Traçabilité des bois congolais sur le Fleuve Congo: Aggée Matembo s’en va-t’en guerre contre la transaction, l’achat, la vente et sciage des bois

par -
0 355
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Les tenanciers des ports pointés du doigt

La République Démocratique du Congo est l’un des pays au monde qui joue un rôle important dans la protection de l’environnement car, en 1975 elle avait suggéré la rédaction de la Charte de la Nature qui avait été votée à l’ONU le 28 octobre 1982.  C’est un document très important sur la protection de l’environnement. Trois ans après soit 1978, le Congo en sa qualité de membre de l’Organisation Africaine du Bois, « OAB » en sigle, avait démontré qu’elle détient 48 % des forêts d’Afrique et dans le cadre de la  COMIFAC pour les forêts denses et humides, la RDC détient 60 % des forêts. En plus de ses forêts, la République Démocratique du Congo détient 50% d’eau douce en contient africain. Bref, elle joue un rôle très important sur le plan mondial dans le domaine de l’environnement, d’une part à cause de ses ressources naturelles, et d’autre part à cause de sa conscience écologique. Et maintenant pour pousser assez loin ses préoccupations de protection de l’environnement, arrivera-t-elle à créer un FOND NATIONAL POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT afin de disposer des moyens appropriés pour les actions de parades et ou d’atténuation des impacts de certaines activités sur l’environnement ?

Pendant qu’au ministère de l’Environnement et Développement Durable s’ouvre l’atelier national de validation de la stratégie nationale d’assainissement, le vice-ministre Aggée Aje Matembo se lance sur la voie de connaitre et poursuivre la traçabilité des bois provenant des forêts congolaises. La République  Démocratique du Congo, deuxième poumon mondial de l’économie verte est victime de spoliation de son  bois qui entraine par voie de conséquence un manque à gagner conséquent dans le trésor public.

Pourtant, les bois sont en même d’apporter un plus dans l’économie du pays. Qu’à cela ne tienne, le Vice-ministre de l’Environnement et Développement Durable a, au cours d’un échange avec les tenanciers des différents ports qui longent le fleuve Congo, a mis une bouchée double dans la traçabilité des bois qui proviennent des forêts et qui échappent au contrôle de son ministère.

Trois points ont figuré à l’ordre du jour, entre Son Excellence Monsieur Aggée Aje Matembo, vice-ministre et les tenanciers des parcs à ports notamment

L’état de lieu de la situation des parcs aux ports ; la constitution d’une équipe de vérification ou de contrôle sur terrain et les divers.

Parlant de l’Etat de lieu de la situation des parcs aux différents ports de Kinshasa, Son Excellence Aggée Aje Matembo a procédé par une série des questionnaires auxquels les tenanciers devraient apporter leur contribution.  Le cas de le dire est de savoir Combien de procès-verbaux des saisis existent-ils aux ports ?  Pourquoi les assujettis ne viennent pas payer les taxes de l’Etat ? Pourquoi les exploitants forestiers artisanaux et leurs clients se livrent-ils au sciage et aux transactions des grumes et bois sciés sans payer les taxes de l’Etat ? Pourquoi la pratique de vendre, acheter et scier les bois sur les ilots et le long du fleuve continue-t-elle ?

Ces questions ont constitué une sorte de préambule devant baliser le chemin des obstacles que rencontre le Ministère de l’Environnement et Développement Durable dans la traçabilité des bois par la paie de taxes. « Nous constatons aussi l’installation dans les différents ports des tronçonneuses et des scies mobiles qui favorisent l’exploitation irrégulière des bois et le coulage des recettes. Toutes ces pratiques violent les textes légaux en la matière et l’Etat est perdant au détriment des individus » a dit Son Excellence Monsieur le Vice-ministre lançant la balle dans le camp des tenanciers à résoudre ce nébuleux problème qui fait perdre de l’argent à l’Etat. « J’attends vos réactions quant à ce !  Donnez les pistes de solutions », a-t-il renchéri.

Cependant, pour être plus efficace, Son Excellence Aggée Aje Matembo a constitué une équipe de contrôle qui aura pour mission de vérifier la situation sur les parcs et prendre des mesures efficaces quant à ce. Situation qui cause le coulage de recettes qui consiste à la vérification de la provenance des bois ; son espèce coupée et les documents y afférents justifiant l’autorisation de la coupe de bois.

Les tenanciers des ports sont tenus au respect des textes légaux qui permettent au Ministère de l’Environnement et Développement Durable de couvrir  ses droits fiscaux. Dans le même registre, il a été question d’évaluer les ports viables et ceux non viables. Ces derniers devront être fermés puisqu’occasion la fuite de l’économie verte ; mais aussi il est question de regrouper les différentes scieries exposées sur les ilots, en ce qu’elles favorisent le sciage des bois près à être vendus sur le marché mais qui échappe au contrôle dudit Ministère.

Cette situation ne peut s’améliorer de manière efficace que si seulement si le Ministère des Transports et Voies de communication, qui gère la voie fluviale s’implique en interdisant aux tenanciers des ports d’aller au-delà des heures de service. Puisque le Vice-ministre Aggée Aje Matembo Toto avait-il constaté, le dérapage dans ce domaine et point des doigts les tenanciers qui favorisent ce coulage des recettes de l’Etat.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse