviseur et considérer avec justice et équité ce qu’ils auront fait durant leur mandature et ce qu’ils auraient légué de positif à la population.

Signalons également que deux des 4 candidats sont du même patelin, de Kasongo-Lunda et originaires de la contrée de Mawanga, au même titre que le gouverneur sortant.

Maintenant qu’ils sont fin mandat, ils reviennent sans avoir froid aux yeux vers les populations qu’ils avaient oubliés ne laissant rien de probant comme souvenir.

Beaucoup s’accordent à dire en ce qui concerne le Député Wenzi, alors nommé Proved de l’EPSP Kwango en 2006, avec pour mission de construire des bâtiments dignes pouvant abriter les installations de la division. Des centaines de sacs de ciment offerts par le sénateur Jean-Pierre Bemba, son Autorité morale du Mlc, ainsi que de fortes sommes d’argent fruit des cotisations des parents d’élèves, des dons et legs des personnes ressources auraient pris une autre direction. Par conséquent, Wenzi échoua aux élections malgré le soutien du patriarche Mboso Kodia Pwanga qui fort heureusement obtint qu’en compassassions Wenzi fut nommé gouverneur de la province de Bandundu. En 2007, il sollicite encore les faveurs des scrutins, mais les électeurs qu’il avait gérés et qui, n’ayant pas la mémoire courte, le sanctionnent par un vote horriblement négatif. : zéro voix sur les 84 électeurs. Il quitte la ville de Bandundu sur la pointe des pieds et vient se réfugier à Kenge pour se faire élire en 2011 avec la bénédiction de l’honorable Kutekala avec qui ils sont en brouille.

Mboso Vicky avocat de son état, membre du Palu est élue vice- gouverneur de Bandundu en 2006, puis gouverneur intérimaire jusqu’en 2011 quand il est élu député national jusqu’à ce jour. Mais lui non plus n’a visiblement rien fait de probant au Bandundu, à Kasongo Lunda ou à Kenge.

Vient ensuite le candidat Makofi Kanys, conseiller du gouverneur Larousse sortant, qui aurait facilité la gabegie financière,  notamment en faisant louer sa Jeep à un prix exorbitant au gouverneur. Il serait également trempé dans le détournement des sacs de ciment qu’on reproche au gouverneur désavoué.

Le cas du candidat Kasuwa Romain fait cliché

De nombreux observateurs sont d’avis que seul le candidat Kasuwa Romain, Ingénieur en construction et avocat du Barreau mérite la confiance des électeurs et par ricochet celle des populations.

En effet, son créneau technique qui l’a naturellement branché dans l’aménagement du territoire. L’homme s’est occupé depuis fort longtemps à concevoir les diverses infrastructures existantes presque dans tous les territoires du Kwango,  voir même dans d’autres provinces.

Ses nombreuses initiatives ont crée des emplois, donner la joie de vivre aux ressortissants de la contrée qui espèrent qu’avec lui à la tête de leur province, le développement ne sera pas un slogan mais une réalité vivante.

(Fernand Mukaku Lalabi-Luke/Cp)