Un candidat à la présidentielle jette l’éponge

par -
0 234
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« C’est avec gravité que je viens porter à la connaissance de mes compatriotes et à la face du monde, ma ferme résolution de quitter le processus électoral en cours en signe de protestation pour plusieurs raisons », indique un communiqué de Me Michel Okongo parvenu à L’Avenir, avant d’épingler les quelques raisons: absence de lisibilité, de traçabilité, de visibilité et d’inclusivité dans le processus électoral, etc.

Le désistement de ce candidat du reste inconnu du grand public, a laissé les Congolais perplexes. Car plus d’un n’ont pas manqué de se tourner la tête pour comprendre comment quelqu’un, jouissant de la présomption d’avoir toutes ses facultés morales et psychiques, pouvait en arriver-là. Sans subir de pression outre mesure,  l’intéressé  s’est livré en spectacle en jetant la bagatelle de cent mille (100.000) dollars américains ‘’par la fenêtre’’. Sinon, toutes les raisons avancées par le candidat devraient, en amont, lui permettre de ne pas postuler à la plus haute fonction de l’Etat (machine à voter, la disponibilité des avions, des pilotes, etc.).

Voilà pourquoi certaines personnes avisées, surprises quand même de cet acte, voudraient se référer à la CENI, afin de savoir si Michel Okongo avait réellement versé sa caution ; pourquoi n’a-t-il pas attendu que la CENI délibère sur les candidatures, avant que la Cour constitutionnelle ne se penche sur le contentieux ?; De quoi cet illustre ‘’inconnu’’ a-t-il peur ?

Cependant, dans les raisons avancées pour son désistement, Me Michel Okongo souligne que personne ne sait exactement à quand la livraison de 7 hélicoptères, 7 avions, 130 camions et 195 pick-up auxquels le président Corneille Nangaa a fait mention lors de son dîner de presse du 14 août 2018, étant donné que pour atteindre le jour du scrutin, les élections exigent deux éléments essentiels à savoir : les moyens et le temps.

Ce candidat ayant abandonné la barque, ne devrait donc pas oublier que le Gouvernement de la République a levé une option, celle de financer les élections sur fonds propres. Ses craintes seraient justifiées s’il avait appris que la CENI éprouvait des difficultés de financement. Malheureusement, sachant que le Front Commun pour le Congo (FCC) a aligné un candidat non des moindres, en la personne d’Emmanuel Ramazani Shadary  et que l’opposition n’a pas assez de chance de l’emporter faute de cohésion, il s’illustre par de faux-fuyants.

C’est quand même utopique de croire que le bateau des élections va s’arrêter à la première gare pour s’intéresser à celui qui aura déboursé la caution exigée par la CENI, pour faire du marketing politique. Et ce, pendant que la CENI a reçu du législateur le pouvoir d’organiser les élections et de chercher comment réduire le coût des opérations électorales. Oui, qui peut le plus peut le moins, renseigne un adage. Peut-être notre humble avocat qui ne manque pas d’ambition, aurait-il préféré la voix de la sagesse qui conseille de reculer pour mieux sauter.

JMNK

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse