Théâtre de chez nous

par -
0 1047

Le groupe « Salongo » célèbre ses 40 ans au studio Mama Angebi et à Béatrice Hôtel

Crée à l’initiative du feu Tshitenge N’Sana, producteur-réalisateur-metteur en scène congolais, ayant œuvré à l’actuelle Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC), la troupe théâtrale mythique dénommée groupe « Salongo » totalise cette année 40 ans d’existence. A l’occasion de ce jubilé d’argent, elle organisé une série d’activités notamment deux prestations au studio Mama Angebi (RTNC) le samedi 21 novembre 2015 et à Béatrice Hôtel le vendredi 20 novembre 2015. Une collaboration du réseau de télécommunication Airtel Congo décidé à revaloriser cette série télévisée qui a fait la pluie et le beau temps des téléspectateurs. D’ailleurs, Lanine Mbiye a expliqué la motivation de cet accompagnement en termes clairs : « C’est une manière de fêter ces 40 ans dans le respect de nos valeurs du dynamisme et de solidarité ». A cet effet, deux acteurs comédiens de cette télé dramatique continuant à séduire de nombreux amateurs du théâtre populaire se sont prononcés.  Elombe Sukari  a déclaré que les quarante ans passés ont été très enrichissants en expérience et nous continuerons toujours à satisfaire les amoureux du cinéma dans le cadre de la promotion de la culture congolaise. Pour sa part, Kwedi Mayi Mputu  a tranché court : « 40 ans, c’est l’âge de la maturité… ».

Pour leur part, les représentants des familles des acteurs disparus dont Matufweni dit « Ebale Mondial », «  Inga », «  Monoko », « Mabrikoko buel buel », « Doudou Ngafura », « Nsengu ça va passer »  et autres, pour ne pas évoquer ceux qui sont malades, recherchent du soutien pour la survie de leurs descendances, tel « Sonzo ».

Le groupe « Salongo » a réalisé beaucoup d’épisodes des réalités sociales de la communauté congolaise, avec des messages expressifs sans dédicaces communément appelés «  mabanga » en vogue actuellement. L’avantage est qu’ils n’ont pas connu la concurrence médiatique comme aujourd’hui, à leur époque, l’unique chaine de télévision faisait leur popularité. Des pièces telles « Muana Nsusu » ou encore « Dialo contre Sans souci » ont fait le plaisir des salons.

Pourquoi pas les faire honneur à travers une décoration pour les 40 ans d’âge ? Sinon, proposer des projets honorifiques tel le « Prix Ebale Mondial » initié par Masumu Debrindet, dont on entend plus d’échos.

 

(Franck Ambangito)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse