Transition sans Kabila: La mise en garde de Kokonyangi à Tshisekedi

par -
0 481
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Décidément, le ministre de l’Urbanisme et Habitat et Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle  (MP), Joseph Kokonyangi, ne compte pas reculer, aussi longtemps que Félix Tshilombo s’illustrera par des contre-vérités et autres procès d’intention. C’est dans cette perspective qu’il a foulé le sol katangais, afin d’effacer dans la mémoire collective tout ce que Félix a dit, et qui risque de semer la confusion au niveau de la population katangaise.

Devant les journalistes et les communicateurs de la Majorité Présidentielles, le Secrétaire Général Adjoint de la Majorité Présidentielle, Joseph Kokonyangi, a mis en garde Félix Tshisekedi qu’il accuse de prévoir l’élimination directe de Joseph Kabila Kabange, en évoquant une transition sans ce dernier, contrairement, a-t-il dit, au prescrit de l’arsenal juridique congolais qui garantit notamment la continuité de l’État.

Au cours de cette conférence de presse tenue hier jeudi 26 octobre au Pullman Hôtel de Lubumbashi, Kokonyangi accuse Félix Tshisekedi de manque de professionnalisme dans les propos qu’il a récemment tenu dans le cadre de sa visite dans la ville cuprifère. « Nous reprochons à Félix Tshisekedi le manque de professionnalisme et d’honnêteté. Il est signataire de l’Accord et ne peut renier sa signature dans l’accord de la Saint sylvestre. Ceci n’est pas  normal d’un leader politique de son rang », a déclaré le Secrétaire général adjoint de la MP.

Envisager une transition sans Joseph Kabila est une folie, soutient Joseph Kokonyangi, qui voit dans les propos du numéro 1 du Rassemblement des intentions pures et simples d’élimination physique du président Joseph Kabila Kabange. « L’arsenal juridique de la RDC ne prévoit pas de transition sans Joseph Kabila. Envisager cette possibilité, c’est que le Rassop veut ensorceler ou tuer physiquement le Président », a-t-il tonné. En séjour dans la ville de Lubumbashi, Joseph Kokonyangi se dit en mission de sensibilisation de la population sur l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Pour rappel, le 17 octobre dernier, Joseph Kokonyangi avait attaqué une fois de plus Félix Tshisekedi, qui s’était hasardé sur un terrain qu’il ne maitrisait pas, disant que la situation socio-économique était grave dans le pays. Et le ministre de rétorquer : C’est comme si lui, si on le nommait Premier ministre, il peut maîtriser la situation socio-économique en un jour. Il a par la suite insisté sur le fait que le monde entier traverse une situation économique très complexe et personne ne parvient à comprendre comment la Rdc maîtrise ses paramètres macro-économiques.  D’abord, explique-t-il, notre économie est tournée vers les ressources minérales, particulièrement le cuivre et le cobalt et lorsque ça chute, naturellement il s’ensuit une crise.

Mais aujourd’hui, précise le ministre de l’Urbanisme et Habitat, grâce aux mesures économiques d’urgence que le président de la République, Joseph Kabila Kabange a initié, nous avons maitrisé notre monnaie, les cours des métaux sont entrain de galoper, soit plus de 25% pour le cobalt. Dans cette ligne-là aussi, renchérit-il, votre Monsieur a menti à la population congolaise. « On ne peut pas faire de la politique avec les mensonges », soutient-il.

Au sujet de la grève, Félix Tshisekedi s’est aussi trompé et a menti à la jeunesse. Sinon, le droit à la grève est garanti dans la Constitution du pays. Donc, s’il devient président ou quoi, il va interdire les grèves ! «  C’est un droit garanti et les solutions ont été trouvées. Les enseignants ont retrouvé le travail. Nous avons résolu le problème de manière substantielle », informe-t-il, tout en soulignant que le pays spécialiste en grève, c’est la France, qui est le modèle de la démocratie. Si c’est ça son argument pour appeler sa fameuse transition, encore là, il a menti à la population, parce que le droit de grève est garanti par la Constitution. « Il a encore menti en disant que la rentrée scolaire a été bâclée. Je ne sais pas quel parent dont les enfants ne vont pas à l’école ! Lundi dernier, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire  a lancé la rentrée académique. Et les rentrées scolaire et académique sont effectives dans notre pays. Voilà comment les politiciens en perte de vitesse peuvent manipuler la population congolaise », dit-il.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse