Transparence dans la gestion des ressources naturelles

par -
0 762
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Lancement hier à Kinshasa d’une étude d’impact du processus ITIE en Rdc

Grâce à l’appui de la GIZ, la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP/Rdc) vient de réaliser une étude d’impact du processus ITIE (Initiative pour la transparence des industries extractives) en République démocratique du Congo. « Neuf après, à quoi l’ITIE a-t-elle ? », tel est l’intitulé de ce rapport présenté hier à Kinshasa devant les délégués des organisations de la société civile, des régies financières, les membres des deux chambres du Parlement et du Gouvernement, ainsi que les représentants des missions diplomatiques et des organismes des Nations-Unies.

Dans son mot de circonstance, après le mot d’introduction de la représentante de la GIZ, le coordonnateur national de la coalition Publiez ce que vous payez en Rdc, Me Jean-Claude Katende, a indiqué que neuf ans après l’adhésion de la Rdc au processus ITIE, il était important de s’arrêter pour voir ce qui a marché mais aussi les faiblesses. « L’intérêt de cette étude est de mettre à la disposition des parties prenantes pour exiger une mise en œuvre de l’ITIE qui soit capable d’améliorer la gouvernance des ressources naturelles », a-t-il indiqué.

Pour Jean-Claude Katende, « les ressources naturelles de la Rdc ne profitent pas à la population. La Rdc est un pays qui regorge des ressources naturelles mais qui vit la malédiction de ces ressources. Un pas potentiellement riche mais la population vit dans la pauvreté. L’une des raisons est que les informations n’étaient pas partagées. Il y a quelques années, le secteur des ressources naturelles en Rdc était un secteur opaque ».

Une idée du rapport de la coalition Publiez ce que vous payez

Ce rapport a été présenté à l’assistance par le secrétaire permanent de la coalition Publiez ce que vous payez en Rdc, M. Félicien Mbikayi. Il a avant tout signifié que ce rapport n’est pas le point de vue de la coalition Publiez ce que vous payez, mais la lecture de toutes les parties prenantes dans le processus ITIE. Son objectif étant d’améliorer la mise en œuvre de l’ITIE en Rdc.

Le rapport note que depuis la mise en œuvre de l’ITIE en Rdc en 2005, des choses ont changé dans le chef de parties prenantes (Gouvernement et régies financières, industries extractives, et la société civile). Après cinq rapports publiés (le sixième étant en chantier), la Rdc fait partie du cercle des pays conformes à l’ITIE. Aussi, l’ITIE aura apporté des améliorations importantes dans le système de gestion financière du pays.

« Il faut reconnaitre que l’engagement du Gouvernement de la République, la mise en train des régies financières, la bonne volonté des entreprises extractives et le militantisme avéré de la Société civile sont des acquis qui autorisent un certain optimisme à l’avenir. La contribution des Ongs à l’ITIE est remarquable. Elles mènent des campagnes de sensibilisation pour que les communautés locales soient informées sur l’ITIE et puissent demander des comptes aux gouvernants sur la gestion des revenus issus des industries extractives. Ce travail doit-être soutenu et renforcé avec des moyens conséquents », fait savoir cette étude de la coalition Publiez ce que vous payez.

Selon le rapport, le secrétariat technique de l’ITIE-Rdc joue un rôle important dans la mise en œuvre de l’ITIE en Rdc. Mais, il doit s’abstenir de se substituer au Comité exécutif de l’ITIE en jouant uniquement et pleinement son rôle technique lui dévolu par les textes de gouvernance de l’ITIE/Rdc. Il doit aussi collaborer de manière équitable et sincère avec toutes les parties au processus sans parti pris. « C’est ici où le Comité exécutif de l’ITIE doit jouer son rôle en veillant à ce que le secrétariat technique ait de meilleurs rapports avec les parties prenantes et les partenaires au développement. C’est de façon qu’il sera beaucoup plus efficace et rendra des meilleurs services à l’ITIE/Rdc », martèle le rapport de la coalition Publiez ce que vous payez.

Pour élaborer ce rapport, des enquêtes ont été menées dans l’ex province du Katanga (où il y a la majeure partie des industries minières), du Bas-Congo (où il y a des sociétés pétrolières) et dans la ville-province de Kinshasa, le siège de toutes les institutions nationales. Les enquêtes menées dans les trois provinces ont révélé plusieurs préoccupations émises sous formes des recommandations.

Notamment au Parlement, au Gouvernement, au groupe multipartite, aux régies financières, à la société civile, aux entreprises extractives, aux partenaires au développement, au secrétariat technique de l’ITIE.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse