Un coup d’Etat en gestation !Les familles américaines évacuées

par -
0 727
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Que cache la lettre du département d’Etat américain exigeant l’évacuation des familles américaines du Congo ?

L’ombre de la mort plane et guette sur la souveraineté de la République démocratique du Congo. Le Département d’Etat américain a demandé aux familles américaines d’évacuer le territoire de la Rdc, à travers sa correspondance du 28 septembre 2016, adressée à son Ambassade en Rdc. Cette menace n’est pas à prendre à la légère. Elle vise à préparer le chao. La Syrie et la Lybie en ont déjà été victimes et continuent de subir les dégâts de la cruauté de l’Occident, lorsqu’il est remonté contre les dirigeants qui ne répondent pas à ses injonctions.

Aujourd’hui, c’est vraisemblablement le tour de la Rdc. L’opinion tant nationale qu’internationale assiste, médusée, aux multiples atteintes de la Maison Blanche à la souveraineté nationale de la Rdc et ce au grand étonnement des patriotes et nationalistes de gauche au pouvoir.

Après avoir tout donné, tout supporté, tout sécurisé en faveur du défunt Maréchal Mobutu, les Etats-Unis avaient spectaculairement tourné le dos à l’ancien président du Zaïre par une révolution venue de l’Est, mais parrainée, planifiée et exécutée par le Rwanda et l’Ouganda. L’avènement de M’Zée Laurent-Désiré Kabila au pouvoir n’avait pas du tout enchanté l’Occident qui a vu en cet homme un nationaliste menaçant leurs intérêts. Ancien discipline de Patrice-Emery Lumumba, M’Zée Laurent Désiré Kabila, qui rêvait de libérer totalement son peuple de la tyrannie occidentale, a été mis à mort en plein exercice de ses fonctions, le 16 janvier 2001.

A sa mort, Joseph Kabila Kabange lui succède et prête serment le 21 janvier de la même année. Il n’a que 29 ans. Trop jeune, il est confronté aux multiples rebellions dans la partie Est, Nord-Est, Nord de la Rdc, notamment les rébellions du RCD-Goma, RCD/KLM, MLC mais aussi des multitudes de groupes armés locaux et étrangers qui ont semé mort d’hommes. Les historiens disent que c’est le plus grand génocide de l’humanité qui a emporté plus de 8 millions des Congolais, passé sous silence.

Dans sa sagesse, ce jeune président hypothèque son pouvoir, le partage avec ses anciens agresseurs notamment le MLC Jean-Pierre Bemba ; le RCD/Goma Azarias Ruberwa ; le RCD Arthur Z’Ahidi Ngoma, joint à cette tête monstrueuse Yerodia Abdoullah Ndombasi. Malgré sa bonne volonté de partager le pouvoir, le trois de quatre vice-présidents ont été tous battus aux élections de 2006. En 2011, il réédite son exploit et bat aux élections le pseudo vieux opposant au régime de Mobutu, M’Zée Laurent-Désiré Kabila, à savoir Etienne Tshisekedi. Ce dernier n’a pas digéré sa défaite, va de contestation en contestation au point de faire embraser le pays pour son impérium.

L’île de Gorée annonce ses couleurs

Parmi les méthodes enseignées pour évincer le régime Kabila, figurent « Ile de Gorée ». Les opposants y avaient été invités non pas pour apprendre ce qu’ils qualifieraient de « gestion de la République par le système électoral », mais en réalité pour la préparation des méthodes insurrectionnelles. Elles ont payé, s’il faut ainsi le dire à partir des 19 et 20 septembre de cette année. Pendant que toutes les intelligences sont focalisées à la Cité de l’Union africaine, dans le Dialogue politique inclusif susceptible de désamorcer la crise née de contestations des résultats de vote présidentiel ; le rejet du calendrier partiel et global du processus électoral par l’opposition, elle s’est faite victime lors de la fausse marche pacifique devant déposer un préavis à la Présidence de la République contre un Président en fonction et en plein mandat, en incendiant les sièges des partis politiques membres de la famille politique du Chef de l’Etat Joseph Kabila ; pillant, vandalisant les symboles de l’Etat. Ces actes n’ont jamais été condamnés par leurs maîtres à penser, notamment les Etats Unis ; la Belgique ni moins la France. Le mieux à faire, pour un Chef de l’Etat français est d’invectiver son homologue du Congo souverain lorsqu’il annonce : «  Je ne transigerai pas en ce qui concerne la date de l’élection présidentielle ». Il suffit de la réplique de ceux qui ont été lésés le premier, que l’Occident gronde via leurs ONG, exigeant le compte au gouvernement de la République qui a vu les symboles de la République vandaliser sans moindre condamnation ni de la France, ni de la Belgique encore moins des Etats Unis.

Aux dires du Président français, la République Démocratique du Congo n’a jamais été souveraine. Elle est un des départements d’Outre-mer français. Une injure froide aux yeux de l’humanité. L’opposition qui court derrière le pouvoir est prête à tout, même à mettre à mort le Président de la République pour occuper son fauteuil.

C’est du moins la parfaite illustration de la correspondance du Département américain qui cherche à créer la psychose dans le chef de la population, en exigeant des familles américaines d’évacuer la Rdc.

Les analystes et observateurs de la scène politique ne sont pas loin d’affirmer que la méthode américaine d’évacuer leurs familles dans un pays qui ne prêche que la paix au détriment de l’opposition qui s’inscrit sur la voie de la violence à vouloir à tout prix, succéder à Joseph Kabila à n’importe quel prix, même par la violence. Ce, en complicité avec les anti-régime de Kabila du fait, que le Chef de l’Etat ait commis le plus grand péché selon l’Occident, de vouloir faire de la République démocratique du Congo un pays émergent. Cette donne est la goutte qui a choqué le monde occident en ce que la Rdc est considérée comme une réserve mondiale qui ne peut jamais se développer.

L’opposition joue au chat et à la souris

D’ailleurs, les masques de la turpitude des membres de l’opposition commencent à se dévoiler. Dans une émission diffusée sur les antennes de CCTV, l’ancien journaliste de RTLV, aujourd’hui député national élu sur la liste de SET (Soutien à Etienne Tshisekedi) Basile Olongo Pongo a dénoncé le comportement indigeste du Rassemblement et de l’UDPS en ce que, tous les opposants ont été suffisamment éclairés par la Ceni qu’il est quasiment impossible d’organiser les élections dans le délai constitutionnel, en raison de l’absence du fichier électoral.

« Il nous avait été dit clairement qu’il est impossible d’organiser les élections parce que il n’y a pas de fichier électoral. Comment, nous qui avions été édifiés par la Ceni, qu’aujourd’hui, le Rassemblement va chercher à déposer un mémo pour exiger de la Ceni la convocation des élections le 19 septembre ? C’est malhonnête ! C’est sous ma proposition que nous sommes allés demander aux ambassadeurs pourquoi ils nous incitent à aller aux élections, alors que le pays n’a pas de fichier électoral ? Il nous avait été dit que ce fichier est mauvais. Nous avions commencé par l’ambassadeur d’Italie, il nous répondra que c’est au dialogue que vous allez trouver de réponses à vos questions», a révélé l’ancien présentateur de l’émission Tokomi wapi. Pour lui, l’opposition a fautée quant à ce, puisque la marche dite pacifique ayant été autorisée, elle s’est transformée en actes de violences qui ont causé mort d’hommes.

Cependant, comment expliquer qu’un opposant de la trempe radicale ait reconnu le dérapage de l’opposition qui a incité la population sous prétexte d’exiger de la Ceni la convocation du corps électoral, que l’Occident via, les Etats Unis, la France, etc. exigent du gouvernement de la République des comptes alors que l’opposition a mal agi ? Il n’y a qu’une réponse à cette agitation occidentale : faire un coup d’Etat avant que les délégués au dialogue n’apposent leurs signatures à l’Accord politique sous prétexte d’octroyer à Joseph Kabila un second mandat. Ce qui est une fausse accusation contre la personne de Joseph Kabila qui ne prêche que la paix et le respect de la Constitution. Lequel respect englobe les deux mandats. Donc, le pousser à s’exprimer sur sa prétendue non-participation et/ ou représentation à la prochaine élection équivaut à paralyser les institutions vu l’incivisme populaire, mais aussi des acteurs politiques. Le silence de Joseph Kabila est une arme pacifique qui ne veut que du bien à son pays. Il est conscient qu’il n’est pas éternel, mais en tout état de cause, la mauvaise expérience de deux précédentes élections de 2006 et 2011 ne peuvent en aucun cas permettre une fois de plus aux congolais de s’entredéchirer pour plaire à une personne qui veut la présidence de la République. Le Congolais est mature, le fait que l’opposition ait décrété « lundi sans école », est une faute grave dont l’humanité intellectuelle ne peut, si élection y avait de donner sa voie à cette opposition. Avec complicité, les prétendus donneurs de leçons n’en ont fait aucune mention dans leur condamnation. La meilleure de chose, c’est que le Gouvernement congolais nous doit des explications sur les événements malheureux provoqués par leurs acolytes.

Ainsi donc, le plan de l’Ile de Gorée semble mis en marche avec la psychose que crée la lettre du Département américain à faire évacuer les familles américaines au Congo. La question que nombre d’observateurs et analystes se posent est de savoir : en quelle qualité les américains demandent le compte aux autorités congolaises sur les incendies et actes de vandalisme des militants de l’opposition ? La Rdc est-elle, un autre Etat américain ? La Rdc est-elle indépendante et souveraine oui ou non ? Nous sommes en droit d’exiger du Gouvernement des Etats Unis le compte sur les massacres à répétition de nos frères africains tués par les policiers blancs !

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse