Une base de formation de terroristes à Beni: Le CEPADHO pense que c’est une fuite en avant de l’Ouganda

par -
0 430
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est avec une très grande attention que le CEPADHO a suivi la dénonciation de l’Ouganda ayant saisi le Gouvernement Congolais par le biais du ministre national de la Défense au sujet de la présence d’une base de formation de Terroristes à Beni en Rdc pour attaquer prochainement ce pays voisin.

A en croire les informations relayées à la presse par le Gouverneur de province du Nord-Kivu, l’Ouganda indique que les terroristes sont formés proche du Pont Semuli, non loin d’une base de la MONUSCO en perspective des prochains assauts sur Kampala. Ce dont il exige des comptes à la Rdc avant qu’il ne s’oblige d’y trouver solution à sa manière.

Le CEPADHO considère de fuite en avant cette dénonciation de l’Ouganda. Cela du fait que la présence des terroristes en territoire de Beni date déjà de plusieurs années sans que cela préoccupe le Gouvernement Ougandais.

Cette Organisation rappelle que ce 02 octobre 2016, la population de la Ville et du Territoire de Beni célèbre le 2è triste anniversaire depuis le début des massacres des civils ayant coûté la vie à près de 1.200 personnes, sans compter les militaires-FARDC, les kidnappés/ portés disparus, les incendies des villages ainsi que les pillages à la base d’un drame humanitaire dans la zone.

En effet, jusqu’à ce jour les terroristes ADF et Alliés poursuivent à coeur-joie leur aventure, car, pas plus tard qu’à 11h00 de ce dimanche 02 Octobre, leur incursion a été stoppée par l’armée en localité de Mamundioma/PK25 sur l’axe routier Mbau-Kamango où ils ont tué dans leur fuite 2 civils (un taximan et son client) au PK28.

Paradoxalement, depuis cette tragédie l’Ouganda a toujours brillé par un certain mutisme, une certaine indifférence. Et considérant qu’au côté des Somaliens, des Kenyans, des Tanzaniens, des Rwandais, des Soudanais, des Congolais,…la majorité des terroristes sont de nationalité Ougandaise ou infiltrés à partir de l’Ouganda, d’aucuns s’interrogent sur le rôle de cet État dans ce qui prévaut en ce lieu.

Le CEPADHO qui est entrain d’alerter l’Autorité sur une probable nouvelle rébellion en gestation au tour de Beni craint que cette dénonciation de l’Ouganda n’occulte son éventuelle implication dans tout ce qui se trame.

Ceci d’autant plus que les populations des villages Luseke, Muramba, Kabarole, Kahondo, Tako, Kizumbura, Rugetsi, Vimbao en territoire de Beni, frontaliers avec l’Ouganda, dénoncent depuis le mois passé des incursions des présumés éléments de l’armée Ougandaise (UPDF) en direction du massif de Rwenzori et du Graben, en Rdc, des incursions qui se sont intensifiées les deux dernières semaines.

Ainsi, le CEPADHO tout encourageant le Mécanisme Conjoint de Vérification de la CIRGL à enquêter sur les allégations de l’Ouganda, il l’invite aussi à vérifier les dénonciations faites par la population quant aux incursions de son armée en direction de la RDC, voire le mobile de celles-ci.

Cette Organisation exhorte le MCV et le Gouvernement Congolais d’associer la Société Civile locale  dans la suite à réserver à l’Ouganda afin que cet État voisin ne se serve d’un faux prétexte pour envahir à nouveau la RDC. Il exige par ailleurs de l’Ouganda l’extradition vers la Rdc du Chef Terroriste Jamili Mukulu de l’ADF. Ceci afin qu’il participe au procès contre les Terroristes accusés des massacres des Civils en Ville et Territoire de Beni. Ce qui témoignera de la bonne foi de l’Ouganda.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse