Traitement et prévention du VIH: Le Dr James Mpunga recommande l’utilisation des antirétroviraux

par -
0 739
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Beaucoup sont d’avis que le VIH est à la base de la recherche et le développement des nouvelles classesd’antirétroviraux, ARV, le VIH qui est le responsable de la pandémie du Sida que le monde connaît depuis les années 1982. Les différentes classes d’agents antirétroviraux agissent en perturbant des étapes du cycle de réplication duVIH. C’est ce qu’a indiqué au cours d’une interview à L’Avenir, le Dr James Mpunga des cliniques les aigles. Cet établissement médical est  situé dans la commune de Kalamu. Ces ARV ont  pour effet de diminuer le nombre de virus  présents dans l’organisme, mesuré par la “charge virale”. Le traitement se traduit,ensuite, par une augmentation du taux de lymphocytes T4, cellule parasitée par le VIH.L’association de divers (typiquement trois,éventuellement quatre) agents antirétroviraux est appelée trithérapie.

Le sida est une maladie qui est susceptible de toucher toute la population. C’est ainsi qu’elle est qualifiée de pandémie, et la prise en charge des patients gratuite dans différents endroits où sont offerts les ARV.Le médecin a lancé un appel à tous les patients de prendre des ARV, afin d’allonger leur survie.

Les antirétroviraux, une classe des médicaments utilisés pour les traitements des infections liées aux rectos virus. Et qui dit les rectos virus, ce sont des réplications des virus dans l’organisme, affaiblissant le système immunitaire. Les antirétrovirauxadministrés ont en fait le rôle capitaledans le blocage de ces rectos virus a martelé James Mpunga. Ces ARV sont une combinaison des trois molécules à savoir le zidovudine, lamivudine, et nevirafine, a souligné l’orateur. Et d’ajouter que  cette combinaison appelée trithérapie,  interviennent dans le traitement de la réplication du virus dans l’organisme humain. Ces antirétroviraux  agissent en bloquant une étape du cycle de réplication du VIH. Ils bloquent et arrêtent lamultiplication du virus dans l’organisme. Ces antirétroviraux ne tuent pas le VIH mais empêchent tout simplement son cycle dans le corps,a démontré le médecin. Le VIH n’est pas du tout éliminé dans l’organisme mais seulement bloqué dans sa réplication ou multiplication, a-t-il insisté. L’arrêt de la prise de ces antirétroviraux n’est pas conseillé, étant donné que cela est un traitement à vie. En cas d’arrêt,la réplication virale va reprendre. En ce qui concerne la prise de ces ARV, un comprimé d’un antirétroviral est recommandé par jour chez le patient du VIH, a indiqué le médecin, précisant que le patient sous  cure des ARV doit éviter le temps mort, c’est-à-dire ne pas manquer un jour sans avoir pris son comprimé.

Avantages des ARV

En ce qui concerne les avantages de la prise des ARV, le généraliste a fustigé que l’infection à VIH évolue ainsi comme une maladie chronique avec une espérance de vie allongée. Cliniquement, il y a diminution ou disparition des infections opportuniste avec gain pondéral. Biologiquement, il y a une remontée des lymphocytes CD4 et baisse de la présence du VIH à charge virale dans l’organisme. Pendant la remontée des lymphocytes et la disparition de la charge virale, il y a baisse de risque de transmission.

Quand administrer le traitement des ARV ?

A cette question, le médecin James a éclairé l’opinion, disant que l’admission  du traitement avec ARV commence dès l’annonce de l’état sérologique.Un aspect est souligné, c’est que le patient du VIH peut se retrouver dans l’ignorance de son état sérologique, du fait qu’il existe  la phase asymptomatique de l’infection à VIH. Il indique  que cette phase est très variable et dépend des facteurs d’un patient à un autre.La phase asymptomatique peut aller au-delà de 10 ans, avec maintien des lymphocytes CD4 à des taux assurant une immunité acceptable. Il ne faudrait pas non plus débuter le traitement ARV de façon tardive.

Quand le patient présente des infections opportunistes majeures non maîtrisables.Les patients co-infectés doivent savoir que les ARV sont disponibles et leur priseest une urgence. La prise des ARV peut commencer au moment opportun.

Il y a une classification qui indique le mode du traitement des ARV. D’où, il existe un consensus selon lequel déterminant quel dose administrer, dit le médecin James.  Pour un patient au stade 4, soit au stade du SIDA maladie, quel que soit le taux de CD4; pour les patients au stade 3 avec un taux de CD4 < 350 \mm3; aux lymphocytes totaux <1200\mm3;pour les patients au stade, avec les CD4<200\mm3; pour les patients au stade 2 avec les lymphocytes totaux < 1200\mm3.

Tout patient remplissant les critères d’éligibilité doit être référé  auprès d’un médecin, pour sa mise sous t3 ARV, a conclu le médecin.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse