404 Error - page not found
We're sorry, but the page you are looking for doesn't exist.
You can go to the Page Accueil

NOS RÉCENTS ARTICLES

par -
0 620

Alors qu’ il fait partie de la délégation officielle qui accompagne Joseph Kabila à New-York pour la traditionnelle assemblée générale de l’ ONU dont les travaux s’ ouvrent le mardi prochain, Barnabé Kikaya, conseiller diplomatique du chef de l’État congolais s’ est vu confier  une autre mission, convaincre Washington  à renoncer aux résolutions des sanctions ciblées en chantier à la chambre des représentants  contre certains dirigeants congolais.

Les militants du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement  seront bel et bien dans les rues de Kinshasa, le  lundi, 19 septembre 2016. Mais contrairement au plan initial, les manifestants en  ne se rendront plus en masse au siège de la Ceni pour y observer un sit-in.

Lors d’ une réunion tenue ce samedi au siège du parti Fonus, Rassemblement et gouverneur de la ville se sont plutôt accordés sur l’ organisation d’ une marche pacifique qui sera sanctionnée par un meeting. D’après l’ accord trouvé entre les organisateurs et l’ hôtel de ville,  la marche devra partir de l’ échangeur de limeté à la 17émè rue pour chuter sur le boulevard triomphal.

Satisfecit pour André Kimbuta qui salue sa politique de proximité. « J’avais promis le jeudi de venir vers les opposants pour la mise au point. Il faut aller vers les administrés. Ils sont tous administrés », déclare le gouverneur de la ville qui se réjouit du consensus qui s’ est dégagé entre les deux parties.

« C’est seulement aujourd’hui que je confirme que je vais prendre acte de la marche du Rassemblement. Nous nous sommes mis d’accord que la marche partira de la place de l’ Echangeur jusqu’au Boulevard Triomphal », explique t-il.

Le compromis trouvé prévoit que les manifestants rempruntent les avenues de la Libération, Kalembelembe et Kasavubu avant de déboucher sur le point de chute. Seule, une petite délégation du rassemblement a été autorisée à se rendre au siège de la Ceni  après la manifestation pour y déposer le mémorandum.

André Kimbuta qui tient à l’ itinéraire convenu place ainsi les organisateurs devant leurs responsabilités. « Il n’ y aura pas de sit-in», insiste le gouv. Le plus important renchérit-il, c’ est « la marche et le meeting qui seront organisés ».

Jean Pierre Kayembe

 

 

Dans un communiqué conjoint du procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, et de l’auditeur général des Forces armées de la RDC, le général-major Joseph Ponde Isambwa, le député national Ne Muanda Nsemi, chef du mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala (BDK), est mis en cause par la justice comme auteur moral de nombreuses infractions commises par les adeptes de sa secte tant à Kinshasa que dans la province du Kongo Central.

Ce communiqué renseigne que sept infractions sont retenues à charge de Ne Muanda Nsemi à savoir, offense au Chef de l’Etat, meurtres, assassinats, destruction méchante, association de malfaiteurs, incitation à la haine tribale et incitation à la désobéissance civile.

Selon les deux hauts magistrats, qui faisaient le point de toutes les affaires pendantes au niveau de la justice tant civile que militaire, alors que le parquet général de la République attendait la suite au réquisitoire adressé à l’Assemblée nationale en vue d’obtenir l’autorisation d’engager des poursuites à sa charge, Ne Muanda Nsemi s’est évadé de la prison centrale de Makala le 17 mai dernier avec de nombreux détenus.

Des poursuites sont néanmoins engagées contre les auteurs matériels au niveau des juridictions militaires dans la province du Kongo Central, ont indiqué les deux responsables, ajoutant que les enquêtes se poursuivirent encore au niveau de la police nationale, sans préjudice du dossier transmis à l’auditorat militaire de garnison de Kinshasa-Gombe, au sujet des incidents survenus dans certaines communes de Kinshasa, notamment à Selembao, Bumbu, Ngaliema, Masina, Matete et Ndjili, imputés également à des adeptes de la secte de Ne Muanda Nsemi.

Quant aux incidents de la nuit du 09 au 10 juin 2017 au commandement du district de la police nationale du Mont-Amba et au parquet de grande instance de Matete, ainsi qu’à ceux survenus le 29 juin 2017 au commandement du district de la PNC/FUNA à Kalamu et le 14 juillet 2017, au marché centrale de Kinshasa, le communiqué indique que tous ces cas ont fait l’objet d’ouverture de dossiers judiciaires au niveau des offices des parquets de la ville de Kinshasa. Les enquêtes se poursuivent afin de déterminer les culpabilités avant la saisine des juridictions compétentes, précise-t-on.

Concernant l’évasion massive des détenus de la prison de Makala, les deux hauts magistrats de la République informent qu’un dossier est ouvert au parquet de grande instance de la Gombe où se poursuit l’instruction pré juridictionnelle.

Néanmoins, précise le communiqué, 26 détenus sont placés sous mandat d’arrêt provisoire  dans le dossier judiciaire ouvert à charge de Ntumba Divuidi et consorts sur la situation des insurgés de BDK à Kinshasa.

(Bernetel Makambo)

par -
0 84

Le ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire, Gaston Musemena Bongala a confirmé hier jeudi, la rentrée scolaire 2017-2018 pour le lundi 4 septembre sur toute l’étendue national. Cela, conformément au calendrier scolaire approuvé par le Gouvernement. Le ministre qui refuse la politisation de la reprise des cours, rappelle que la rentrée des classes est un droit légitime des enfants garanti par la Constitution.

« La place de l’enfant se trouve à l’école et non ailleurs », a souligné le patron de l’Epsp. Par ailleurs, il ajoute que : « la rentrée de nos enfants ne doit pas du tout être considérée comme une opportunité pour qui que ce soit de formuler des revendications personnelles même si celles-ci s’avèrent légitimes ». Une façon pour Gaston Musemena Bongala de répondre à la menace de grève lancée par certains syndicats de  l’Epsp qui conditionnent la rentrée scolaire par l’amélioration des conditions sociales de l’enseignant. A ce sujet justement, le ministre de l’Epsp qui a joué à l’apaisement, a déclaré que lors du dernier conseil des ministres, le gouvernement a pris des dispositions pour faire face aux préoccupations de tous les agents et fonctionnaires de l’Etat y compris les enseignants. Le ministre a tenu ces propos mercredi 24 août 2017 dans la soirée à l’Aéroport International de N’djili à son retour à Kinshasa après un séjour à Berlin en Allemagne.

Relancer l’imprimerie de l’Epsp

Dans la Capitale allemande, le ministre de l’Epsp est allé prendre langue avec la firme internationale « Giesecke et Devrient » pour la relance de l’imprimerie de l’Epsp afin de produire localement les titres, pièces et autres fournitures scolaires. De noter que la firme Giesecke et Devrient a une longue expérience dans ce domaine pour avoir soutenu la Banque Centrale du Congo à mettre en place l’Hôtel des monnaies et imprimer la monnaie nationale sous la deuxième République. Si les contacts avec la Banque Centrale du Congo (BCC) sont maintenus pour l’impression des diplômes d’Etat, pour les autres documents, le ministre, Gaston Musemena Bongala entend travailler avec la firme allemande pour la modernisation de l’imprimerie de l’Epsp. La finalité étant l’amélioration de la qualité de l’enseignement pour l’émergence de la RDC selon la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange.

Une grève habituelle en RDC

Chaque année en République Démocratique du Congo, il y a des chantages de la part des syndicats des enseignants. Toutefois, cela ne met pas en branle la volonté et la fermeté du Gouvernement de la République de préserver un environnement serein pour la formation des futurs cadres du pays. Point n’est besoin de marteler que dans le contexte actuel, beaucoup des politiciens en mal de démocratie se comportent en pêcheurs en eaux-troubles séduisant les parents par des discours démobilisateurs pour faire douter de la bonne volonté et des efforts du Gouvernement d’assurer une meilleure éducation des enfants.

(Bernetel Makambo)

par -
0 124

Le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieure et sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary est à la tête d’une délégation gouvernementale dans la province de l’Ituri. Accueillie par le Gouverneur de province, Jefferson Abdallah Pene Mbaka, cette délégation du Gouvernement national apporte une aide humanitaire aux victimes de la catastrophe naturelle survenue dans la localité de  Tara.

L’aide gouvernementale comprend notamment des  vivres et des non vivres, ainsi que des médicaments destinés aux rescapés et aux familles des victimes.

Le geste humanitaire du gouvernement fait suite aux instructions du Chef de l’Etat congolais Joseph Kabila Kabange qui a demandé   une aide  d’urgence en faveur de cette population meurtrie après  une catastrophe naturelle ayant fait plusieurs victimes. Le ministre des Affaires Sociales Eugène Serufuli, et celui de la solidarité et affaires humanitaires, Bernard Sango, font partie de cette délégation.

Devant la presse, le VPM Ramazani Shadary a dit être venu avec les autres ministres pour une visite de réconfort et d’assistance humanitaire aux sinistrés de la pluie diluvienne qui a récemment causée des dégâts matériels et humains dans la localité de Tara, territoire de Djugu, il y a près d’une semaine.

« Un Gouvernement responsable évalue les besoins avant de déployer l’aide humanitaire. Et le Gouvernement provincial qui a transmis son rapport au niveau national a été instruit à ce propos immédiatement après la catastrophe », a martelé le VPM Shadary.

Son escale à Goma

Avant de rejoindre Ituri, le Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité a fait un transit sur Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Abordé par la presse, Ramazani Shadary a indiqué que c’est sur instruction du Président de la République, Joseph Kabila Kabange, qu’il conduit une mission d’assistance humanitaire aux victimes du glissement de terre intervenu dans la nuit du 16 au 17 août dans la localité de Tara, territoire de Djugu dans la province de l’Ituri.

(Bernetel Makambo)

par -
0 116

*Le vote maintenu le samedi prochain notamment dans le Haut-Katanga

La Commission électorale nationale indépendante (CENI), a annoncé, la clôture de la campagne électorale pour l’élection des gouverneurs depuis hier jeudi 24 août 2017, à minuit. Par ailleurs, elle  rappelle également que le vote de nouveaux gouverneurs et leurs adjoints aura lieu le samedi 26 août 2017.

« Pour l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs, les provinces suivantes sont concernées : Haut-Katanga, Lomami, Kwilu, Sud-Kivu, Sud-Ubangi, Tshopo, Tshuapa. Pour l’élection de vice-gouverneur : Bas-Uélé », indique le communiqué de la CENI signé par son rapporteur adjoint, Onésime Kukatula.

De ce fait, le même communiqué révèle que la CENI maintient l’élection du gouverneur dans le Haut-Katanga.

(Bernetel Makambo)

Ci-dessous, ledit communiqué de la Ceni

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE

COMMUNIQUE DE PRESSE N°.007/CENI-RDC/17

Conformément au calendrier de l’élection des Gouverneur et Vice-Gouverneur de province rendu public le 18 juillet 2017, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) annonce à l’opinion nationale la clôture de la campagne électorale ce jeudi 24 août 2017, à minuit.

Elle se réjouit du bon déroulement de cette campagne électorale dans les provinces concernées.

Par ailleurs, la CENI rappelle à l’opinion que le vote des Gouverneur et Vice-Gouverneur de province par les députés provinciaux aura lieu le samedi 26 août 2017 dans les provinces suivantes:

Pour l’élection des Gouverneur et Vice-Gouverneur: Haut-Katanga, Haut-Lomami, Kwilu, Sud-Kivu, Sud-Ubangi, Tshopo et Tshuapa

  • Pour l’élection de Vice-Gouverneur: Bas-Uélé

par -
0 101
Une photo de famille entre les journalistes et M. Li Hengtian

Comme annoncé par le Journal L’Avenir dans son édition d’hier, le séminaire de formation 2017 pour les fonctionnaires et les professionnels dans le domaine des médias de la République démocratique du Congo, a effectivement démarré hier jeudi à Xijiao Hôtel de Beijing, en République populaire de Chine (RPC). Après la présentation de participants venus tous de la Rd Congo, la parole a été donnée à leur représentant, M. Gabriel Pasi Samba, qui a salué l’effectivité et la qualité exemplaire de la coopération sino-congolaise. « Notre présence dans cette belle capitale de l’Empire du milieu, témoigne l’engagement de nos Gouvernements respectifs à œuvrer en faveur du rayonnement de cette coopération », dit-il, avant de rappeler, entre autres, les multiples réalisations chinoises en RDC, dans le cadre du développement socio-économique et culturel, matérialisées par ce vaste programme de formation à travers des séries des séminaires organisées par le Gouvernement chinois. Il a terminé par rassurer les organisateurs  que la délégation ne ménagera aucun effort pour que le présent séminaire atteigne les résultats escomptés.

Pour sa part, M. Li Hengtian, Directeur adjoint du Centre de formation du Groupe de publication internationale de Chine, a souligné que les relations bilatérales sino-rd-congolaises se développent sans encombres depuis un demi-siècle. Les deux parties ont approfondi leurs coopérations notamment dans les échanges commerciaux, l’éducation, la culture, l’énergie, la technologie et les infrastructures. Et ce, sans oublier l’initiative « La Ceinture économique et la Route maritime », qui ouvre de nouvelles perspectives pour la coopération entre la Chine et la RDC.

Pour lui, ce séminaire de formation permettra aux participants de mieux connaître la situation réelle, le développement et l’évolution de la Chine. « En même temps, vous aurez l’occasion de discuter avec vos confrères chinois afin de promouvoir les échanges et la coopération. Durant vos séjours en Chine, nous vous organiserons non seulement les conférences, les échanges professionnels ainsi que les visites dans d’autres provinces chinoises. Nous essayons de bien remplir ces 21 jours et j’espère que vous pourrez mieux connaître la Chine et les médias chinois à travers ce séminaire de formation », indique-t-il.

Du journalisme en Chine

Dans son exposé sur « L’aperçu général du journalisme en Chine », M. Xu Tianbing, professeur en relations internationales et à l’Université de la communication de Chine, a d’abord expliqué les liens historiques entre son pays et la Rd Congo, avant de rappeler dans les moindres détails, l’évolution de la presse en Chine, à partir de l’époque des dynasties, tout en parcourant les années avant et après 1949, pour enfin chuter vers l’année 1978, comprise comme étant celle de la transition et de la transformation. Il a par la suite donné quelques caractéristiques de la presse écrite, généralement politisée et rarement neutre. Pour lui, c’est au début des années 50 qu’il faut situer l’organisation de la presse écrite, une presse contrôlée par les communistes. Par la suite, la presse écrite sera hiérarchisée, c’est-à-dire, une presse qui se fait selon la nature du lecteur. On va la qualifier de presse centrale, contrairement à la presse locale qui devient son succursale. Au cours de la même période, l’on va assister à la sectorisation de la presse écrite (chemin de fer, etc.), sans oublier une professionnalisation du secteur. Le professeur Xu Tianbing de constater que la presse écrite qui est devenue élitiste n’aura de salut qu’à travers sa professionnalisation ou sa spécialisation. Soit une presse thématique (Gouvernance, écologie, sportive, etc.).

Parlant de la radio, le professeur en relations internationales situe ses débuts entre 1950 et fin 1960. Mais il constate qu’à ce jour, la radio joue un rôle d’interaction. Elle joue aussi un rôle dans la division internationale, en dépassant souvent les frontières. Mais il pense qu’elle a une durée limitée, à condition qu’elle se spécialise. De même pour la télévision, il a souligné que Pékin s’est doté de sa toute première station télé depuis 1958, tout en insistant sur le fait qu’elle garde une diffusion verticale. Il cite comme premier problème, la marchandisation excessive, parce qu’on devient prisonnier de la société de transformation et de l’argent. Il pense que la télé peut encore jouer un grand rôle dans le procédural (signature des accords, etc.). Elle peut aussi tirer son épingle du jeu à travers des enquêtes sérieux et les reportages de qualité.  Quant à l’internet, le professeur note que la Chine a une communauté de près de 700 millions d’internautes. Et cet internet, à l’en croire, a créé des contacts horizontaux, a révolutionné la diffusion, ainsi que les rapports entre les émetteurs et les récepteurs. Il a attiré l’attention de tout le monde, car l’internet crée la confusion. Raison pour laquelle il faut toujours vérifier l’information. C’est par un jeu de questions-réponses que la première journée s’est achevée.

 

(Jean-Marie Nkambua, Beijing)

par -
0 78

*Une Commission ministérielle mixte ce vendredi sur terrain  pour la    vérification des titres fonciers

Le Gouvernement congolais s’en va-t’en guerre contre tous ceux qui spolient les sites et biens appartenant à l’Etat.  Cette question lui préoccupe au plus au point qu’il en a fait son cheval de bataille. Pour remettre l’Etat dans ses  droits, une commission interministérielle composée des ministres  des affaires foncières, de l’urbanisme et habitat, de l’aménagement du territoire et rénovation de la ville ainsi que des affaires coutumières a effectué lundi, une mission d’inspection sur le site de Kimbondo San Fil dans la commune de Mont Ngafula , un site parmi tant  de sites spoliés de la capitale Kinshasa  . Au cours de cette visite, cette commission a fait constat malheureux d’envahissement anarchique de cette concession appartenant à L’Etat congolais. Elle  a été surprise de voir que de maisons  de l’Etat  sont occupées illégalement par des particuliers, des parcelles morcelées, spoliés  et vendus   sans autorisation . Une dizaine de  bornes en fabrication ont  même été  trouvées sur place dans cette concession, une véritable anarchie dans cette réserve  foncière  qui laisse comprendre que certaines personnes se croient au dessus de la loi et de  l’Etat.  Après la visite de ce site de  près de 149 villas, la commission interministérielle  qui après avoir constaté ce désastre, a décidé de diligenter une opération  d’identification de tous les occupants de cette concession en vue de  savoir si les occupants dudit site sont dans la légalité ou pas . Pour le ministre  des affaires foncières   qui faisait  partie de la commission, il est hors de question  d’accepter que les gens sans titres puissent  s’accaparer de biens appartenant à l’Etat .  Maitre Lumeya Dhu Maleghi  déclare que le gouvernement  va mener  une guerre sans pitié  contre les occupants anarchiques dans la ville de Kinshasa. D’après le patron des affaires foncières,  ce site va servir d’exemple avant d’ajouter que le gouvernement est  déterminé à mettre fin à la spoliation observée  en République Démocratique du Congo.

De son côté, Félix Kabange Numbi a  estimé  que  tout ce qui s’est fait comme travail dans ce site de Kimbondo  est  complètement illégal. Le ministre de l’aménagement du territoire a martelé sur l’urgence  de  retrouver  les 149 villas dans  leur état de départ. Il explique que pour le morcellement d’abord  il faut qu’on vérifier les titres, pour chaque morcellement il faut qu’il y ait un plan d’aménagement  , ce sont des parcelles d’un hectare  et demi , de deux hectares et   de trois hectares  et dans l’état actuel de choses lorsque vous êtes déjà dans un hectare et demi,  c’est plus de dix lots  dans le morcellement et la loi dit que quant c’est plus de dix lots pour ce morcellement il faut un plan d’aménagement signé par le ministre d’aménagement du territoire a rapporté Felix Kabange Numbi qui pense que le gouvernement est en face d’une série des hors la loi  qui ont agi contre la loi , et  l’Etat est en  droit de faire appliquer la loi a-t-il insisté devant les cameras  . L’Etat congolais est un Etat de droit, voila pourquoi cette commission interministérielle  a décidé de passer par la première étape, c’est-à-dire par le contrôle des titres a renchérit le ministre de l’urbanisme et habitat  qui rappelle que  Ceux qui ont fait le morcellement n’ont pas qualité. Pour lui,   il est important de faire l’état de lieu,  avant que  de  grandes décision  tombent .  A propos de  deux chefs coutumiers se disputent le contrôle du  site.  le ministre de l’aménagement du territoire et rénovation de la ville  fait comprendre que   la terre appartient à l’Etat, la ville  de Kinshasa est lotie et  le lieu  où nous sommes a été déjà loti par conséquent aucun chef coutumier n’a le droit d’aliéner   cette terre . la visite d’inspection dans ce site de Kimbondo San Fil est une démarche et une initiative du ministre de l’urbanisme et habitat qui sur le même il ya un mois ,Joseph Kokoniangi a expliqué à la presse qu’il  était très attristé  de constater que l’Etat est en train d’être spolié, c’est ainsi qu’il avait pris cette initiative d’inviter ses collègues  afin qu’ils viennent constater  avec lui l’amertume que nous vivons . Lle patron de l’urbanisme se dit content  d’avoir vécu avec ses collègues ministres  qu’il aient vu cette catastrophe dans le site de Kimbondo San fil .

Il affirme qu’il est d’accord avec ses deux collègues pour que les décisions fortes soient prises afin de stopper cette spoliation. Joseph Kokoniangi  déclare que  personne peut dépasser l’Etat, il rassure que l’Etat va rentrer dans ses droits.  On doit finir une fois pour toute l’affaire de ce site  a affirmé le ministre de l’urbanisme et  habitat, le professeur Joseph Kokoniangi .

Etant des hommes d’action comme le chef de l’Etat Son Excellence Joseph Kabila Kabange  , Joseph Kokoniangi, Lumeya Dhu Maleghi et Guy Mikulu étaient de nouveau sur ce site mardi pour installer la commission mixte qui aura  comme mission de vérifier les titres de tous les occupants de cette concession  .  Dans cette même lancée , un terrain d’entente a été trouvé entre la commission interministérielle et  tous les chefs coutumiers de ce coin qui ont accepté la proposition ministérielle  de cesser tous les travaux   exécutés dans ce site , et se sont portés garants de la surveillance du lieu  . Selon le Ministre  Joseph  Kokoniangi , une commission mixte sera monté ce vendredi pour le contrôle de tous les occupants . Cette commission mixte  qui portera la lumière sur ce dossier est constitué du ministre de l’urbanisme et Habitat Joseph Kokoniangi ,des affaires foncière Lumeya Dhu Maleghi , des affaires foncières Guy Mikulu et de l’aménagement du territoire et rénovation de la ville Felix Kabange Numbi . Apres le contrôle,  le ministre de l’urbanisme et Habitat, son excellence Joseph Kokoniangi  signera un arrêté portant les 149 villas du site de Kimbondo  au patrimoine de l’Etat Congolais.  Il sied de signaler que Ce site  appartenait jadis aux colonisateurs blancs  qui après leur départ l’ont laissé à l’Etat congolais qui en est désormais bénéficiaire selon la loi .

 

(Crhioni Kibungu)