Sur instruction du Chef de l’Etat: Matata Ponyo visite la Cimenterie Kongo (CIMKO) et PPC Barnet

par -
0 739
Une vue du Premier ministre entouré par les membres de la Troïka stratégique
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sur instruction du Président de la République, le Premier ministre Matata Ponyo a conduit une délégation gouvernementale dans la province du Kongo Central, pour se rendre compte de l’évolution des travaux de construction de deux nouvelles cimenteries. Il s’agit de la cimenterie Kongo (CIMKO) et la cimenterie PPC Barnet. Le Premier ministre s’est fait accompagner des membres de la Troïka stratégique (le ministre d’Etat et ministre du Budget, le ministre des Finances, celui de l’Economie et le Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC). L’on a aussi noté la présence du vice-ministre du Plan.

Au pied de l’avion à Lukala, le Chef de l’exécutif national a été accueilli par le Gouverneur de province Jacques Mbadu et quelques autorités provinciales. Après le passage des troupes en revue, Matata Ponyo a démarré la tournée par la localité de Minkelo où se trouve la Cimenterie Kongo (CIMKO), réalisé pour un investissement global de 300 millions des dollars Us et capable de créer 400 emplois directs et 10 milles indirects.

La production attendue au dernier trimestre 2016

Après l’intervention des responsables de la Cimenterie Kongo (CIMKO), Matata Ponyo a tenté de synthétiser la rencontre. « Nous avons vu ensemble le développement physique du projet et il tend vers la fin. Chemin faisant, on nous a dit que dans trois semaines, il y aura le premier sac. Mais certains spécialistes disent fin novembre », dit-il. Mais le plus important, selon Matata, c’est le dernier trimestre 2016. Toujours selon le Premier ministre, le plus important, c’est aussi le nombre de tommes, 1.2oo tonnes, quatre fois plus que la CILU. Et ce, avec la nouvelle technologie venant du Danemark.

Et de poursuivre, vous avez évoqué la lourdeur fiscale, avec un produit qui arrive à 70 dollars et qu’il faut 180 dollars Us. Heureusement que nous avons sur la table le Gouvernement du Congo central, de même que les membres du Gouvernement central. « Nous devons y travailler, parce que c’est le fait des services centraux qui sont sur place ». Il a rappelé qu’il y a beaucoup de services qui peuvent contribuer à la cherté du sac de ciment.

En réponse à quelques problèmes posés au Gouvernement, Matata Ponyo a expliqué que l’argent de la TVA et toujours remboursé à l’investisseur. « Nous nous occupons de tout ce qui peut gêner votre production, comme la concurrence déloyale ou l’importation frauduleuse du ciment gris », dit-il, avant d’ajouter que sur instruction du Président de la République Joseph Kabila Kabange, l’industrie locale doit être protégée et nous travaillons dans ce sens. Nous sommes là pour nous rassurer et nous allons lui faire rapport.

Pour le reste, souligne-t-il, nous allons travailler ensemble pour voir comment les infrastructures, les services fiscaux, administratifs, bref tout l’accompagnement pour que votre usine soit la meilleure. « Au nom de tous mes collègues, nous remercions le groupe Rawji pour la présentation, mais aussi pour la visite. Ça nous permet de confirmer que la révolution de la modernité n’est pas un slogan vain, mais une réalité vivante »… Nous sommes fiers de voir que les fils et filles du Kongo central sont devenus les cadres moyens. Car, près de 90% sont des Congolais, seulement 10% sont des expatriés. Et l’usine permet de créer près de 400 emplois directs et 10.000 indirects.

Une très bonne impression de Matata

Pour terminer sa mission dans la province du Kongo Central, Matata Ponyo a manifesté la satisfaction de toute sa délégation au regard de l’évolution des travaux. « Nous sommes venus vivre la réalité de la politique de production menée par le Gouvernement sous le leadership de Joseph Kabila », martèle-t-il. Pour lui, la révolution de la modernité, socle de sa politique, n’est pas un vain mot. Ces deux usines avec un financement de près de 700 millions, ont été conçues au cours de ce mandat et vont commencer la production toujours au cours de ce mandat.

Louant la qualité des machines, Matata Ponyo a révélé que ce sont des machines d’une production très moderne, avec des économies d’énergie, avec une production de haute qualité. Et ce sont les usines qui donnent la main d’œuvre, pour l’essentiel à la population congolaise, parce que près de 90% des cadres supérieurs et moyens, sont des Congolais. La main d’œuvre qualifiée est essentiellement congolaise et nous trouvons ici un site totalement modernisé. Et je crois que de ce point de vue, nous ne pouvons qu’être satisfaits.

« Nous les membres de la Troïka stratégique, nous sommes venus voir pour nous rendre compte que tous les avantages fiscaux d’investissements contenus dans le Code des investissements, ont profité à ces entreprises et que le chemin critique a été atteint. Et nous sommes confiants, parce que toutes les deux entreprises nous promettent de lancer le premier sac de ciment avant la fin de l’année. Nous-mêmes nous avons vécu et nous sommes conscients que la production pourra être effectivement lancée avant la fin de l’année », rassure le Chef de l’exécutif national.

Et de préciser qu’une production locale vaut plus que celle importée. Une production locale rentre dans le processus de création des richesses. Du début de la production jusqu’à la sortie du sac de ciment, il y a tout un processus qui implique la main d’œuvre locale, qui implique le paiement des taxes et impôts, bref, la production locale a une valeur ajoutée de loin supérieur que la production importée. Quand vous importer, vous financer la production extérieure, vous financer le développement d’autres pays, vous financer les revenus d’autres citoyens et là nous avons deux usines de production qui financent la modernisation des infrastructures, qui financent.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse