Sur France 24, Félix Tshilombo révèle : « Profiter du rapatriement du corps pour semer le chaos »

par -
0 453
Félix Tshisekedi et son ami et complice Katumbi
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Vendredi 23 juin sur France 24, Félix Tshilombo Tshisekedi, fils biologique d’Etienne Tshisekedi et actuel président du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement/aile Katumbiste, a livré quelques vérités sanguinaires se cachant derrière le rapatriement et l’organisation des obsèques de son défunt père à Kinshasa. L’homme était allé au-delà de ce que l’opinion attendait de lui. Alors que tout le monde connait les vérités sur le retard de l’organisation des obsèques causé par l’Udps et la famille biologique du sphinx de Limete, Félix Tshilombo accuse le pouvoir d’être à la base de toutes les manœuvres. Dans sa fourberie,  il pense qu’il y aurait fin du régime actuel dirigé par le Président Joseph Kabila Kabange au jour du rapatriement de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi, comme pour inciter déjà la population à la haine et à la violence. Un acte que condamne même la Constitution de la République : l’incitation à la haine.

« Le pouvoir a très peur du rapatriement du corps d’Étienne Tshisekedi. Ils se sont dit dans la tête que le peuple va profiter de l’occasion pour mettre fin au régime », tiré de l’extrait Félix Tshisekedi devant ses partenaires médiatiques de France 24.

Insoucieux de près de six mois que le corps de son père traine dans un caveau, « Fatshi » comme on l’appellerait par ses proches, a démontré à toute l’opinion comment les choses se préparent de leur côté pour embraser le pays d’ici décembre 2017. Ce ne sont plus les élections qui les intéressent, mais plutôt la rue pour prendre de force le pouvoir, et, avec la raison des funérailles de leur ancien leader. Si s’en est ainsi, faut-il continuer de garder Tshisekedi loin de toute imagination ? Comment un fils dit biologique, et même politique peut-il manquer du respect à son père jusqu’à ce niveau ? Oui, il donne de la matière aux services de sécurité de la République, qui doivent être très sévères au jour du rapatriement du corps inerte de son père. De ses propos, même ses compagnons, à l’exemple du Sg Kabund dont les relations avec Félix ne vont pas suffisamment bien, ne seraient pas d’accord avec le fils de maman Marthe.

 

Félix ne croit pas au compromis trouvé entre famille et pouvoir

Après la signature d’un communiqué conjoint entre le Gouvernement de la République et la famille biologique d’Etienne Tshisekedi représenté par Mgr Mulumba, le Felix brave tout le monde. Alors que ce compromis fixe même le lieu d’enterrement de l’ancien opposant historique, bien que la date du rapatriement ne soit pas encore connue. Hélas, Fatshi accuse toujours le gouvernement de blocage car, selon lui, il ne veut pas apposer sa signature sur le document final. Il pense que la raison de ce soi-disant refus serait politique.

Ironiquement, le Secrétaire général adjoint de l’Udps assure que sa priorité est d’organiser des hommages à feu son illustre père. Comment ? Là, Félix n’a pas de réponses.

Il réaffirme par ailleurs que l’enterrement de son Père dans la commune de la Nsele sera provisoire, question pour eux (Rassemblement) d’obtenir l’alternance. Mais si cela est le cas, Tshilombo doit attendre les élections qui seront organisées dans le délai convenu dans l’accord du 31 décembre 2016.

 

Félix Tshisekedi veut sa mort derrière le nom de Kabila

Certains médias nationaux comme internationaux, croient que le message de Félix Tshilombo sur France 24 est une alerte dure au chef de l’Etat Joseph Kabila. Malheureusement, l’homme s’enfonce lui-même, car ni le peuple, ni certains de ses partenaires, personne n’a confiance en lui. Il reprend la rhétorique déjà entendue ailleurs, selon laquelle : « Kabila marchera sur mon corps pour se maintenir au-delà de 2017 ». Sur base de quels éléments le président du Rassemblement Katumbiste se permet-il de s’exprimer ainsi ? Même dans son introspection, l’homme se dit qu’il est allé trop loin sur quelque chose qui n’arrivera même pas. « Se maintenir au-delà de 2017 », à en croire à la volonté politique de Joseph Kabila Kabange d’emmener les congolais aux élections, serait une affirmation calomnieuse à l’endroit d’un chef de l’Etat. « Marcher sur son corps », Félix veut se faire un héros sans histoire politique ou professionnel connue.

L’homme qui n’a même pas à dire à ses combattants, minoritaire qu’il soit, jure aussi de faire partir du pouvoir Joseph Kabila, avec ou sans élections, avant 2018. La grande question, sur base de quel mécanisme ? Car tout le monde attend les élections dont la CENI poursuit le processus normalement, d’abord par l’enrôlement des électeurs. Félix Tshisekedi, qui a rejoint ses collabos du G7 dans ses propos apocalyptiques, n’a plus de chance dans ce pays. Les Congolais sont donc invités à la vigilance pour mettre en déroute tout celui qui est considéré comme ennemi de la paix.

(Altesse)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse