Un premier cas suspect d’Ebola signalé Kisangani

par -
0 130
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est depuis dimanche dernier qu’un cas de maladie à virus Ebola est suspecté à l’hôpital général de référence de Makiso de Kisangani dans la province de la Tshopo, indique Media Congo press. Avant d’ajouter qu’une jeune fille de 15 ans présentant des symptômes de cette maladie est décédée une heure après avoir été acheminée à l’hôpital par des membres de sa famille.

Selon cette source, la victime revenait des vacances à Mambasa, territoire de la province de l’Ituri, proche de la ville de Beni où la maladie à virus Ebola est actuellement maitrisée. Cette situation a créé la panique dans différents  milieux de Kisangani. Contacté par la presse, Francis Baelongandi, le médecin-chef de la Division provinciale de la santé/Tshopo, s’est réservé de tout commentaire à ce stade. Néanmoins, il a mis en alerte tous ses services médicaux.

Selon lui, une trentaine de contacts avec la victime ont été identifiés et sont suivis. Parmi eux, treize (13) prestataires de santé et vingt-six (26) autres personnes dans la famille de la défunte et les environs immédiats. Les échantillons ont été prélevés sur la victime ainsi que les personnes contact, afin d’être acheminés à l’INRB pour des analyses médicales.

En plus de cela, des mesures urgentes ont été prises, a affirmé le médecin-chef de la DPS.  C’est notamment la désinfection de l’hôpital, du personnel soignant, la résidence familiale de la défunte et l’enterrement sécurisée du cadavre. En attendant les résultats d’analyse, des mesures d’hygiène et de sensibilisation à large échelle sont recommandées.

La population a été appelée par  la ministre provinciale de la Santé à travers un communiqué de presse, à vaquer librement à ses occupations tout en observant les règles d’hygiène recommandées pour sa protection, en attendant le résultat de laboratoire. Aussi a-t-elle tenu à mettre en garde toute personne qui créait au sein de cette population une psychose.

Pas de dispositif de prévention contre Ebola sur la route Bunia-Kisangani

Aucun dispositif de prévention contre la maladie à virus Ebola n’est mis en place sur les routes nationales 27 et 4 reliant la ville de Bunia en Ituri à celle de Kisangani dans la Tshopo, s’étaient  plaints, avant le signal de ce cas, les voyageurs qui empruntent ce tronçon. Ils ont indiqué, dimanche 9 septembre à Radio Okapi qu’il n’existe aucun point de lavage des mains ni de contrôle de température.

Un peu plus de mille personnes voyagent chaque jour entre ces deux provinces voisines. Elles empruntent des bus, des camions, des voitures et même des motos.

Plusieurs barrières dites de contrôle sont érigées par des services étatiques sur les sept cents (700) kilomètres de route qui séparent les deux villes : transports, commission de prévention routière, migrations, renseignements, armée,  et d’autres.

Tous ces services se pressent sur les voyageurs pour exiger de l’argent. Mais aucun contrôle sanitaire pour prévenir n’est observé contre Ebola.

L’unique poste est à Madula au PK 23, à l’entrée de Kisangani. Sur place, deux personnes prélèvent de manière aléatoire la température des voyageurs. En plus de cette négligence, autres éléments, tels que l’eau chlorée, que faciliterait  le bon déroulement de ce contrôle, manquent en cet endroit. Et de renchérir : « Il n’y a  pas de motivation pour ces personnes placées pour ce contrôle sanitaire sur place. Avec cette allure, c’est fort probable que l’épidémie s’emmène  à Kisangani ». C’est en ces termes que les voyageurs de ce tronçon, Bunia (Ituri) – Kisangani (Tshopo) ont montré leur désarroi.

 

Mamie Ngondo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse