Transformer la réponse mondiale face au VIH / SIDA: En 15 ans, PEPFAR a sauvé et amélioré des millions de vies

par -
0 216
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le plan présidentiel d’aide d’urgence des États-Unis à la lutte contre le sida, PEPFAR  a donné des résultats positifs au cours des 15 dernières années en Afrique. Ce plan a élargi l’accès au traitement antirétroviral dans le monde et dans le continent africain en particulier. Lorsque le PEPFAR a été lancé, seulement 50 000 personnes en Afrique bénéficiaient d’un traitement antirétroviral. Désormais, il soutient plus de 14 millions de personnes sous-traitement dans le monde. D’où, le PEPFAR a pu sauver et améliorer des millions de vies, Ceci ressort d’un point de presse téléphonique tenue à partir de Washington, par Mme l’ambassadrice Deborah L. Birx, coordonnatrice de la lutte contre le sida et représentante spéciale des États-Unis pour la diplomatie relative à la santé mondiale. Parmi les pays africains, ceux qui ont participé sont : l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, le Malawi, la RDC. Les professionnels des medias africains qui étaient tenues de suivre ce point de presse à travers leurs pays respectifs, n’ont pas manqué de poser leurs questions. Il s’agit notamment de savoir dans quelle mesure le travail du PEPFAR implique le renforcement des capacités en Afrique ; quel est le budget alloué par PEPFAR pour la lutte du Vih/ sida dans les pays à forte prévalence ; ou en sommes-nous pour la fin de la pandémie du Vih/sida? Que peut-on attendre du PEPFAR dans les 15 prochaines années ?

Avant de répondre à toutes les questions, Mme l’ambassadrice Deborah L. Birx a brossé de manière concise le parcours du PEPFAR durant ses 15 années d’existence et a souligné l’impact vital de ce dernier sur le continent africain.

Aujourd’hui, la mort et le désespoir ont été massivement remplacés par l’espoir et la vie

En effet, l’ambassadrice montre que lorsque PEPFAR a été créé, un diagnostic de VIH était toujours, pour de nombreux pays africains, une sentence de mort ; des familles entières et des communautés contractaient la maladie. Aujourd’hui, la mort et le désespoir ont été massivement remplacés par l’espoir et la vie. Les administrations publiques américaines, à travers le PEPFAR, ont non seulement sauvé et amélioré des millions de vies, mais également transformé la réponse mondiale face au Vih / sida.

Lorsque le PEPFAR a été lancé, seulement 50 000 personnes en Afrique bénéficiaient d’un traitement antirétroviral. Le PEPFAR soutient désormais plus de 14 millions de personnes sous traitement dans le monde. Il a également permis à plus de 2,2 millions de bébés de naître séronégatifs, malgré des mères séropositives et aide plus de 6,4 millions d’orphelins, d’enfants vulnérables et leur personnel soignant touchés par le Vih / sida, assurant ainsi la prospérité de la prochaine génération. Ces résultats démontrent les avancées cruciales réalisées dans le cadre de la stratégie PEPFAR du gouvernement américain pour l’accélération de la lutte contre le Vih /sida (2017-2020), puisque jusqu’à 13 pays à forte prévalence du Vih (dont 12 en Afrique) sont sur le point de contrôler l’épidémie d’ici 2020, avec le soutien du PEPFAR.

La stratégie fournit également une feuille de route pour plus de 50 pays où le PEPFAR œuvre pour atteindre ce même objectif.

Répondant à la question dans quelle mesure le travail du PEPFAR implique le renforcement des capacités en Afrique, l’ambassadrice a indiqué qu’au cours de son parcours, PEPFAR  a  investi en infrastructures de santé, en laboratoire, tout ceci à l’idée d’intégrer le système de la lutte.  En plus de l’investissement en infrastructures, PEPFAR se penche aussi en renforcement  des capacités humaines, en formant plus de 50 000 professionnels de santé dans le continent africain et tout ce travail est essentiel, a-t-elle martelé.

Signalons que depuis trente ans, Mme l’ambassadrice Deborah L. Birx a consacré sa carrière à des domaines comme l’immunologie pour le Vih/sida, la recherche sur les vaccins et la santé mondiale. En tant que coordonnatrice mondiale de la lutte contre le sida des États-Unis, l’ambassadrice Birx supervise la mise en œuvre du PEPFAR. (A suivre)

 

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse