Violences à Kinshasa: Les dirigeants politiques exhortés à la retenue

par -
0 529
Flares are launched by DRCongo Police forces during a demonstration in Goma on September 19, 2016. At least 17 people, mostly civilians, were killed on September 19, 2016 when clashes erupted ahead of a planned opposition rally in the Congolese capital Kinshasa, a minister said, warning the toll was "provisional". It was the worst violence in Kinshasa since January 2015 when a police crackdown on another opposition protest left several dozen people dead. Demonstrators were to demand the resignation of President Joseph Kabila, who has ruled the Democratic Republic of Congo since 2001. Opponents fear he is planning to extend his rule unconstitutionally. / AFP PHOTO / Mustafa MULOPWE
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les Nations-Unies se disent préoccupées et condamnent les violences ayant prévalu lundi et mardi derniers à Kinshasa. Ban Ki-moon comme son représentant en Rdc Maman Sidikou, appellent les dirigeants politiques congolais à s’abstenir des violences pouvant aggraver la situation. Aussi les invitent-ils à agir avec beaucoup de retenues et à résoudre leurs différents pacifiquement par le dialogue.

Le secrétaire général des Nations Unies vient de réagir suite à la situation macabre des manifestations violentes ayant prévalu lundi et mardi derniers à travers les quartiers de Kinshasa, occasionnant ainsi des pillages et pertes en vies humaines. M. Ban Ki-moon exprime ainsi sa profonde préoccupation concernant ces affrontements violents entre des manifestants et les forces de sécurité tant au niveau de la capitale que dans plusieurs autres localités à travers le pays.

Le premier des onusiens condamne donc la violence qui a déjà provoqué la mort de plusieurs personnes civiles ainsi que des policiers dans la ville de Kinshasa. Il exhorte à cet effet tous les dirigeants politiques concernés et leurs partisans, à s’abstenir de tout acte de violence susceptible d’aggraver la situation.

Le secrétaire général des Nations Unies appelle en outre les autorités congolaises à s’assurer que les forces de sécurité nationales exercent la plus grande retenue face aux manifestations. Il appelle également tous les dirigeants politiques à résoudre leurs différents pacifiquement et par le dialogue, conformément à la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 30 juillet 2016.

Toujours en rapport avec ces manifestations violentes du lundi et du mardi derniers à Kinshasa, la Mission des Nations Unies pour la stabilité au Congo (MONUSCO) a rendu public un communiqué, invitant tous les acteurs politiques congolais à agir avec retenue. Cette mission onusienne a de ce fait exprimé ses vives préoccupations suite aux violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité à Kinshasa et dans plusieurs autres villes de la République démocratique du Congo, et a regretté les pertes en vies humaines.

Selon ce communiqué, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Rd Congo, M. Maman Sambo Sidikou, comme Ban Ki-Moon, a également condamné cette violence qui a fait beaucoup de morts parmi lesquels des policiers. Il a appelé tous les acteurs à avoir un maximum de retenue.

« J’appelle les autorités congolaises à s’assurer que les forces de sécurité nationales respectent les libertés fondamentales, et l’usage de la force létale pour le contrôle des foules, en réponse à ces manifestations. J’appelle également les leaders politiques concernés et leurs militants à rejeter tout acte qui pourrait exacerber la situation et accroître la tension », a déclaré M. Maman Sidkou.

La Monusco insiste sur la nécessité d’une enquête indépendante, afin d’établir les responsabilités après les évènements malencontreux du lundi 19 septembre 2016, tout en demandant également avec insistance aux leaders politiques de résoudre leurs différends pacifiquement par le dialogue, comme le recommande la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies du 30 juillet 2016.

Et hier à la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies de chaque mercredi à Kinshasa, le directeur de l’information publique et porte-parole de la Monusco, M. Charles Bambara, a indiqué lors de la séance des questions-réponses que pour les Nations Unies, l’urgence c’est vraiment l’arrêt de ces violences. « Et nous appelons les dirigeants politiques congolais de tous bords et leurs partisans aussi, à s’abstenir d’actes de violence qui pourraient exacerber cette situation qui est déjà précaire. C’est pour cela que la Monusco appelle à une enquête indépendante, pour établir les responsabilités de ces violences afin que la justice puisse prévaloir. »

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse