Un sondage d’opinion révèle « Ce sont plus des femmes qui s’adonnent à L’automédication »

par -
0 682
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des femmes  interrogées sur l’automédication, ont  émis une opinion commune : « Ce sont plus des femmes qui s’adonnent à L’automédication », ont-elles témoigné. Pour cette semaine, L’avenir- femme a retenu pour thème : l’automédication.

En effet, les femmes interrogées reconnaissent néanmoins que ce sont plus les femmes qui s’adonnent à cette pratique, en dépit du i danger que cela représente. Pour  Elles,  cette pratique est propre aux femmes surtout celles qui ont des enfants à élever dans une famille. Pourtant,  elles reconnaissent que les hommes préfèrent  passer par une consultation médicale, pour avoir de l’assurance en la consommation des médicaments prescrits  par le médecin lui-même. Parlant de la cause de ce comportement, ceci  est dû à plusieurs facteurs, indiquent-elles. Lorsque l’assurance santé pose problème, comme conséquence, les femmes recourent à l’automédication. C’est le chemin le plus court pour soigner leur maladie. Un fait qui n’est pas à encourager, car il conduit à des dégâts tels l’intoxication voire même la mort. Etant donné qu’un médicament en soi constitue un poison et lorsque ce dernier ne va pas attaquer directement la maladie indiquée pour ce poison, c’est d’autres complications qui peuvent s’en suivre, sans qu’on s’en rende compte.

 Le médicament et l’automédication 

L’Organisation  Mondiale  de  la  Santé, OMS, définit  l’automédication  comme  étant  un comportement  qui  consiste  pour  les  individus  à  soigner  leur  maladie  grâce  à  des  médicaments autorisés, c’est-à-dire  ayant reçu une  autorisation de  Mise  sur le  Marché par les  autorités de  santé,  accessibles  sans  ordonnance,  sûrs  et  efficaces  dans  les  conditions  d’utilisation indiquées,  avec  la  possibilité  d’assistance  et  de  conseil  de  la  part  des  pharmaciens.  Ce comportement  suppose  que  l’individu  connaît  ou  reconnaît  le  symptôme  ou  la  maladie,  qu’il connaît  cet  agent  extérieur  comme  ayant  des  effets  bénéfiques  sur  son  état  et  qu’il  a suffisamment confiance en lui et dans le médicament pour se l’administrer sans avis médical.

Et on  entend  par  médicament, toute  substance  ou  composition  présentée  comme  possédant  des propriétés  curatives  ou  préventives  à  l’égard  des  maladies  humaines  ou  animales,  ainsi  que  toute substance  ou  composition pouvant  être  utilisée  chez  l’homme  ou  chez  l’animal  ou  pouvant  leur être  administrée,  en  vue  d’établir  un  diagnostic  médical  ou  de  restaurer,  corriger  ou  modifier leurs  fonctions  physiologiques  en  exerçant  une  action  pharmacologique,  immunologique  ou métabolique.

Le pharmacien face à sa responsabilité

Pour des pharmaciens qui respectent la vie humaine, afin de prévenir des dégâts dans la société, un principe est vrai, c’est qu’il existe des médicaments  qui ne peuvent être délivrés  qu’à partir d’une ordonnance prescrite par un médecin. Sans cela, il n’y a pas délivrance de médicaments à un acheteur. A ceci reste à savoir si tous les pharmaciens sont disposés à  observer ce principe. Sans quoi,  ils sont là pour tout commercialiser, sans tenir compte de la vie humaine censée être protégée.

Automédication  responsable

L’automédication  est tolérable dans certains cas.  Dans la mesure d’équilibrer les  dépenses  de  santé.  Cette pratique est acceptable, si le malade est réellement conscient de ce qu’il souffre et que ce n’est pas si nécessaire d’aller voir un médecin pour lui prescrire un médicament qui ne nécessiterait son avis.

L’automédication et les  femmes  enceintes 

L’usage  de  la  plupart  des  médicaments  est  potentiellement  dangereux,  si  l’on  ne  respecte  pas scrupuleusement  leurs  indications  et  leurs  conditions  d’utilisation c’est  essentiellement  pour cette  raison  qu’ils  ne  peuvent  être  délivrés  qu’en  pharmacie  de  ville  ou  hospitalière. Or,  les  femmes  enceintes  constituent une  population  à  risque,  du  fait  de  la  tératogénicité potentielle  des  médicaments  sur  l’embryon    ou  le  fœtus. Des études ont  montré  que  des  médicaments,  en apparence  bénins,  pouvaient  provoquer  des  malformations  ou  avoir  de  graves  effets  mutagènes, se manifestant  parfois plusieurs décennies après  leur  administration.  Aussi des  enfants  naissant  avec  une  malformation  seraient  dus  à  une cause médicamenteuse ou toxique.

L’automédication peut comporter des risques liés à un mésusage qu’on qualifierait « d’automédication dangereuse », mauvais usage d’un médicament ou, en d’autre terme, l’utilisation non conforme aux recommandations du résumé des caractéristiques du produit pharmaceutique. C’est pourquoi lors de l’achat d’un médicament qu’on ne maitrise pas bien, poser des questions sur son utilisation au pharmacien éviterait d’éventuelles complications à la longue.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse