Une bonne attitude envers les personnes vivant avec handicap

par -
0 63

Le handicap se manifeste par des manques, des déficiences partielles ou totales, l’incapacité pour le travail, pour la locomotion, et même pour la communication avec l’entourage…

Les réactions envers les handicapées dépendent souvent du type de handicap de la personne. Cela dépend aussi également du milieu social ou familial d’où l’on est issu et de la façon dont on a rencontré  la personne handicapée.

Il ne faut pas hésiter à aller vers la personne pour l’aider à sortir de soi. On peut ne pas être bien reçu, car il y a des ronchons dans tous les milieux.

Accepter la différence

Ainsi toutes mesures qui contribuent à améliorer la vie quotidienne des personnes vivant avec handicap est bonne à prendre.

Il est parfois difficile d’accepter le handicap certes, car cela a un effet miroir, cela dérange, cela fait peur, …car cela peut arriver suite à un accident de la vie. C’est un travail à faire sur soi : accepter la différence. Ce qui est très difficile dans un pays comme la Rd Congo alors qu’à l’étranger, ces personnes sont considérées autrement et ont appris à se considérer comme des personnes normales. Elles se débattent pour se prendre en charge, elles vont à la recherche de l’emploi, etc.

Puisque dans cette édition l’accent est mis sur la femme, il sied de se concentrer exceptionnellement sur la femme vivant avec handicap, et plus particulièrement en Rd Congo.

Avec la technologie actuelle, les dispositions nécessaires  devront être prises, et surtout respectées pour rendre cette femme utile à la société. C’est aussi le lieu de faciliter sa mobilité et la rendre assez indépendante. Ce n’est plus comme à l’époque où il était difficile de faire quoi que ce soit, en tant que femme, surtout vivant dans cet état jugé souvent précaire.

Comme on ferait en cas de recommandation, en Rdc la femme dite  ‘’handicapée’’ doit arrêter de se minimiser elle-même, de se dévaloriser ou d’arrêter de croire qu’elle ne vaut rien ou encore qu’elle ne peut contribuer en aucun cas au développement de la société, encore moins  se prendre elle-même en charge.

Elles ont besoin de beaucoup d’attention

Il est vrai qu’ici la personne dite handicapée est très mal vue, elle est peu considérée, et est négligée et parfois même insultée et dénigrée à cause de cet handicap. Alors qu’elles ont besoin de beaucoup d’attention, elles ont besoin aussi de s’exprimer.

Dans la foulée, une femme pour les femmes, devra encourager celle vivant avec handicap et lui dire qu’elles ont-elles aussi droit à  l’instruction comme toute autre femme. Ce, afin de leur permettre un jour de se prendre en charge. D’où, elles doivent être émancipées.

Ici encore, les femmes handicapées ont toujours tendances à faire croire aux gens qu’elles ne peuvent pas travailler. Ce qui oblige parfois les autres à leur donner gratuitement parce qu’elles se veulent indigentes et veulent que l’on ait chaque fois pitié d’elles. Pourtant, ça ne les aiderait jamais à connaitre et à comprendre leurs droits. Alors qu’elles peuvent être utiles à la société de bien de  manières.

Privilégier la femme vivant avec handicap

Somme toute, les études démontrent que dans le monde il y a plus de femmes que d’hommes. Alors dans cette logique, le nombre d’handicapées femmes est surement supérieur à celui des hommes ayant les mêmes conditions. D’où une raison valable de les encourager à montrer l’exemple. Le handicap n’est pas une raison pour ne pas travailler ou se soustraire d’apporter sa contribution à la société. Bien au contraire ! la femme vivant avec handicap doit être privilégiée lors d’une demande d’emploi par exemple et ainsi encouragée. Il est certes difficile avec la mentalité courante  d’appliquer cela, mais si celle-ci fait preuve de volonté, de compétence et de beaucoup de courage, elle peut changer cette image stéréotypée d’elles.

 

(Christelle Muabilu)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse