Décédé le 24 février 2019: Antoine Gizenga inhumé hier dans la concession familiale de N’sele

par -
0 228

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a  rendu un dernier hommage dimanche, à l’ancien Premier ministre et Secrétaire général du Parti lumumbiste unifié(PALU), Antoine Gizenga, au cours d’une cérémonie funéraire organisée en sa mémoire à la halle du Palais du Peuple, dans la commune de Lingwala. Et ce, devant un monde fort mobilisé qui voulait rendre les derniers hommages à celui dont le combat aura marqué tout un pays.

Le Président Félix Tshisekedi a déposé une couronne de fleurs devant la dépouille du patriarche et ancien collaborateur du premier Premier ministre Patrice-Emery Lumumba. Informé du décès de ce monument de la politique congolaise, le  Chef de l’Etat s’était déjà rendu en sa résidence de Mont Fleuri, consoler sa famille aussitôt rentré de sa mission officielle en Namibie, tout en promettant des obsèques dignes au chef de PALU. Dans le registre des condoléances ouvert à la résidence familiale, Félix Tshisekedi rendait hommage à un baobab dont la lutte l’a beaucoup inspiré.

Soulignons que plusieurs personnalités du monde  politique, de la justice, de l’armée et de la police, les membres du PALU et de la famille biologique de l’illustre disparu  ont répondu présent aux obsèques de ce  grand homme politique, avant d’être conduit dans la concession familiale à N’Sele, où il sera inhumé provisoirement.

Dans son oraison funèbre, le Premier ministre Bruno Tshibala a loué les bons et loyaux services rendus par cet illustre disparu. « Le gouvernement lui rend hommage pour ses loyaux services rendus à la nation, qui lui ont valu le mérite de pionnier de l’Indépendance », a-t-il dit, soulignant qu’il  s’est battu  pour que le Congo retrouve sa souveraineté et la conserve.

Il a rappelé qu’en véritable nationaliste et coéquipier de l’ancien premier Premier ministre, feu Patrice Emery Lumumba, l’illustre disparu avait pris avec courage la poursuite du combat pour le salut des Congolais. Décédé à l’âge de 94 ans, Antoine Gizenga sera enterré lundi 11 mars dans un caveau familial à Buma, dans la périphérie est de la capitale.

Le Palu ne va pas disparaitre

En République démocratique du Congo, le décès de certains leaders est de fois comparable au décès, voire la disparition de son parti politique. Le Palu va-t-il échapper à cette réalité ? Répondant à cette question, Godefroid Mayobo rétorque que le PALU a la particularité d’être issu de la fusion des partis majoritaires, donc ce n’est pas une création ex nihilo.

« Une telle organisation ne pouvait que provenir des textes et des principes. Voilà qui peut vous rassurer. Le Palu ne peut  disparaitre, parce qu’il est régi par les textes. Il n’est pas régi par le bon vouloir et la seule volonté  de son fondateur », dit-il, avant d’ajouter que Gizenga a toujours dit que le parti ne peut mourir avec lui. Il n’a pas créé ce parti pour lui, pour se servir ; il l’a créé parce qu’il répondait à un besoin des nationalistes. Ce besoin est toujours-là, renchérit-il, parce qu’il n’y a pas de raisons pour que le parti disparaisse.

Même s’il y a des problèmes, insiste-t-il, nous avons l’avantage d’avoir des textes sur lesquels on va s’appuyer et organiser la suite de l’après Gizenga qui a toujours dit que le vrai commerçant laisse des boutiques ; le vrai artiste laisse des chansons. En ce qui nous concerne, si nous voulons  être de vrais politiques, nous dévons laisser des partis politiques.

Né le 05 octobre 1925, Antoine Gizenga a été vice-Premier ministre en 1960 et 1961 et Premier ministre de la République libre du Congo en 1961. En 2006, il se présente à l’élection présidentielle congolaise de juillet, comme candidat du PALU. Ayant obtenu 13 % des votes au premier tour (il est arrivé en tête dans sa province natale, le Bandundu), il est troisième de l’élection et se pose en arbitre du second tour entre Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba.

Le 30 septembre de la même année, il signe au Grand hôtel de Kinshasa un accord de coalition qui vise à faire élire le président Joseph Kabila au second tour de l’élection présidentielle prévue pour le 29 octobre. L’accord prévoit aussi l’attribution du poste de Premier ministre à un membre du Parti lumumbiste unifié (d’Antoine Gizenga). Après la victoire de Joseph Kabila à la présidentielle, il est nommé comme informateur chargé de trouver au sein de l’Assemblée nationale une coalition majoritaire. Le 30 décembre 2006, il est nommé Premier ministre par le président Joseph Kabila. Il prend la tête du nouveau gouvernement du pays le 5 février 2007, comprenant 59 membres. Ce gouvernement sera remanié et le nombre de ministres revu à la baisse, le 25 novembre 2007, produisant le second gouvernement Gizenga.

Le 25 septembre 2008, Antoine Gizenga annonce sa démission du poste de Premier ministre. Il est remplacé le 10 octobre 2008 par Adolphe Muzito, jusqu’alors ministre du Budget qui est d’ailleurs son dauphin politiquement parlant, au sein du PALU. Repose en paix, Patriarche !

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse