Violences sexuelles : Les condamnations complaisantes des auteurs révoltent la Lizadeel

par -
0 660
Une vue de la cour suprême de justice à Kinshasa.
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants et élèves se dit choquée par l’attitude de certains magistrats « véreux », qui ne cessent de banaliser les violences sexuelles dont sont victimes les femmes et les enfants à Kinshasa.

Le dernier cas en date rappelle l’ organisation, est celui d’ un groupe de magistrats du parquet de grande instance de Kinshasa /N’djili, qui se sont permis selon la lizadeel, de réduire de manière fantaisiste, la peine d’ un auteur de viol sur une fille de 13 ans. Agé de 64 ans, Jean Pierre Erick KAKULEMBIKO , promoteur du complexe scolaire PAPA KABAKUTA, une école  située au quartier Mpasa dans la commune de la N’sele où sa victime est élève, avait été reconnu coupable de viol sur mineure. Après examen au fond, le prévenu sera condamné à 15 ans de servitude pénale principale et aux dommages et intérêts de l’ ordre de 500 USD. Mécontent de cette décision, M.KALUKEMBIKO décide d’aller en appel. Au deuxième degré, les juges confirmeront l’œuvre du premier se réjouit la lizadeel qui reste toutefois sur sa soif car, le taux de la peine du condamné sera drastiquement réduit. Les juges ne retiendront à l’ encontre du promoteur incriminé que deux ans de prison contre quinze au premier degré.

«  Nous constatons avec regret, que les auteurs de violences sexuelles qui disposent d’ un pouvoir financier ne sont toujours pas condamnés selon le terme de la loi » se lasse Olivier Kaforo, le chargé de communication de l’ organisation droidelhommiste.

Viol sur sa propre fille

Toujours au TGI/N’djili, la lizadeel hausse le ton contre l’ acquittement qu’ elle qualifie de fantaisiste d’ un papa, auteur de viol sur sa propre fille. Ce dernier a été purement et simplement blanchi par les juges alors qu’il existe selon l’ ONG, des preuves suffisantes confirmant le viol. La ligue fonde sa foi sur le rapport médical du médecin légiste qui attestait le viol et sur le réquisitoire du ministère public qui réclamait une peine de 15 ans contre le prévenu avec déchéance de l’autorité parentale. En dépit de tous ses éléments, les juges sont passés outre en acquittant le prévenu regrette-t-on à l’ ONG du rond – point des huileries.

 

Des enfants abandonnés par leur géniteur

L’organisation dénonce aussi un autre cas, celui d’une femme et ses enfants, chassés injustement de leur domicile par leur père. Malgré les plaintes adressées au sous –commissariat de police le plus proche, rien n’a toujours était fait déplore la structure qui s’ étonne que le dossier transmis au parquet se soit miraculeusement volatilisé dans la nature. A la lizadeel, on pense qu’il est incroyable que M.Mbemba Bokumu Didier, auteur de cette infraction de délaissement des enfants court librement les rues de Kinshasa. Ce, argumente t- on, au mépris de la loi portant protection de l’enfant qui stipule en son article 190 que «  le délaissement d’ un enfant à un lieu quelconque est puni d’ une peine allant jusqu’ à cinq ans de servitude pénale principale et d’ une amende de cent à deux-cents mille Francs Congolais.

Jean Pierre KAYEMBE

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse