Violences de septembre: Bruno Tshibala rassure les familles de victimes

par -
0 390
Epave d’un véhicule calciné sur une avenue de Kinshasa, photo prise le 20/09/2016 un jour après la marche de l’opposition congolaise dispersée par la police. Ph.Tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Hier à la Cité de l’Union Africaine, le Premier ministre Bruno TshibalaNzenze a échangé avec la délégation des collectifs des martyrs qui sont tombés aux événements des 19 et 20 septembre 2016. Il était question pour le chef du gouvernement de recueillir les désidératas des membres de familles de ces victimes, dont les enfants, les veuves et les parents sont restés malheureux. Et ce collectif est venu chercher l’appui du Premier ministre pour obtenir gain de cause à leurs revendications.

« Son Excellence Monsieur le Premier ministre nous a rassurés, il est disposé et nous a promis qu’il va intervenir pour donner une suite favorable. Il nous a promis qu’il va nous accompagner, d’autant plus qu’il  y a ceux de nous, des enfants, des femmes, des veuves qui jusqu’aujourd’hui ne se retrouvent pas. Et son Excellence nous a rassuré, il nous a promis qu’il va apporter un plus dans nos démarches », a dit M. Emile Marimba, porte-parole de ce collectif.

Outre leurs revendications, il sied de noter que le collectif des martyrs des événements des 19 et 20 septembre 2016 est venu aussi féliciter Bruno TshibalaNzenze pour sa nomination à la tête du Gouvernement de la République. « Nous sommes venus le féliciter, d’autant plus que c’est l’un de nous. C’est un vieux combattant. Il n’est pas un jeune d’aujourd’hui et il s’est battu depuis. C’était d’abord venir le féliciter et après poser notre problème », ajoute-t-il. Enfin, après leur entretien avec le Premier ministre, ce collectif s’est dit satisfait du fait que Bruno Tshibala est disponible d’accompagner les familles victimes éprouvées. « Il a compris, et entant que père, il nous a promis qu’il fera le nécessaire pour nous accompagner dans ce combat », conclut Emile Marimba.

Soulignons que selon le rapport du Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) en République Démocratique du Congo, les forces de défense et de sécurité de la Rdc s’étaient illustrées par des graves violations des Droits de l’Homme au mois de décembre 2016, ayant causé, selon les auteurs, quarante morts et 147 blessés dans plusieurs villes de la RDC.

Le Gouvernement lui ne donne pour sa part qu’un bilan de 31 morts. Sur ces 31 pertes en vies humaines enregistrées sur toute l’étendue du territoire national au cours de ces tristes événements, 15 (pas 40) font encore à ce jour l’objet des enquêtes de la justice militaire congolaise pour en déterminer la responsabilité et les auteurs. « 15 morts par balles dans une demi-dizaine de villes de notre pays qu’il revient à la justice d’élucider, car on est bien d’accord qu’il s’agit de 15 morts de trop. On est cependant loin, bien loin de « 40 personnes tuées par la Police et la GR » alléguées par le BCNUDH qui ne reflètent donc aucune réalité et semblent n’avoir été évoquées que dans le but d’émouvoir l’opinion ou des décideurs quelque part », avait expliqué le ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse