Tina Lobondi veut propulser les mannequins congolais à l’international

par -
0 482
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A 30 ans, Tina Lobondi pense déjà à ses frères et sœurs de son pays natal. Modéliste et styliste de mode, la jeune Tina Lobondi est à la base de plusieurs projets d’encadrement de la jeunesse congolaise à travers son association Esimbi. Sa marque, « Tina Lobondi », est aussi une collection adulée par les célébrités. Pour en parler, la jeune demoiselle nous a accordé une interview au PullMan Hôtel lors de son séjour pour le compte du Congo Fashion WeeK.

Si on vous demandez de vous présenter, que diriez-vous ?

Merci d’abord de l’intérêt. Tina Lobondi est une marque que j’ai créée il y a cinq ans maintenant. On est basé à Londres, une marque qui fabrique des prêts à porter et de la couture. Toutes les collections sont visibles sur mon site internet. J’ai habillé des célébrités comme Angélique Kidjo et tant d’autres, …

S’agissant de moi-même, j’ai défilé un peu partout dans le monde. Je fais régulièrement Mercedes Benz Fashion Week d’Afrique du Sud qui est un grand événement dans notre domaine. J’ai aussi une association Esimbi qui a pour but de promouvoir la culture congolaise et l’éducation pour les jeunes des milieux défavorisés.

Parlez-nous de vos activités sur terrain ?

Nous avons organisé, en collaboration avec Congo Fashion Institute, une journée pédagogique devant plus de deux cents étudiants à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers (Isam) sur l’entreprenariat dans le secteur de la mode. On a échangé sur les péripéties de notre métier et les défis qui nous entendent.

Ce 19 octobre, nous allons organiser une compétition pour plus de quatre cent enfants de quatre orphelinats à Kinshasa. Et, on va faire ce genre d’événements tous les trois mois en vue de pouvoir créer une communauté et des événements permanents à Kinshasa pour pérenniser Congo Fashion Week.

Vos projets ne visent que Kinshasa ou comptez-vous aussi les étendre ?

Non, je vais l’étendre partout dans le Congo, mais je commence d’abord par Kinshasa puisque c’est la ville où je suis né personnellement, notre capitale. C’est vrai, on voulait établir avant tout notre projet ici avant de s’étendre dans les autres villes. C’est vrai aussi qu’on reçoit tellement d’emails des mannequins et des stylistes, pour recevoir des formations gratuites. C’est pourquoi on s’y attèle.

Puisque vous parlez des formations, quelles sont les conditions pour y participer ?

La condition est de vouloir apprendre. Avoir un but à poursuivre. Les gens qui nous ont contactés ont vraiment la motivation de faire quelque chose dans leur vie. Le but majeur, c’est de leur donner une plateforme et une opportunité d’atteindre leurs buts.

Au niveau de ma structure, on a beaucoup de projets pour l’année prochaine, surtout pour les mannequins congolais. Nous comptons créer des opportunités pour pouvoir les amener dans les défilés internationaux que je vais organiser à l’étranger dans les grandes villes telles que Johannesburg, New York, Paris, pour vraiment qu’on puisse avoir une industrie forte qui puisse montrer les autres que le Congo a ses talents.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse