Viva-la-Musica: Qui prendra la relève de Papa Wemba ?

par -
0 965
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Auscultant l’horizon, nous remarquons que face à plusieurs réalités auxquelles le monde musical congolais se bute, il est difficile de tabler sur la gestion et la survie d’un orchestre après la mort de son fondateur.

Des exemples sont légion

A cet effet, nous dirons très haut ce qui se raconte tout bas. Où sont passés les orchestres African Jazz, TP Ok Jazz, Negro Succès, Conga Succès, Cobantou, Bella-Bella, Empire Bakuba, Royaume Madilu System, Zaïna Molende, Shama-Shama, Victoria Eleison Dream Team-Dream Band, etc, tous ces groupes musicaux n’ont pas survécu à leurs fondateurs. Ceci pour dire que si l’on n’y prend des dispositions qui s’imposent, l’orchestre Viva-la-Musica ne survivra jamais. A moins d’en faire une exception.

Papa Wemba a réussi à cimenter son orchestre

Papa Wemba encouragé par Pecho wa Ngongo appuyé par Sacré Marpreza et Bayard de Munich- ses vrais amis – avaient suggéré à ce dernier à mettre sur pied un groupe musical qui fera aussi parler de lui après les déboires qu’il venait de subir au sein de Yoka Lokole où il a été chassé par Mbuta Mashakado en plein concert.

Sans désemparer Pecho wa est allé contacter Maxime Soki Vangu des éditions Bella Bella ancêtre de « Krubondo » qui a accepté la suggestion de parrainer l’orchestre de Wemba surtout parce qu’en ce moment là sa préférée Getou Salay sortait avec Mavuela Somo, le prétendument patron de « Yoka Lokole ».

Tout en acceptant l’offre, Soki Vangu a mis un équipement de musique pimpant neuf à la disposition de Papa Wemba. C’est ainsi que Viva –la-Musica a marqué sa sortie officielle, le 26 février 1977, au bar « Type K » de Tabu Ley qui était situé sur le prolongement de l’aérodrome de Ndolo (marché somba zigida) dans la commune de Kinshasa.

On notera que c’est depuis ce jour là qu’à l’unanimité, les amis de Jules Presley qui avaient pris d’assaut ce sanctuaire pour assister au premier concert de Viva-la-Musica, l’ont baptisé « Papa Wemba ». Nom qui lui est resté collé jusqu’à sa mort. Du coup, le groupe installe son siège au domicile familial de l’artiste sur rue Kanda Kanda n° A/42 au quartier Matonge dans la commune de Kalamu, et Papa Wemba est surnommé Chef coutumier du village Molokaï qui est l’anagramme des avenues et rues Masimanimba, Oshwe, Lokolama, Kanda Kanda et Inzia. Cet espace est borné à l’Est par le complexe Ymca et à l’Ouest par le Carrefour des jeunes. Au nord par l’avenue Kasa Vubu et au sud par la rivière Kalamu.

Première équipe Viva la Musica

La première équipe de l’orchestre Viva-la-Musica était constituée de : Papa Wemba, Jadot le Cambodgien, Aziza, Djenga-Ka Espérant Kisangani et Bipoli na Fulu (chanteurs); Bamundele Rigo Star et Liguagua Julva (guitares solo) ; Syriana (accompagnateur) ; Pinos et Pepito (bassistes) ; Otes Koyongonda et Patcho Star (percussionnistes). Ce groupe a lancé ses premières chansons : « Ebale mbonge » et « Mère supérieure » qui ont fait fureur sur la toile avec la danse « Mukonyonyo ». Mais quelques temps après l’orchestre connaîtra sa première scission. Les chanteurs Bipoli na Fulu, Espérant Djenga-Ka, Jadot le Cambodgien et le guitariste Julva Liguagua feront défection pour aller intégrer le groupe « Karawa Musica » du trio Kangonia.

Papa Wemba ne tarde pas. Il recrute le chanteur King Kester Emeneya et le guitariste Bongo Wende. (…)

Brusque disparition

La brusque disparition de l’icône de la chanson congolaise vient de plonger dans la consternation plus d’un. Tout le monde pleure Papa Wemba. Ses collègues musiciens, les mélomanes, les hommes politiques, les temporels, etc Ceci expliquant cela, on se rend vite compte que le Chef coutumier du village Molokaï était un vrai homme des masses qui ne pouvait passer inaperçu sur toutes les scènes.

Mort, cet auteur-compositeur infatigable laisse à la postérité plusieurs dizaines d’albums qui ont vraiment marqué son temps. De nombreuses œuvres qui feront encore vibrer les oreilles des milliers des fans qu’il comptait à travers le monde. Avec sa mort, c’est une valise qui s’enferme. Une véritable école de formation des idoles qui s’écroule. Si l’on y prend garde, Viva-la-Musica son édifice ne survivra point et s’écroulera si le « Vieux python » de son vivant n’avait pas pris en compte l’évolution du monde en préparant un dauphin.

Né à Lubefu, un certain 14 juin 1949, dans le Sankuru en République démocratique du Congo, Jules Shungu Pene Kikumba est mort le 24 avril 2016 à Abidjan en Côte d’Ivoire à l’âge de 66 ans. Il rejoint ainsi quelques uns de ses proches qui sont déjà partis dans l’au-delà : Otes Koyongonda, Al Pachino, Tofla Kitoko, Mbaki Debaba, Celé le Roi, Déo mwana Matete, King Kester Emeneya, De mokuse, etc. S’il était vivant, c’est hier mardi 14 juin que Papa Wemba devrait souffler sur ses 67 bougies. De son cursus on aura beaucoup de choses à dire et on n’en finira jamais parce qu’il était à l’écoute de tous et travaillait pour tous.

Un retour inutile

Beya wa Beya Bendoson dit « Number One», Pompon Miyake les anciens chanteurs de « Nouvelle Ecriture » s’étaient lancés dans une carrière solo après avoir tourné le dos à Papa Wemba. N’ayant pas trouvé gain de cause, ils sont revenus toquer à la porte de Viva-la-Musica. Homme de masse, œuvrant pour la bonne marche de la culture congolaise, Papa Wemba a accepté leur retour au bercail. Le concert programmé pour sabler cet événement qui devrait être organisé au retour d’Ekumany d’Abidjan n’aura plus lieu parce que le formateur des idoles est décédé sur scène en Côte d’Ivoire. C’est ainsi que l’observateur averti parle d’un retour inutile de ces deux chanteurs qui doivent, en principe, chercher à comprendre aujourd’hui sur quelle piste rouler pour la suite de leur carrière. Ce, comme dirait l’autre : « Un malheur ne vient jamais seul ».

De la relève de Papa Wemba

A l’affiche ! Qui est capable aujourd’hui de prendre la relève de Papa Wemba qui n’avait pas préparé un dauphin et faire de Viva-la-Musica, un orchestre genre « Aragon » de Cuba qui a survécu à son fondateur !

(Dossier à suivre)

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse