Suite aux tueries perpétrées dans le Grand Kasaï: Les évêques de l’ASSEPB décrètent une journée de prière et de solidarité

par -
0 395
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans un message du 13 mai des évêques membres de l’Assemblée épiscopale provinciale de Bukavu (ASSEPB) parvenu au Groupe L’Avenir, les prélats catholiques  de Bukavu, de Butembo, de Kindu, d’Uvira et de Kasongo lancent un cri d’alarme face à la dégradation de tous les fondamentaux, tout en exhortant la population de faire un choix judicieux lors de prochaines élections qui pointent à l’horizon.  Aussi, les évêques décrètent  une journée de prière et de solidarité en faveur des frères et sœurs du Grand Kasaï et de tous les autres compatriotes qui traversent des moments difficiles d’insécurité en ces jours, sur toute l’étendue de la Rd Congo, ce 31 mai, fête de la visitation, fin du moins marial et de prière du Rosaire pour la paix.

Les évêques de cet espace qui se sont retrouvés à Uvira, du 08 au 15 mai 2017 ont fustigé la prolifération des bandes armées. En effet, créées pour résister à un ordre politique inacceptable, elles finissent par engendrer un calvaire imposé à leurs frères et sœurs. Les évêques constatent aussi une dégradation des conditions sociales, consécutives entre autres à la dévaluation de la monnaie qui entraine la diminution du pouvoir d’achat des populations, l’explosion du chômage des jeunes, favorisant la grogne sociale, le banditisme et le recrutement des jeunes dans les innombrables milices. Cette insécurité entretien la pauvreté, entraine le dépeuplement des campagnes et contribue par là à une urbanisation sauvage accompagnée de la paupérisation et de la promiscuité. « L’abandon d’une partie de l’économie extractive en faveur d’une exploitation sauvage, nationale ou étrangère, alimente les mécanismes pervers qui transforment la bénédiction divine sur le Congo en malédiction. Ainsi les ressources minières nationales du pays sont aujourd’hui qualifiées ironiquement de minerais du sang », souligne le message.

En dépit de cette situation peu reluisante, les prélats catholiques demandent au peuple congolais de ne pas abandonner la mission noble de la politique à certains leaders irresponsables. Et ce, parce que l’exercice direct du pouvoir politique relève de la compétence exclusive du laïcat qui constitue l’essentiel du souverain primaire. Pour parvenir à ces fins, interpelle l’ASSEPB, il ne suffit pas seulement de renouveler la classe politique, mais il faut encore changer de mentalité. « Soyez judicieux dans votre choix. Elisez les candidats sur base de valeurs personnelles de compétence et de probité et sur base de programmes politiques pertinents. Abandonnez l’esprit de clientélisme et adoptez un esprit citoyen et républicain.  Et les évêques d’insister que la politique ne soit plus pour nous un lieu de déchainement de violence et de vengeance, mais un espace de vérité, d’émulation, de fraternité retrouvée et de collaboration dans la promotion du bien commun ».

Aux leaders sociopolitiques, il leur est recommandé un ressourcement aux valeurs politiques et/ou aux valeurs morales et religieuses parmi lesquelles celles de l’enseignement social notamment sur la dignité humaine, le bien commun, la justice sociale, la paix et le travail. Aux pasteurs et aux services ecclésiaux, les évêques recommandent une sollicitude particulière pour la diffusion et l’enracinement de cet enseignement dans les consciences et dans la culture. Aussi, décrètent-ils une journée de prière et de solidarité en faveur des frères et sœurs du Grand Kasaï et de tous les autres compatriotes qui traversent des moments difficiles d’insécurité en ces jours, sur toute l’étendue de la Rd Congo, ce 31 mai, fête de la visitation, fin du moins marial et de prière du Rosaire pour la paix.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse