Tandis que Kazumba requiert la priorité de l’action gouvernementale: La communauté des babindji salue l’avènement du gouverneur Denis Kambayi

par -
0 136
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la « tempête » soulevée par le phénomène Kamwina Nsapu, la reprise en main de la situation par le gouvernement de la République sous l’égide du Président Joseph Kabila Kabange est chose louable.  Cette déclaration émane du Vice-président de la communauté des babindji du Congo, COBICO et notable de Kazumba, le professeur Roger–Vincent Kapalay (voir photo). « Les membres de la COBICO saluent l’élection du gouverneur Denis Kambayi à la tête de la province du Kasaï central. Cela étant la suite logique de la visite de pacification effectuée par le Président de la République  et qui a bien voulu lancer, en septembre dernier, la conférence de paix à travers l’espace kasaïen », a indiqué le professeur. Et d’ajouter : « Pour avoir souffert comme bastion de la cohorte Kamwina Nsapu, en effet, Kazumba requiert le légitime bénéfice de la priorité de l’action gouvernementale », a-t-il insisté. Dans cet ordre d’idée, l’orateur se félicite que la conférence pour la paix ait mobilisé la base, partant des  chefs-lieux jusqu’aux secteurs via les territoires. Car il était souhaitable voire logique que la base s’implique et s’approprie les efforts de paix et de réconciliation.

L’avènement du gouverneur Denis Kambayi est un motif de fierté pour les babindji, qui reconnaissent au nouvel élu les qualités d’un homme de terrain, d’un mobilisateur et  partant, d’un conciliateur,  a renchéri l’orateur.

« La visite du Président Joseph Kabila à Kananga avait enchanté et mis en confiance les autochtones et les ressortissants du Kasaï central. En ceci que cela avait produit l’effet de déblayer le terrain à l’avènement d’un temps nouveau tourné vers l’avenir, a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Auparavant, les militaires qui s’étaient déployés notamment au territoire de Kazumba, avaient été d’un apport psychologique appréciable pour la population locale », a-t-il constaté. Pour l’heure, nous lançons un appel pressant au gouvernement de la République et aux ressortissants du Kasaï central, afin que l’avenir de notre chère province soit envisagé  dans l’urgence, la cohabitation et la réconciliation, a-t-il réitéré.

Quid de Kazumba 

Le territoire de Kazumba est composé de neuf (9) secteurs dont trois habités par les babindji : Kavula, Mboïe et Tshitadi. Et six secteurs des lulua : Mbululu, Musuasua, Mutefu, Matamba , Kafuba et Miyowa. Les échanges locaux incluent quasi essentiellement sur les produits du champ et de l’élevage. Quant à leurs pratiques religieuses, les populations locales sont catholiques, protestants et Kimbanguistes.

L’incursion de la milice Kamwina Nsapu avait tout foutu en l’air de l’ordre établi.  Les agresseurs ayant pris le contrôle de la situation, avaient mis en débandade l’élite locale. Donc, tous ceux détenant un niveau d’études ou une spécialité, avaient quitté Kazumba par la pointe des pieds. Dans  leur déchaînement, les assaillants avaient saccagé des villages entiers : les bureaux de l’Administrateur du territoire, les bureaux du secteur ont tout perdu notamment des archives et des documents courants, des écoles et des institutions de santé empêchées de fonctionner.  Il est temps, estime l’orateur, de battre le rappel des troupes, pour que les énergies se remobilisent autour du nouveau gouverneur et fils du terroir, en vue d’un lendemain prometteur à Kazumba. Ce territoire avait pris le poids majeur de tous les massacres décriés. Pour l’orateur, en effet, l’après- conférence de paix et l’élection du nouveau gouverneur de province  donne lieu à  l’apaisement.  Et cela, non pour que les gens s’endorment sur leurs lauriers, mais pour envisager l’avenir dans l’engagement dans l’action. L’heure a sonné, mobilise-t-il, pour rappeler toutes les populations traumatisées, à regagner les villages. Cela équivaut à mettre en confiance les populations déplacées. Pour relever le pari de la relance, en effet, le Vice-président de la COBICO appelle l’ensemble des leaders politiques du coin à pouvoir lancer un message d’encouragement à la base, et de soutien au nouveau gouverneur de province. « Par ailleurs, il est souhaitable que les animateurs d’institutions de santé qui se comptent parmi les élites délocalisées contre leur gré, regagnent le secteur. Cela, a-t-il insisté, est d’autant plus pressant qu’il est impératif de mettre en place le dispositif permanent de lutte contre les épidémies, dont le choléra qui risque de replonger le coin dans une pauvreté indescriptible, si rien n’est envisagé à court terme.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse