Traite des personnes et le trafic illicite des migrants: Pour la mise en place du Comité national de lutte contre ces fléaux du siècle

par -
0 213
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est le vice-ministre de l’Intérieur et Sécurité, Basile Pongo, qui a clôturé l’atelier de renforcement des capacités nationales sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants en République démocratique du Congo. Organisé par son ministère et en collaboration avec le programme d’action ACP-UE et l’Organisation internationale pour les migrations, ce séminaire avait pour nature de doter les services publics ayant en charge cette question, des outils nécessaires susceptibles d’affronter et de trouver des solutions idoines quant à ce.

Il devait aussi permettre d’améliorer les connaissances par l’acquisition des notions de base et des termes fondamentaux afin d’instiller une connaissance commune et consolidée sur la traite des personnes. Outre l’aspect formation des formateurs, l’accent devait être mis à profit pour réfléchir sur la possibilité de la création et de la mise en œuvre rapide d’un Comité national de lutte contre la traite des personnes et le trafic des migrants.

Dans son discours, le vice-ministre de l’Intérieur a indiqué que la formation des formateurs constitue une étape cruciale dans la lutte contre le phénomène de traite des personnes et du trafic illicite des migrants, car elle a permis de constituer un corps de formateurs chargé de relayer les connaissances et pratiques acquises aux acteurs étatiques et non étatiques à travers tout le territoire national et même auprès des missions diplomatiques.

Pour sa part, le représentant du chef de mission de l’OIM, Mamadou Ngom a souligné que cet atelier a été un moment indiqué d’apprentissage et de partage des informations sur la lutte contre la traite des personnes, soit une question de violation des droits de l’homme. En Rdc, rappelle-t-il, les trafiquants usent de plusieurs moyens (menaces, contraintes, tromperies, etc.). Toujours pour la Rdc, ces cas se concentrent au niveau des carrés miniers, par la force, mais aussi à cause de la prostitution.

Tout en insistant sur la nécessité de mettre en place un cadre formel de lutte contre la traite des personnes, le représentant duc chef de mission de l’OIM pense que ceci permettra de contribuer à une plus grande responsabilisation des personnes concernées. Il a terminé son discours par réitérer l’engagement de son institution à accompagner techniquement la Rdc, mais aussi par la rédaction des lois.

De son côté, le représentant des participants a remercié Mme Diop, leur formateur, qui les aura donné des outils nécessaires dans la lutte contre ce fléau du siècle. Il a émis le vœu que tous les bénéficiaires se soudent pour constituer une synergie et pour endiguer ce fléau du monde moderne. Et ce, afin de mutualiser les efforts et rendre service aux Congolais.

Soulignons que plusieurs thématiques ont été développées lors de cet atelier. Il s’agit de la définition des concepts clés que sont la traite des personnes et le trafic de personnes migrants, les éléments constitutifs, les points de convergence et de divergence ; définition et typologie de la migration ; le contexte juridique et politique relatif à la problématique de la gestion des flux migratoires en République démocratique du Congo ; les différentes phases de la traite des personnes et l’ampleur de ce phénomène sur le plan mondial et sous régional ; les causes fondamentales de la traite des personnes et son impact sur les victimes ; les techniques d’identification, le rôle de la protection et d’assistance aux victimes ; les techniques d’identification, le rôle de la protection et d’assistance aux victimes de la traite des personnes.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse