Visant la transformation de la région des Grands Lacs

par -
0 611
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Said Djinnit chez Lucie Kipele pour promouvoir la cause de la femme

 Au cours de leur entretien, les deux personnalités ont eu à discuter sur des questions d’intérêt mutuel, en particulier, la situation des femmes dans la région des Grands Lacs, et notamment des femmes congolaises. L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs a rassuré la ministre de la Femme, Famille et Enfant de la disponibilité des Nations Unies et de son bureau à continuer de travailler la main dans la main pour promouvoir la cause de la femme à partir de la base, au profit de la transformation de la région.

Mme la ministre de la Femme, Famille et Enfant Lucie Kipele Aky Azua, a reçu hier mercredi 04 novembre 2015 dans son cabinet de travail, une personnalité de marque. Il s’agit de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, M. Said Djinnit. Au sortir de cet entretien, l’hôte du jour a confié à la presse que sa visite c’était pour discuter avec la ministre sur des questions d’intérêt mutuel, en particulier, la situation des femmes dans la région, et notamment des femmes congolaises. Egalement, pour la féliciter Mme Lucie Kipele pour sa nomination à « ce poste important ».

L’occasion pour Said Djinnit de rassurer la ministre de la Femme, Famille et Enfant de la disponibilité des Nations-Unies et de son Bureau à continuer de travailler la main dans la main avec elle et les autres ministres des pays de la région, pour promouvoir la cause de la femme dans la région conformément à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. Ce bureau de l’envoyé spécial de Ban Ki Moon pour la région des Grands Lacs, a-t-il affirmé, souhaite travailler ensemble avec les Etats et les femmes des Grands Lacs pour que celles-ci constituent un facteur important dans la transformation économique et politique de la région dans le cadre des principes de l’Accord-cadre et des principes qui sont adoptés dans le cadre de la CIRGL (entendu Conférence internationale pour la région des Grands Lacs).

Les deux personnalités ont aussi discuté par rapport à la plateforme des femmes que ce bureau a mis en place il y a deux ans dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. Et Said Djinnit a indiqué que la Rd Congo est un pays important dans la mise en œuvre de cette plateforme des femmes de la région, où des fonds sont mobilisés et destinés aux femmes à la base en vue de les autonomiser. Le bureau de Said Djinnit souhaite donc que cette plateforme regroupe des femmes à la base et des femmes qui ont des responsabilités au niveau national, régional et international, au profit de la transformation de la région.

De l’audience accordée aux femmes médecins

En second lieu, Mme la ministre Lucie Kipele Aky Azua de la Femme, Famille, et Enfant a accordé l’audience à la délégation de l’Association des femmes médecins œuvrant en Rd Congo (AFEMOCO). Laquelle était conduite par la présidente nationale de l’association, Dr Marie-Henriette Balanda Massili Mukar-Bonto. Celle-ci a indiqué au sortir de leur rencontre avec Mme la ministre que l’objet de cette visite était d’abord de présenter leurs civilités à Mme Lucie Kipele.

La délégation a également saisi cette occasion pour parler de leur association AFEMOCO, ses objectifs, sa vision et ses perspectives d’avenir, à Mme la ministre. Parce que, a souligné Dr Balanda Marie-Henriette, les femmes médecins de la Rdc, celles de Kinshasa en particulier, ont réfléchi pour dispenser les soins de qualité à la communauté vulnérable de la périphérie de Kinshasa pour la période allant de 2014 à 2020.

Elle a expliqué que, comme Mme Lucie Kipele vient d’arriver à la tête de ce ministère qui s’occupe de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, et comme dans ses objectifs l’AFEMOCO prend en charge surtout les femmes et les jeunes filles, cette délégation est aussi venue rencontrer Mme la ministre pour solliciter son implication personnelle, parce que les activités que mènent l’AFEMOCO ont comme cheval de bataille trois thèmes qui sont : le Vih/Sida et les autres infections sexuellement transmissibles ; le viol, les violences sexuelles et basées sur le genre ; et la planification familiale et la santé maternelle, du nouveau-né et de l’enfant.

« Nous sommes venues demander l’implication de Mme la ministre pour accompagner l’association des femmes médecins à atteindre les objectifs assignés pour l’année 2014 – 2020. J’ai conduis une délégation de médecins de Kinshasa, mais, les femmes médecins sont présentes dans toutes les provinces de la République, et ceci constitue un grand atout pour l’association parce que ça va permettre à l’association d’inverser les tendances des maladies dans notre cher et beau pays la Rdc », a-t-elle déclaré.

Et à la question de savoir ce que peut attendre le Ministère de la Femme, Famille et Enfant, de cette association des femmes médecins, Dr Marie-Henriette Balanda Massili a répondu dans ce sens que le Ministère a besoin des femmes médecins pour l’aider à arriver à l’autonomisation de la femme congolaise. Parce que, a-t-elle dit, « on ne peut pas parler de l’autonomisation sans parler santé. Alors, les femmes ont plus confiance aux femmes. Surtout en matière de viol, violences sexuelles et basées sur le genre ».

Avec cet atout, a en outre paraphrasé la président de l’AFEMOCO, les femmes médecins ont des valeurs qui sont propres à la femme, elles ont cette sensibilité, cette délicatesse de cœur, cette bonté, et c’est la femme qui donne la vie. Et les femmes médecins, a-t-elle rassuré, veulent accompagner le Ministère du Genre pour tout ce qui concerne les problèmes des femmes et des jeunes filles en Rdc, dans le domaine qui est le leur bien sûr.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse