Vie en famille : La guerre de la télécommande fait rage

par -
0 145
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il sonne 20 heures, heure kinoise samedi dernier. Papa, maman et les enfants ont fini de partager le dernier repas commun d’une journée longue et fatigante. C’est le moment idéal pour causer en petit cercle familial et préparer le culte de dimanche. Depuis les petites heures du soir, maman s’est rassurée que tout est au point pour dimanche : chacun a apprêté sa tenue de la messe, les pains du matin ont été achetés et le scénario du matin  est bien monté et connu de chaque membre de la famille.

A présent, papa raconte sa journée ainsi que le petit bilan de la semaine, expliquant aux uns et aux autres que la politique a rendu la vie très difficile. « Mes enfants, dit-il, chacun doit serrer la ceinture car avec le changement continuel des gouvernements, l’économie est sans cesse perturbée et notre malheur se poursuit en attendant les jours meilleurs ». Il explique aussi son impaiement qui retarde un certain nombre des projets vitaux de la famille. « Calmez-vous, mes chers fils et filles, un jour, le bon Dieu de la vierge Marie nous viendra au secours et vous mangerez les meilleures viandes du pays ».

Aussitôt fini, son premier ministre (la maman) prend la parole. Elle ne développe pas de discours politique, mais évoque plutôt les embouteillages sur les voies principales. Elle dit avoir mis plus de 2 heures pour atteindre son Zando (le grand marché) habituel à la recherche de la survie. Elle ne manque pas de poser des questions sur la canicule qui brule Kinshasa ces dernières semaines. Chacun des enfants petits et grands y va de son commentaire. Les échanges familiaux deviennent intenses autour de plusieurs sujets socio-économico-religieux. L’on n’oublie pas d’évoquer ‘’Guégué’’, la nomination de Tshibala, les prix de syllabus à l’Isc, le taux de dollars, le Kuluna de retour ou même la naissance du bébé de tonton Jean-Pierre, …

Puis, les conversations diminuent et cessent. Tout le monde veut regarder la télévision placée au coin du salon (living room).  Qui doit en ce moment précis tenir la télécommande pour diriger les opérations ?

Papa (surnommé à son insu, le vieux Mobutu) a son goût sur le programme de la télé. Il est friand des informations : il commence par la Rtga/télé, puis la vieille télé Zaïre (actuelle Rtnc), passe par la Télé 50 de Kassamba, file sur Tv5 monde, revient sur France 24 et termine sur C-NEWS pour s’enrichir avec le débat entre candidats présidentiables en France. Tout cela prend du temps et la famille n’a qu’une seule télé viable et câblée. Le vieux est intransigeant et ses choix ne doivent souffrir d’aucune contestation (c’est le vieux qui paie l’abonnement du câble). La concession ce n’est pas son fort. Mais les autres membres de la famille ont également envie de regarder le petit écran surtout le soir.

Mama (surnommée à son insu, mère Bobila) a également son goût différent de celui du patron de la maison.  Comme beaucoup de dames, elle aime les séries amoureuses genre Novelas. Elle sait les chercher sur toutes les télévisions aussi bien locales que câblées. Elle veut les regarder en ces moments, surtout qu’elle est déjà sur un épisode concluant qu’elle ne veut rater pour rien au monde. Ses amies qui suivent comme elle, lui ont vivement recommandées l’épisode de ce samedi, ainsi que sa rediffusion samedi matin. Elle aimerait tenir la télécommande et faire attendre le vieux et le reste de la famille.

Les jeunes garçons adorent le football à la télé. C’est le grand soir du classico : Real Madrid reçoit le Fc Barcelone lors de ce match-retour qui passionne toute la ville et même le monde. Les spots d’annonce ont tant vanté les performances de ces deux clubs qu’il n’est pas question de manquer un tel rendez-vous sportif à la maison, surtout qu’ailleurs il y a pas de courant, c’est leur jour de délestage. Ils sont furieux et souhaitent que le vieux se retire dans la chambre pour écouter sa radio et ses infos politiques sur la RTGA ou les autres radios. Avec la maman, c’est plus facile de négocier. La tension couve et personne ne parle à personne.

Les filles aimeraient suivre leur série Dikulumesu comme chaque soir sur le câble. Ce soir, leur héros devait se présenter chez sa fiancée et cette partie ne peut pas être ratée par les filles qui boudent les matchs et les informations. Elles souhaitent que les garçons aillent suivre leur match dans les terrasses et que papa prenne le temps d’aller analyser son quotidien L’Avenir dans la chambre. C’est là qu’il peut bien analyser le discours de Badibanga ainsi que les dernières déclarations du Rassemblement.

Enfin, les tout petits. Ils ont droit à la télé. Eux n’ont qu’un moyen pour obtenir ce qu’ils désirent : pleurer.  C’est le moment de regarder leurs dessins animés sur Tiji, ou ailleurs. C’est sacré. Ils adorent répéter les belles leçons de Tchoupi ou les chansonnettes sur la mathématique. Ah, que faire ? A qui confier cette télécommande qui vient finalement diviser la famille qui était unie, pas très longtemps… A chacun de décider…

(Simon Kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse