Tempête apaisée

par -
0 560
Des évêques membres de la CENCO lors d’une conférence de presse le 02/12/2016 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Ça va vite, franchement. Déjà J-7 ! Les gouvernants du monde ont plus de mille tours dans leurs sacs, en tout cas. La communauté internationale n’avait plus de choix. En Rd Congo, le dialogue l’emporte astucieusement sur le conclave et en fait une bouchée. Sans être tenu par le Code de bonne conduite de la CENCO, Conférence épiscopale nationale du Congo, il y a là des choses qui fâchent. Mais ce qui compte, ce sont les bons, rien que les bons offices sous la houlette des prélats.

C’est en effet ce qui restait au pape, à en croire un édito d’alors, lorsque François recevait Joseph Kabila à la Cité du Vatican. Tant que tous ou presque tous les gros légumes ici se revendiquent une appartenance à l’église-mère, l’on dirait bien ‘’ils se sont tu. Ils ont courbé l’échine. Le Saint-Père avait parlé. Bienvenue au Centre interdiocésain… !’’. Toutefois, au rythme du qui vive, loin de tout esprit moutonnier, sans qu’il ne soit exclu qu’il y ait une grosse main invisible sur la nuque, à voir même les montagnes se déplacer et prendre part bon enfant à ces assises.

Là aussi, on risque de donner raison à celui qui a dit que chaque génération, l’histoire se répète. Mgr Utembi de Kisangani fera, à la virgule près, ce qu’avait fait Mgr Monsengwo alors lui aussi archevêque de Kisangani, il y a de cela environ 25 ans. Le second avait joué son tango lors de la CNS, Conférence nationale souveraine. Les Zaïrois avaient certes trouvé leur compte d‘une manière ou d’une autre. Un nouvel ordre politique a été imprimé à la faveur de la CNS. Quant au premier, il porte une lourde responsabilité en rapport avec le dialogue politique, un rendez-vous de tous les enjeux. S’il joue mal, les jours sont comptés, ça sera des cris et des grincements de dents !

Mais visiblement la tempête est en voie d’être apaisée. Pourvu que ça dure ! La tension a sensiblement baissé depuis que les dieux et les démons, c’est selon,  ont accepté de se mettre autour d’une table. Validation de mandat, Code de bonne conduite, travail en commissions,… le Gouvernement ou du moins la personne du Premier ministre Samy Badibanga, la Céni et l’organisation des élections dans toutes ses séquences, la gestion consensuelle de la période avant d’en arriver là… en un temps record, la mission est délicate mais pas désespérée. On sait que le grand du boulot a été fait en amont et que c’est l’heure de récolter juste les grosses signatures. Pourvu que le peuple y retrouve vite du sourire. Au pays comme au lointain, tous les yeux ronds grandement ouverts sont rivés sur le feu rouge et vert du J-7. Que X ou Y grince des dents en aval, peu importe !

(Emmanuel Badibanga)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse