«Trophée Muana Mboka» trafiqué et plagié à Kinshasa

par -
0 546
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Maitre  Liyolo prêt à négocier  à l’amiable avec  Paulin Mukendi

« Mesdames et messieurs de la presse, cette œuvre est aujourd‘hui trafiquée, plagiée pour des fins de lucre et par quelqu’un qui clame, à tout vent, vouloir prôner l’excellence. Qui plus, par des méthodes peu catholiques, se targue être gestionnaire des droits d’auteurs des artistes congolais », regrette Me Alfred Liyolo Limbe M’Puanga dernièrement au cours d’une conférence de presse tenue à l’Académie des Beaux-Arts à Kinshasa, dénonçant «le trafic et le plagiat» de son œuvre réalisée en bronze servant depuis bientôt dix ans de «trophée Muana Mboka pour des fins de lucre».

Le professeur Alfred Liyolo a insisté sur le fait qu’il n’a pas le souci de s’attaquer à des personnes  mais,  plutôt,  le désir de corriger ensemble des vices qui s’installent dans la société congolaise. Il s’est dit «prêt» à négocier avec l’opérateur culturel Paulin Mukendi qui attribue, sans son autorisation, le «Trophée Muana Mboka» à la seule condition de payer ses droits d’auteurs à partir de la troisième édition jusqu’à la dixième. Les initiateurs de ce prix «d’excellence» le Professeur Olivier Musangi Ntemo et Paulin Mukendi ne respectent pas l’arrangement à l’amiable avec lui, a-t-il révélé.

Alfred Liyolo a exprimé, à l’occasion, sa préoccupation pour la promotion des arts en République démocratique du Congo (RD Congo) en mettant en garde «des loups dans la bergerie qui s’arrogent les intelligences des autres, les œuvres d’autrui pour en faire l’exploitation et en tirer des bénéfices». Pour lui, ce trophée plagié n’a aucune valeur artistique parce qu’il manque sa signature et son socle, a-t-il révélé.

Les deux premières éditions, a-t-il dit, il avait donné ces trophées gratuitement en faveur de la jeunesse congolaise. Il a néanmoins déploré «ce cas malheureux» dans le monde des artistes censés être des hommes honnêtes, respectueux de l’éthique et de la déontologie professionnelle et modèles au sein de la société congolaise. L’œuvre en question servant de «trophée Muana Mboka» pèse environ 5 kg et symbolise l’homme averti avec ses deux oreilles attentives, un œil brillant et des plumes d’oiseau pour écrire.

Rappel de fait et constat de plagiat

L’affaire remonte voici une dizaine d’années où Paulin Mukendi a contacté Me Liyolo pour lui demander un travail, celui de concevoir une œuvre d’art. C’est donc le trophée Muana Mboka. C’est opus sert de trophée d’excellence à Paulin  Mukendi qui prime les gens qui ont excellé dans différents secteurs d’activités. Cette démarche ressort, d’après Me Liyolo, d’un accord sur base de la bonne volonté. L’auteur lui avait dit de ne pas payer la première édition, le considérant comme un jeune frère. Cet accord ne pouvait pas demeurer indéfiniment. A la deuxième édition, Paulin Mukendi devait  commencer à payer, conformément au deal. Malheureusement, depuis lors, Paulin Mukendi ne s’est jamais acquitté de ses devoirs vis-à-vis du  concepteur et réalisateur d’une œuvre à qui reviennent tous les droits.

Toujours dans son argumentaire, Maître Liyolo a déploré le fait que Paulin Mukendi s’est arrangé pour falsifier cette œuvre. L’orateur a démontré la différence pour soutenir son constat de plagiat. Il a brandi   deux trophées : l’original  qui porte ses empreintes, dont la signature, et le pirate, amputé seulement de ses empattements où se trouvait  la signature de l’artiste.

(Saint Hervé M’Buy)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse