Tourisme: Kinshasa compte organiser le salon « Malebo »

par -
0 512
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cette annonce a été divulguée au cours de l’entretien que le Ministre provincial de la culture, des arts et du tourisme de la ville de Kinshasa a fait lors l’édition 2016 de la Foire Internationale Indaba au Durban en Afrique du Sud. Tout en restant confiant sur le minimum que possède sa ville, Ruffin Bayambudila est revenu sur la problématique infrastructurelle de Kinshasa, du modèle touristique sud-africain  et sur le projet de l’organisation d’un salon national du tourisme congolais, qui pour lui, sera le miroir des merveilles que détiennent le Congo.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous dire les objectifs assignés par la ville dans cette Foire Indaba 2016

Nous sommes venus présenter Kinshasa dans cette rencontre, par Kinshasa toute la République Démocratique du Congo, mais il y a plus que cela à travers cette participation nous visions le changement d’image de la RDC en particulier de notre capitale. Comme Indaba est un grand salon du tourisme qui draine du monde avec des gens venus de tous les horizons, nous pensons à travers cette plateforme changer et améliorer l’image de Kinshasa et de la RDC en général.  C’est cela le défis que nous nous sommes assignés ici.

Les infrastructures et la mise en valeur du paysage touristique sud-africain vous inspirent-ils pour Kinshasa ?

Votre question soulève toute la problématique de l’industrie touristique en République Démocratique. Déjà, il faudra dire que les sud-africains n’ont pas la moitié du potentiel de la RDC. Ça veut dire que le nôtre est grand, extrêmement grand. Là n’est pas le problème, mais il se situe du côté de l’organisation managériale, de la politique et de la stratégie. C’est en cela que nous devons travailler et nous sommes en train de travailler. Actuellement, si l’Afrique du sud peut ramener dans sa caisse beaucoup plus de devises dans le secteur du tourisme à nous autres, c’est simplement parce que les sud-africains se sont réveillés plutôt par rapport à nous et s’y se sont mis avant nous et très bien. Donc, Nous n’avons qu’à suivre l’exemple des autres. C’est pourquoi, d’ailleurs, nous sommes à Indaba, qui est Top Travel Show, c’est-à-dire en ce qui concerne le voyage et le tourisme, il est le premier salon. Nous nous inspirons d’eux pour pouvoir faire la même chose.

Il faut aussi dire que nous avons aussi un projet  Malebo, qui devrait nous permettre de lancer avec le concours du Ministère du tourisme national. C’est sera un salon du tourisme Made in Congo, mais quand on dit « Malebo » on voit avant tout Kinshasa. Nous ne trainons pas les pieds, nous avons la main dans la pâte. Nous espérons que ça ira.

Avez-vous une idée sur l’image préconçue que certains se font sur la ville de Kinshasa ou la RDC ?

D’abord, nos propres compatriotes à l’étranger ne vendent pas la bonne image du pays. Voilà. Et pour l’étranger, c’est quoi la RDC : pour d’aucun, c’est un pays en guerre alors que la guerre est loin derrière nous. Pour d’autres, un pays instable politiquement, pauvre, la jungle,…. C’est n’importe quoi ! Nous devons changer cette image-là. Si nous devons parler en termes de sécurité, dans l’une des villes de ce pays, le taux de la criminalité est plus élevé que chez nous. On vous dit à travers le monde qu’il ne faut pas aller à Kinshasa, ce n’est pas sûr, alors qu’il n’y a pas plus sûr que Kinshasa. Citez une ville où vous pouvez vendre de l’argent au su et au vu de tous sans être inquiété à part Kinshasa ?

Pouvez-vous estimer la durée des travaux pour un Kinshasa véritablement touristique ?

Kinshasa est déjà touristique. Au départ c’est ce qu’il fut avoir en tête, Kinshasa est déjà touristique. Avec le minimum que nous avons, nous pouvons faire mieux. Il y a plein de pays d’Afrique assez moins lotis que le nôtre mais qui profitent du boom touristique. Je souligne qu’il y aussi un plan d’aménagement de la ville de Kinshasa qui est en cours et qui est suffisamment avancé en termes de schéma stratégique et d’orientation. Je pense que dans un futur proche, on se mettra encore à améliorer et je dois le signaler qu’en termes d’hospitalité, nous avons actuellement plusieurs unités hôtelières et restaurants, plusieurs sites touristiques,… bref nous avons déjà le minimum sur lequel nous devons travailler.

Monsieur le Ministre, pouvons-vous savoir en termes de pourcentage, ce que représente le tourisme dans le budget ?

Actuellement il est assez faible. En deçà de 1%, nous sommes en train de nous battre pour aller au-delà et faisons en sorte que le secteur du tourisme soit productif.

 

(Onassis Mutombo, de retour de Durban)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse