Vice-président du gouvernement wallon

par -
0 699
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Jean-Claude Marcourt satisfait de la mission économique des hommes d’affaires belges en RDC

Le Vice-président du Gouvernement wallon, M. Jean-Claude Marcourt a tenu un point de presse hier pour exprimer sa satisfaction après un séjour de trois jours de la mission économique des hommes d’affaires belges qu’il a eu l’honneur de conduire, la deuxième durant cette année 2015. Plus d’une centaine d’entreprises belges francophones ont pris d’utiles contacts avec les hommes d’affaires de la RDC. A ses côtés se tenaient Mme Katryn Brailly, Délégué de la Wallonie-Bruxelles et Jérôme Roux, Conseiller économique à l’Ambassade de Belgique. La mission économique belge est rentrée hier dans la soirée en Belgique.

Au terme d’un séjour de 72 heures de la mission économique des hommes d’affaires belges en République démocratique du Congo, M. Jean-Claude Marcourt, vice-président du gouvernement wallon et ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique a tenu hier un point de presse.

Il a exprimé sa satisfaction pour l’ensemble des contacts qui ont été pris avec les autorités congolaises dont le Premier ministre Augustin Matata Ponyo qui l’a reçu hier à la Primature.

A l’en croire, deux thèmes ont été au centre de la mission économique des hommes d’affaires belges, à savoir le développement économique et l’enseignement supérieur et la recherche. M. Marcourt a indiqué que cette mission économique était composée d’une cinquantaine d’entreprises belges francophones et une association d’entreprises ainsi que les représentants des universités francophones belges (ULB, Louvain-la-Neuve, Liège, …).

Ces entreprises œuvrent principalement dans les secteurs de l’énergie, de l’environnement, de l’eau, de l’assainissement. L’orateur a indiqué que dans un mois, ce sera la prochaine étape qui consistera en la tenue à Kinshasa d’un colloque sur l’eau. A ce colloque, il sera traité des problèmes liés au traitement d’eau, à sa distribution, … Ce colloque, dit-il, est très important dans la mesure où la République démocratique du Congo possède à elle seule 50 % des ressources hydriques en Afrique et 7 % des mêmes ressources dans le monde. Et vers la fin du mois d’octobre 2015, renchérit le vice-président, une autre réunion est prévue à Bruxelles où des industriels congolais prendront des contacts utiles avec leurs homologues belges, particulièrement francophones.

La Wallonie et la RDC veulent renforcer la coopération universitaire

L’autre thème de la mission économique est l’enseignement supérieur et la recherche. La Wallonie et la République démocratique du Congo veulent renforcer la coopération universitaire qui existe déjà. C’est dans cet ordre d’idées que l’Université de Liège soutient cinq doctorants congolais. M. Marcourt a également indiqué que les représentants des universités francophones belges ont pris contact avec ceux des universités congolaises. Les deux parties se sont penchées sur le problème de l’insuffisance des professeurs qualifiés due au vieillissement du corps professoral. D’où le problème du renouvellement des élites universitaires qui débouche sur la formation et la recherche. C’était en tous cas l’essentiel de l’entrevue que la mission économique a eue avec le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, M. Théophile Mbemba Fundu et des responsables des universités congolaises.

L’orateur a également informé la presse nationale qu’à l’Université de Liège existe un Institut pharmaceutique qui est le premier producteur nominal d’Europe des vaccins contre la malaria et des vaccins contre le cancer du col de l’utérus. Cet institut universitaire regorge aussi le Centre de certification des médicaments reconnu sur l’ensemble de l’Europe. Ce, dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon des produits pharmaceutiques qui est courant. Le même Institut fabrique des logiciels pour la gestion des hôpitaux. C’est de cette manière qu’on veut concrétiser l’interaction entre le secteur économique et le secteur scientifique.

La Wallonie n’a pas peur de la concurrence des autres

A la question de savoir si les entreprises belges francophones n’ont pas peur de la concurrence des produits chinois qui envahissent massivement le territoire congolais, M. Marcourt a dit « que la concurrence est mondiale. Celui qui a peur de la concurrence n’a qu’à rester chez lui. Non, les entreprises belges francophones n’ont pas du tout peur de la concurrence de qui que ce soit. Elles l’assument. Mais, l’essentiel, c’est de savoir prendre des dispositions pour s’imposer dans la qualité des produits et des services ».

A une autre question lui demandant comment juge-t-il la situation économique de la République démocratique du Congo, l’orateur a répondu que « le pays est sur la bonne voie surtout avec l’amélioration continue du climat des affaires, son taux de croissance de 8,5 % qui fait rêver les Européens ajouter à cela l’inflation à 1 % ainsi que le taux de change stable entre le franc congolais et les principales devises. Tous ces facteurs favorisent les entreprises à investir en République démocratique du Congo ».

Le respect de la Constitution est essentiel

Un autre confrère veut savoir si cette coopération entre la Wallonie et la RDC va se poursuivre même après les élections de 2016 quand le mandat de l’actuel président de la République aura pris fin.

Le Vice-président du Gouvernement Wallon et ministre de l’Economie a répondu qu’il n’y a pas de raison que cette coopération puisse s’arrêter. Il a fait remarquer que les élections n’ont jamais été un facteur de déstabilisation du pays. Pour lui, le respect de la Constitution est essentiel et, en passant, il a dit tout son soutien au dialogue politique qui se prépare, initié par le chef de l’Etat dans le strict respect des délais constitutionnels. Notons que la mission économique est rentrée hier soir à Bruxelles.

(Denis Lubindi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse