Vrai dialogue: Le trio Kabila – Katumbi – Tshisekedi interpellés

par -
0 200
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La convocation du dialogue par le Président de la République est une bonne chose. Ce n’est pas mal non plus que des anges descendent du ciel pour faciliter la tenue de ces assises. Mais il sied de descendre dans les secrets des dieux pour en ressortir les éléments essentiels afin que celui-ci n’accouche d’une souris comme d’autres grandes réunions avec la Rdc au menu.

De prime abord, il est question des acteurs. Suivant les réalités auxquels les uns et les autres font face, Joseph Kabila en est le premier. Et pour s’en convaincre, le Rassemblement de l’Opposition trouve encore que c’est Joseph Kabila qui est le problème à la crise actuelle. A l’en croire, c’est parce qu’il n’a pas organisé les élections dans les délais constitutionnels.

C’est en tout cas une pilule amère que Kabila est, selon Etienne Tshisekedi, obligé d’avaler avant de déclarer sur tous les toits qu’il ne sera pas candidat aux prochaines élections. La constitution de la République prévoyant deux mandats au maximum pour le Chef de l’Etat.

A cette attaque, comme dans un dialogue de sourds, Joseph Kabila a gardé sa traditionnelle langue de bois aux allures du « silence est d’or », « qui ne dit mot consent » ou « on répond un à imbécile par le silence », c’est selon, entend-on croire.  Ce qui est vu d’un très mauvais œil aussi bien du côté de l’opposition, la vraie,  que de la société civile et la Communauté internationale.

Mis à part ces deux acteurs qui se regardent en chiens de faïence depuis plus d’une décennie,  il y a l’ancien gouverneur Moïse Katumbi Chapwe, injustement obligé à exil. La question du richissime condamné visiblement pour des raisons politiques constitue encore un dossier sensible. L’affaire de spoliation de l’immeuble  du grec Emmanuel Stoupis serait un montage mal réussi pour noyer son chien accusé de rage. Et de fil en aiguille, les preuves fournies pour soutenir la thèse de recrutement des mercenaires pour renverser le régime n’ont pas suffi. A contrario, le président du Tout Puissant Mazembe, sondage à l’appui, reste très aimé non seulement de la province cuprifère du Katanga, mais de toute la population congolaise.

Alors, que faire pour apporter la paix en Rdc, sous la houlette du Togolais Edem Kodjo, envoyé de l’Union africaine pour éteindre les flammes avant que le bosquet ne flambe ? La réponse est simple, à prendre ou à laisser. Il suffit d’un peu de bonne foi politique pour que se mettent, autour d’une même table et sans témoin, Joseph Kabila, Etienne Tshisekedi et Moïse Katumbi. Le linge sale se lave en famille. Ils ont des choses salvatrices au pays à se dire. Il suffit qu’ils fument un calumet de la paix pour renverser la vapeur de la tension en cours, en un clin d’œil.

A pénétrer cette pensée, tout Congolais épris du bonheur de ce peuple meurtri verrait déjà le bout du tunnel dans cette démarche avec sourire aux lèvres. En plus, il ne sera nullement question de dépenser trop d’argent sur le compte d’un pays qui en a grandement besoin, en organisant des forums à n’en point finir, avec un Togolais, si messie soit-il. Mais tant que les intérêts des uns et des autres l’emporteront sur le bien-être des Congolais, la montage de l’UA accouchera certainement d’une souris. Et pour ceux qui sont et restent à la manœuvre, peu importe !

(EB)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse