Vaincre le diabète: «surveiller l’alimentation et éviter le sédentarisme»

par -
0 796
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les diabétiques représentent près de 7% de la population en RD Congo, soit plus de quatre millions d’habitants, a révélé le médecin directeur du Programme national de lutte contre le diabète (PNLD), Dr Mpoyi Muteba. « Tout le monde peut faire le diabète», a-t-il prévenu à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le diabète.

Et d’ajouter : « il y a des facteurs de risque qui sont nombreux. L’âge par exemple, prédispose au diabète parce que tout le monde peut faire le diabète. Il y a l’obésité et des antécédents familiaux. Le tabagisme joue un grand rôle. Il faut aussi éviter l’alcool », a affirmé Dr Mpoyi Muteba.

Pour baisser l’accroissement du diabète au niveau local, il a conseillé à chaque Congolais de surveiller son alimentation et d’éviter notamment le sédentarisme.

En effet, l’ONU estime à quelque 350 millions le nombre de diabétiques. Et ce nombre augmente rapidement, en particulier dans les pays à faible et à revenu intermédiaire.

A Bukavu par exemple 20% de diabétiques ont accès aux soins

Plus de mille habitants de Bukavu au Sud-Kivu souffrent du diabète ; mais moins de deux-cents (200) d’entre eux suivent régulièrement des soins. Parmi eux figurent aussi des enfants à l’âge scolaire.

« Nous avons 1053 diabétiques. Mais ici au centre, 160 malades sont dénombrés. Chaque année, l’on enregistre une augmentation relative du nombre de malades. Cette maladie qu’on retrouvait chez les adultes est aussi constaté chez les enfants de moins de 15 ans », a déploré Abel Ciza, éducateur en diabétologie.

Face à cette situation, l’association des diabétiques de Bukavu demande aux responsables scolaires d’introduire dans le programme d’enseignements des matières ayant trait à la prévention contre le diabète.

Selon Abel Ciza, (rapporte radiookapi.net) des cours sur cette maladie pourraient freiner la progression de cette maladie. Le diabète et l’alimentation sont indissociables. Si les facteurs génétiques sont importants, le fait de manger de manière déséquilibrée, d’être en surpoids, d’avoir un peu de ventre sont quelques-uns des aspects qui vont favoriser l’apparition de troubles métaboliques.

 Diabète et obésité vont souvent de paire

La simultanéité de ces fléaux modernes est telle que certains experts parlent d’une épidémie de “diabésité”. Alors que 180 millions de personnes à travers le monde sont aujourd’hui diabétiques, 370 millions de personnes pourraient être touchées d’ici à 2030. Pour faire mentir ces sinistres prévisions, c’est maintenant qu’il faut agir !

Le surpoids, l’obésité et le manque d’exercice constituent les principaux facteurs de risque modifiables pour le diabète de type 2. Dans son rapport mondial sur la santé 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estimait que l’obésité et l’inactivité physique contribuaient à au moins deux tiers du fardeau du diabète de type 2.

L’inactivité physique serait directement responsable de 10 à 16 % des cas de diabète. Plus la consommation télévisuelle est élevée, plus le risque de surpoids et de diabète augmente. Or, notre mode de vie actuel favorise la sédentarité. L’activité physique de nos enfants serait ainsi de 70 % inférieure à celle de la génération précédente. Quant aux adultes, 60 % d’entre eux ne pratiquent pas les 30 minutes quotidiennes d’activité physique conseillées.

Changeons nos habitudes alimentaires

Pour enrayer la mondialisation du diabète, il faut changer nos habitudes alimentaires et pratiquer une activité physique régulièrement. Face aux enjeux mondiaux de santé publique, l’OMS et la FID estiment que les changements individuels seuls ne sauront enrayer cette épidémie mondiale. “Les professionnels de la santé, les responsables politiques et le secteur privé doivent fournir un effort, afin de réduire le taux global de risque au sein de la population mondiale. Pour ce faire, la promotion et la mise en œuvre de mesures environnementales (dans les domaines de la santé, des transports, de l’agriculture, des finances, etc.) qui encouragent une vie saine dès l’enfance se révèlent ainsi indispensables. Il est important de faire comprendre aux décideurs les conséquences sociales et économiques énormes, pour l’individu comme pour la société, d’une croissance des épidémies de diabète et d’obésité”. Pour ce faire, l’OMS a mis au point la Stratégie mondiale pour l’Alimentation, l’Activité Physique et la Santé, approuvée en mai 2004 par les Etats membres.

 Le sport, c’est la santé

Un régime alimentaire équilibré, de l’exercice physique, des conseils médicaux appropriés et une meilleure gestion du stress.

Ne sautez pas de repas et veillez à manger à des heures régulières.

Nos modes de vie modernes ne favorisent pas l’exercice physique. Cédant à une vie trop sédentaire, la balance entre la consommation des sucres contenus dans le sang et leur stockage penche trop souvent du mauvais côté. Une activité physique régulière permet d’abaisser la quantité de sucre dans le sang et d’améliorer l’action de l’insuline.

(Une sélection des RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse