Vient de paraitre « L’invention du Congo contemporain » de Isidore Ndaywel

par -
0 420
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« L’invention du Congo contemporain : Traditions, mémoires, modernités », en tome I et II, de Isidore Ndaywel vient de braquer les projecteurs sur la riche histoire de la République Démocratique du Congo dont son auteur s’est présenté, dans la cérémonie de présentation à la Délégation Wallonie Bruxelles ce  jeudi 15 juin 2017,  comme un historien engagé à la cause nationale.

Ayant chacun plus de 250 pages et reparti en treize chapitres pour le premier et dix pour le second, éditées aux éditions l’Harmattan,  préfacé par Martin Kalulambi Pongi, ces deux œuvres non seulement retracent l’histoire du Congo d’avant la colonisation jusqu’à la modernité mais également réinventent le congolais partant de ses nouvelles pensées, ses clichés, les principes à bannir, le Congo modèle,…

« Le congolais doit cesser de penser qu’il a le monopole de la bêtise », n’a cessé de répéter, Isidore Ndaywel E Nzem qui propose des chapitres captivants sur diverses thématiques notamment, sur « l’identité du citoyen congolais, » «  Production du savoir historique sur le Congo », «Essai d’histoire africaine du Congo », «  La tradition orale : historique clanique et histoire ethnique », la fin du deuil colonial belgo-congolais : mythe ou réalité « Manifeste conscience africaine et le Congo indépendant », « mutation et  quête de modernité »,…

Dans ses interventions, cet historien congolais a déconseillé aux congolais le comportement de l’auto-flagellation qui caractérise certains de ses compatriotes. Répondant à une préoccupation sur son activisme dans le secteur littéraire s’accrochant à l’histoire de la RDC. Ce professeur de l’Université de Kinshasa dans la faculté des lettres è sciences humaines a indiqué que c’est par passion qu’il a mis à la disposition des bibliothèques du monde ces essais. «  J’aime mon métier d’historien. Je ne décide pas d’être sur le marché. Mon entourage sait que je ne manque pas un petit carnet à mes cotés pour prendre quelques notes. Avec mon expérience, je m’investi pleinement dans ce métier. J’ai fais une dizaine d’années comme professeur d’histoire à Lubumbashi. J’ai beau été à la francophonie. Ecrire pour le Congo est ma passion. Puisque l’histoire du Congo bien écrit est une partie du monde construite », a déclaré le professeur Isidore Ndaywel.

Illustrées par des images, les deux illustrations phares sont significatives puisque : pour le tome I, c’est la photo prise en 1972 à la première grande réunion de l’Unesco sur l’histoire du Congo. Pour la deuxième, c’est l’accueil de Patrice Emery  Lumumba à Mangayi, le 30 novembre 1960 lors de sa fuite vers Mapangu pour rejoindre Stanley-ville, l’actuel Kisangani.

Dans le résumé du tome II, l’auteur écrit : «  Les séquences de l’histoire congolaise révélées dans ce livre dont on ne peut nier la facture  didactique, enseignent à qui sait les interroger ce qu’il convient de faire, les pièges où ne pas tomber. Elles sont, en particulier, l’école de l’homme politique qui est assuré d’y rencontrer, s’il le veut bien, le modèle à suivre ou encore l’exemple à éviter, la faute à ne pas commettre, etc, pour tous les congolais, un répertoire, autant inépuisable, qu’ils ne consulteront jamais en pure perte. A s’inspirer des quelques, il ne peut y avoir que profit : mais à la seule condition qu’on retienne qu’un fait ne se répète jamais tel quel. L’histoire est, tout au contraire, changement incessant, parce que les conditions matérielles, morales, culturelles politiques,… de la vie humaine sont dans un perpétuel devenir » écrit-il.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse