Vingt-quatre prisonniers libérés samedi 17 septembre dernier à Tshikapa

par -
0 838
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Vingt-quatre de cent-soixante locataires de la prison centrale de Tshikapa, éligibles à l’ordonnance n°16/66 et 16/67 du 22 juillet 2016 portant mesures collectives de grâce présidentielle ont bénéficiés samedi 17 septembre 2016 de cette grâce. L’exécution  est rendue possible après que le Parquet de Tshikapa et les services pénitentiaires aient vérifié les dossiers de chaque condamné dont les décisions judiciaires ont été rendues avant le 30 juin 2016,même activité menée par l’Auditorat militaire de garnison de Tshikapa qui a ressorti trois condamnés.

Selon le Substitut du Procureur de la République, le Magistrat Bula Bangani Junior, faisant fonction du Procureur, cette mesure relève des prérogatives du chef de l’Etat, Président de la République. Si les mesures de grâce ont un fondement juridique, il faut reconnaitre que ces mesures se placent dans le contexte actuel, celui de la décrispation de la vie politique du pays en rapport avec le dialogue prôné par le chef de l’Etat. Question de donner la chance à un meilleur aboutissement à ce dialogue, a indiqué le Gouverneur de la province, Marc Manyanga a au nom du gouvernement provincial témoigné sa gratitude au chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange pour sa détermination d’accompagner le processus du dialogue.

60% des personnes graciées étaient condamnées pour vol qualifié. Voilà pourquoi le Gouverneur a invité ces derniers à se comporter désormais en digne fils du pays.La joie était à son comble, les familles des personnes ayant bénéficié de la grâce présidentielle, qui attendaient leurs frères dans la cour de la prison ont eu des mots justes pour dire merci au chef de l’Etat à travers le Gouverneur. Le Vice-gouverneur Hubert Mbingho, les ministres provinciaux et autres personnalités ont assisté à cette opération.

(Lukengu Laurent/ Tshikapa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse