Tout en étant engagé à Madame Thérèse Bomboko Mwika: Olivier Kamitatu se marie à Irène Bwiti

par -
0 1672
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Décidément, les acteurs politiques de la République Démocratique du Congo souffrent de la constance conjugale. Pour les uns, ils abandonnent leurs amours de la jeunesse, épouses et mères de leurs progénitures, et pour les autres, ils contractent l’union conjugale tout étant marié à la recherche de la jeune fille au bois dormant. Cette compétition conjugale de vouloir se rajeunir à la fraicheur de la jeunesse se termine souvent par un drame, lequel déstabilise le foyer, après s’être servi et savouré l’amour de la jeunesse de son épouse. Cette dernière ressemble à celle fredonnée par le Grand chanteur  Bialu Madilu Système « Il m’abandonne parce que mes seins ont perdu de leur fraicheur, ignorant que ce sont les mêmes seins qui ont allaité ses enfants ; il m’abandonne parce que mon ventre devenu mou, comme de l’accordéon, et c’est dans ce même ventre qui a gardé en vie ses enfants pendant neuf mois ».

Ainsi va la « vie des Hommes », avait-il chanté Lokangala Lwa Djo Pene, dit Franco Luambo Makaidi, décriant ainsi le comportement des hommes qui abandonnent leurs épouses au profit de la nouvelle venue.  La victime cette fois ci n’est autre que Madame Bomboko Mwika Thérèse. Mère de cinq enfants, abandonnée par son époux, le G7 Olivier Kamitatu Etsu. Ce dernier à la recherche de l’alternance politique au sommet de l’Etat, contre Joseph Kabila après avoir participé à la gestion du pays, l’applique dans son couple, avec le mariage contracté au Portugal, avec Madame Irène Bwiti. L’heureuse élue, coépouse de Madame Thérèse Bomboko Mwika, l’une des filles Justin Marie Bomboko Lokumba se voit charmer son époux, jusque-là légalement marié avec la fille Bomboko Justin. En toute illégalité, Olivier Kamitatu se marie à Madame Irène Bwiti, habillés en Dupont Dupont, de la belle aventure de Tintin, illustre l’image du nouveau couple illégale.

En croire nos sources bien indiquées, le mariage de Monsieur Olivier Kamitatu Etsu et Irène Bwiti contracté outremer est en violation de la législation congolaise du fait, que le divorce n’étant pas encore prononcé, le porte-parole du G7 tombe sous le coup de la justice. Cette dernière, par nos sources bien fouinées, ont procuré à la Rédaction du Quotidien L’Avenir l’Assignation de Divorce signée en date du 27 juin 2017, ai donné assignation en divorce à Monsieur Olivier Kamitatu Etsu, ayant élu domicile au cabinet de son Avocat Conseil, Maitre Jean Pierre Ilaka Kampusu, sis au n° 4955 de l’avenue la Gombe, dans la Commune de la Gombe.

Il faut rappeler que Monsieur Olivier Kamitatu est marié civilement à Madame Thérèse Bomboko Mwika, dans une union conjugale contractée à Kindshasa, le depuis le 24 Août 1996 et régi par le droit congolais et constaté par l’Acte de mariage, sous le régime de la séparation des biens, et de cette union sont nés cinq enfant, ci-après dénommés : Marie Josée Kamitatu Sona, née à Kinshasa, le 27 septembre 1987 ; John Kamitatu Kedy, né à Kinshasa, le 04 juin 1991 ; Philippe Kamitatu Estu, né à Kinshasa, le 02 juin 1993 ; Vassilia Suzanne Kamitatu Musawu, née à Bruxelles en Belgique, le 17 mai 1997, et enfin Jérémie Joseph Kamitatu Lewa, né à Kinshasa, le 19 avril 2005.

En dépit de cette union conjugale, le patron de l’Alliance pour le Renouveau du Congo/G7 du Rassemblement de Limete tombe sous le coup de laviolation même des règles religieuses. Dieu exhorte les frères et sœurs, par le nom de Jésus

Christ, à tenir tous in même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment. Renseigne les Saintes Ecritures.  Car, Dieu ne reconnaissant pas cette union, écrit dans la Sainte Bible ce qui suit « Es-tu lié à une femme (Thérèse Bomboko Mwika) ne cherche pas à rompre ce lien ; n’es-tu pas lié à une femme (Thérèse Bomboko Mwika), ne cherche pas une femme (Irène Bwiti), renseigne 1 Corinthiens 7 : 27

Dans un autre livre de Saint Paul aux Romains, l’apôtre écrivit au chapitre 7 :1 ce qui suit « Ignorez-vous, frères, car je parle à de gens qui connaissent la loi, que le loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit ? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant, mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre »

Ceci explique cela, qu’il faut refuser les jeunes car, lorsque la volupté les détache du Christ, elles veulent se marier, et se rendent  coupables en ce qu’elles violent leur premier engagement. Avec cela, étant oisives, elles apprennent à aller de maison en maison, et non seulement elles sont oisives, mais encore causeuses et intrigantes, disant ce qu’il ne faut pas dire, c’est dire inciter l’homme marié a abandonné son épouse. Et Dieu insite pour dire, malheur à celui qui sépare ce qu’il a uni.

Ceci étant, Olivier Kamitatu s’étant lié avec Madame Irène Bwiti, tout étant marié à Madame Thérèse Bomboko Mwika, viole non seulement la loi divine qui ne reconnait pas la polygammie, mais également la loi de la République pour avoir trompé son épouse et mère de ses enfants. En toute logique, le mariage contracté au Portugal avec Madame Irène Bwiti ne pas reconnu par l’Etat congolais dont il prétend diriger demain par alternance à soutenir le candidat G7, non pas politique, mais conjugale cette fois-ci.

Si nos dirigeants d’aujourd’hui ne respectent pas les préscrits même de la loi du pays, se mariant sans être divorcé, comment peuvent-ils être modèle de respect de nos lois ? Le code de la famille ainsi violé, émane de la Constitution, celle-ci même à la base de la déconficture entre les anciens sociétaires de la MP devenu frondeur au G7 qui exigeait son respect. Comment peut-on violé la loi réglementaire, du Code de la Famille, mais exiger des autres de respect la loi fondamentale ? C’est un paradoxe dans la vie politique, de dire une chose et son contraire à la fois. Qui dit mieux ! Parlons-en !

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse