Tout en rejetant les simulacres des réunions de réconciliation, UDCO : Sept cadres dissidents bientôt entendus par la commission d’arbitrage

par -
0 397
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’Union pour le développement du Congo (UDCO), parti politique membre de la Majorité Présidentielle, nous apprenons que les sept anciens membres déchus de leurs fonctions au sein dudit parti, à travers des simulacres des réunions de réconciliation et en particulier celle annoncée dans les médias pour le samedi 12 août dernier, agissant sans titre ni qualité en violation des lois de la République et des statuts du parti, tentent vainement de semer la confusion au sein de l’opinion nationale en usurpant le label DUCO en dehors des structures du parti légalement établies. Et ce, parce qu’ils ont été mis au parfum de la restructuration du parti tant à Kinshasa que dans les provinces, sans oublier la convocation imminente d’un congrès à Lubumbashi.

Raison pour laquelle, dans un communiqué signé par M. Christophe Kubiha Mushizi, Vice-président national, le Comité directeur de l’UDCO demande à tous les militants du parti, dans toutes les fédérations de la République, de rester vigilants et mobilisés derrière le président national Jean-Claude Masangu Mulongo et sous le leadership de l’Autorité morale de la Majorité Présidentielle, Joseph Kabila Kabange, en attendant la tenue à Lubumbashi, siège national du parti, du Congrès extraordinaire qui sera convoqué endéans les 30 jours.

Toutefois, pour vider définitivement les conflits internes au sein de l’UDCO, le Comité directeur convie les 7 cadres dissidents à répondre à l’invitation qui leur sera adressée dès la semaine prochaine par la commission d’arbitrage constituée en vertu de l’article 21 des statuts de l’UDCO qui stipule : « en cas de conflit interne, une commission d’arbitrage composée des membres neutres, notamment ceux appartenant à d’autres fédérations, sera constituée pour rétablir les responsabilités en vue de la réconciliation parfaite et durable ».

Des militants opposés

Ayant pris connaissance de cette tentative infructueuse des dissidents à travers les réseaux sociaux, nombreux sont les cadres et militants qui se sont opposés à cette réconciliation. Pour l’honorable Vicky Katumwa, l’UDCO n’a plus de président a i, parce qu’il existe l’acte de Lubumbashi désignant le président Jean-Claude Masangu à la tête du parti. Cette liste (publiée dans les réseaux sociaux) comporte du faux parmi ses signataires, car l’honorable Mudumbi n’est plus président ai depuis l’acte de Lubumbashi. Pour elle, quand les prémisses sont fausses, la conclusion ne peut que l’être aussi.

Un autre militant qui a requis l’anonymat s’exprime en ces termes : « Nous sommes un parti politique membre de la Majorité Présidentielle et nous disons non à tout le détracteur qui cherche par tous les moyens à déstabiliser l’UDCO, parti cher à Jean-Claude Masangu Mulongo, notre Président National », dit-il. Et ce, pendant qu’un autre cadre reste ferme : « Nous ne sommes pas d’accord avec une quelconque réconciliation avec des gens qui ont injustement injurié les gens et ont fait des déclarations sur tous les médias en défaveur de l’UDCO, héritage d’un homme d’État feu Baudouin Banza Mukalay », martèle-t-il, avant d’ajouter que sur ce, ils n’ont qu’ à passer sur tous les médias demander pardon à tous les militants et militantes de l’UDCO pour des injures injustes proférées à la personne de son chef de fil, Jean-Claude Masangu Mulongo.

Et d’insister sur le fait qu’ils doivent demander juste le pardon et reconnaître que l’UDCO à un président national, en la Personne de Jean-Claude Masangu Mulongo. Et une restructuration du Parti s’avère très importante pour bien définir les objectifs. Le Congrès de Lubumbashi a conféré à Jean-Claude Masangu Mulongo le Poste de Président National et Autorité Morale de l’UDCO. Donc il n’y a pas d’intérimaires dans notre parti. Tout droit vers le Congrès. Non à la table de négociations et oui à la reconnaissance du mal pour le pardon.

Un autre militant évoque même les saintes écritures. A l’en croire, la sagesse déclare que: « Celui qui a déjà tué, le peut encore parce qu’il n’oublie pas la formule pour tuer ». Voilà pourquoi une lettre de réintégration et une nouvelle fiche d’adhésion leur conviendraient le mieux après études et analyse de leurs dossiers.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse