Vision de l’Eglise catholique: La femme chrétienne appelée à transmettre la foi dans son foyer

par -
0 361
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Eglise catholique reconnait tout de même que l’homme et la femme sont identiques, du fait qu’ils ont été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ce qui implique que tous sont égaux devant le Créateur, et qu’ils bénéficient au même degré, de son amour, ses grâces, voire des droits.

Au-delà de l’égalité qu’elle prône entre les hommes et les femmes, l’église catholique tient  compte des spécificités de leurs rôles respectifs.

A l’intérieur de l’église, cette différence de « vocation » se marque par un certain effacement des femmes, puisque les fonctions d’enseignement, de sanctification et de gouvernement n’y sont exercées dans leur ensemble que par des hommes. Cette subordination des femmes aux hommes, fait l’objet de critiques.

Cependant, l’église estime que l’égalité a sa place et que la femme n’est pas inférieure, ni impure que l’homme.

La Bible reconnait dans (Gal 3, 27-28) : « Qu’il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni masculin ni féminin, car tous vous ne faites qu’un, dans le Seigneur christ Jésus ».

Le Pape émérite Benoît 16, dans un document publié en 2008, invitait les chrétiens, à respecter la dignité et les droits de la femme.

La femme joue le rôle de complémentarité

L’église catholique tient toutefois à marquer la différence par rapport à la fonction qui revient à l’homme et à la femme, en termes de vocation.

Pour le Pape Jean Paul ll, le rôle d’enseigner, de sanctifier et de gouverner les chrétiens, revient aux hommes et donc aux prêtres.

La femme joue le rôle de complémentarité.

A l’exemple des religieuses qui ne sont pas habilitées à exercer directement le ministère de l’ordre ; elles peuvent néanmoins aider à distribuer la sainte eucharistie. Depuis les origines,  le statut social de la femme, qui consiste à donner la vie, lui assure naturellement un second rôle après l’homme.

Néanmoins, l’église salue la bravoure, les talents, la compétence, l’esprit créatif et d’innovation de certaines de ses filles sur le plan professionnel et même au service de l’église et tout ce qui concourt à son épanouissement. Elle loue les prouesses des unes et des autres dans un quelconque domaine de la vie. Voilà pourquoi elle initie des formations pour lui offrir des chances d’apprendre et de s’en sortir (cours d’alphabétisation, entreprenariat, coupe et couture, esthétique…) qui ne sont pas de moindre. L’église conteste, par ailleurs, les mauvaises perceptions et tournures dont font montre certaines féministes dans la lutte pour la promotion des droits de la femme, tendant à détourner celle-ci des lois divines à travers une concurrence démesurée face à l’homme.

Quid du rôle de la femme dans l’église

Malgré la fécondité qui lui revient à priori, il convient de souligner que la femme a joué le rôle du premier témoin du grand événement, dans l’annonce de la résurrection du Christ, donc de la foi. Ce sont elles qui ont cru aussitôt, et ont transmis la nouvelle aux disciples.

Ce rôle majeur exige d’elle une telle ferveur et contribution dans l’annonce de l’évangile et son dévouement dans différents services de l’église.

D’où, sa présence permanente dans l’église, comme ces femmes qui étaient tout le temps aux pieds de Jésus. Par automatisme, elle a toujours tendance à jeûner, à prier et à rendre visite aux malades, réconforter les prisonniers, et intercéder pour tous les cas.

Les femmes âgées peuvent aussi communiquer leur sagesse dans la communauté et conseiller des jeunes épouses.

Cependant, les femmes peuvent être des diaconesses, des nkumu (ministres de la liturgie), cela n’est pas interdit.

Du rôle de la femme dans la famille

Il s’agit plus de la femme chrétienne appelée à transmettre la foi dans son foyer. Lequel rôle devra se traduire par l’amour (de la part de l’homme) et le respect (du côté de la femme).

L’homme est le Roi, le patron de la famille et la femme est le cœur, la plaque-tournante de son foyer. L’homme est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.

Elle a été créée à cause de l’homme.

Selon la Bible, la parure de la femme, ce n’est pas l’or, les bijoux, les robes brodées, mais la pudeur, l’amour du mari et des enfants, la soumission et la modestie. C’est à ce niveau, que la femme doit enseigner, donner une éducation morale et chrétienne aux enfants, et leur apprendre à aimer.

Elle doit gérer, conseiller, veiller, orienter et assurer le bien-être de sa famille, dans tous les aspects. Elle doit être exemplaire,  témoin du christ dans son foyer et y répandre la bonne nouvelle.

Une bonne société n’est que le reflet de l’éducation reçue en famille, perçue comme cellule de base.

(Irène Musune)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse