Viva-la-Musica: Bendoson et Pompon Miyake, un retour mi-figue, mi-raisin

par -
0 659
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ils ont quitté l’orchestre Viva-la-Musica à l’aéroport d’Addis-Abeba en Ethiopie le 3 janvier 2000, simplement parce qu’ils n’émettaient pas sur la même longueur d’ondes que leur mentor Papa Wemba. Après des altercations suivis en direct par des agents de l’aéroport international de la capitale éthiopienne, les chanteurs Bendoson et Pompon Miyake ont juré que personne ne pourra leur détourner de leur option. Ils sont devenus matures et pourront aussi évoluer en toute indépendance.

Après cette escapade, le duo a regagné Kinshasa et a mis sur pied l’orchestre « Nouvelle Ecrita » qui, malheureusement, ne survivra que l’espace d’un matin avant de jeter ses composants dans la rue. Voulant alors attraper l’oiseau en vol Bendoson et Pompon Miyeka ont, chacun en ce qui le concerne, pris la résolution de s’en aller au pays de Nelson Mandela où ils ont pris leur destinée en main en exerçant le premier job qui s’offrait afin de ne pas verser dans la mendicité.

Un retour embrigadant le socle

De retour à Kinshasa et allant toquer à la porte de Viva-la-Musica, le Vieux Fula Ngenge qui n’était jamais rancunier, les a reçu à bras ouvert et il s’apprêtait à fêter leur retour dans le groupe à travers une production haut de gamme qui devait avoir lieu à son retour d’Abidjan où il était invité pour la 9ème édistion du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo, FEMUA. Malheureusement c’est là où la mort l’a surpris. Dans l’entretemps peu avant le départ de Papa Wemba pour la capitale ivoirienne Bendoson a déclaré : « Viva-la- Musica est notre maison.  Nous avons développé nos mémoires. La jeunesse donne du vertige. A un moment, il faut réfléchir, faire un repli stratégique et être reconnaissant envers Papa Wemba car il a beaucoup fait pour nous et, surtout, pour moi. Ma contribution car je voyais notre maison de loin et j’ai remarqué que la toiture commençait  à faire couler l’eau».

Pompon  Miyake, pour lui, il n’y a pas des départs au sein de Viva-la- Musica.

Bendoson revient de l’Afrique du Sud via Lubumbashi  avec à son actif un album intitulé « Face B »   En Afrique du sud Bendoson a eu le temps de lancer dans les bacs l’opus « Face B » qui, malheureusement, ne connaîtra pas l’engouement du public. Après un passage éclair à Lubumbashi après une errance qui aura duré sept années il rentre sur la pointe de pied au sein de la grande famille viva-la-Musica, avec à la clé le grade d’ «Expert en nouvelle technologie en sécurité  informatisée » dans le cadre de la révolution de la modernité.(sic).

Pompon  Miyake, auteur-compositeur de : « Jeancy », et « Cette fois-ci », devrait aussi faire partie de la chorale Viva-la-Musica. Cette aubaine devrait être agencée  par Papa Wemba lui-même. Mais, hélas !

Savoir appréhender l’avenir

Beya wa Beya dit Bendoson, dit « Number One», ancien chanteur de « Nouvelle Ecriture » de Papa Wemba, s’était lancé dans une carrière solo qui lui a permis la publication  de son premier album intitulé « Face B ». Lequel a été réalisé avec le concours de quelques musiciens associés de sa génération dont : Pompon Miyake, Nkumu Manda Chante, Héritier Wantanabe, Fally Ipupa, etc.

En plus on retiendra que Le duo Bendo – Fally a donné naissance à « Salaire Luvaka », une oeuvre d’une bonne qualité artistique indéniable que les mateurs de la bonne musique peuvent écouter sans froncer.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse