Tueries de Lubero: Les notables du Nord-Kivu reçus par Néhémie Mwilanya

par -
0 371
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après les tueries perpétrées le dimanche 27 novembre dernier par les May-May/Mazembe, qui ont pris d’assaut le village de Luhanga, dans le Groupement Itala, en Chefferie des Batangi au Sud du territoire de Lubero, l’Assemblée nationale a même observé une minute de silence en leur mémoire, pendant que les notables du Nord-Kivu étaient reçus par le professeur Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Signalons que les assaillants ont opéré pendant plus d’une heure visant essentiellement les membres de la communauté Hutu. A en croire les informations recueillies par le CEPADHO, ces miliciens se sont livrés à un véritable carnage avant de procéder par l’incendie de tout le village. Le bilan humain actualisé ce lundi 28 novembre fait état de 30 personnes tuées dont 29 Civils, 17 blessés et 11 déclarés portés disparus. Les 29 tués, les blessés et les disparus sont tous identifiés comme membre de la Communauté Hutu.

S’agissant des civils tués, on mentionne 15 femmes, 11 enfants et 3 hommes. Ils ont tous été ensevelis l’après-midi d’hier lundi sur place à Luhanga, en présence du ministre provincial de la Santé venu de Goma pour représenter l’Autorité provinciale aux obsèques.   A en croire l’Administrateur de territoire de Lubero le 30è mort est un milicien May-May/Mazembe neutralisé par les FARDC qui tentaient de contrer l’ennemi.

Selon Bokele Djoy, la supériorité numérique des assaillants n’a pas permis aux militaires-FARDC à faible effectif à Luhanga d’empêcher le désastre. Il mentionne qu’un groupe des May-May attaquaient la position militaire de la place pendant qu’un autre perpétrait le massacre et l’incendie des maisons.  Les personnes tuées ou blessés l’auraient été soit par armes blanches (flèches ou machettes), soit par balles. Certaines autres ont été simplement calcinées dans leurs habitations.

Et si les notables du Nord-Kivu était à la Présidence, c’est pour que les efforts soient conjugués afin de mettre un terme à ces tueries qui viennent qu’alourdir le nombre de morts. Le mécontentement ou le dépassement était visible sur leurs visages.

La MONUSCO condamne

Dans un communiqué parvenu au Groupe L’Avenir, la Monusco écrit qu’un groupe de 50 Mayi-Mayi Mazembe ont lancé le dimanche  matin une attaque contre des familles de déplacés hutus hébergées au camp de déplacés de Luhanga au Nord-Kivu, tuant plus d’une vingtaine d’individus et en blessant autant. Sitôt alerté par les coups de feu, un détachement de la force de la MONUSCO se trouvant dans les environs de la localité de Luhanga se déploya rapidement sur les lieux et affronta les Mayi-Mayi, repoussant ainsi leur attaque. Un des assaillants y trouva la mort.

Et le même communiqué d’ajouter que les casques bleus ont porté assistance aux blessés  et procédé à leur évacuation médicale vers des structures sanitaires à Goma. La MONUSCO a renforcé sa présence dans la zone et déployé une mission d’enquête, en étroite collaboration avec le détachement des FARDC stationné à Luhanga. La mission apportera tout son soutien aux autorités locales pour une visite de terrain prévue demain. La MONUSCO condamne fermement cette attaque contre des civils et exprime sa compassion et ses profondes condoléances aux familles des disparus. Elle reste déterminée à remplir son mandat de protection des civils.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse