Suite aux derniers affrontements à Tshikapa: L’Association « Femmes et opprimés » dénonce l’utilisation des mineurs dans les rangs de miliciens

par -
0 635
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ville de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï a connu du 03 au 05 décembre 2016 des événements de triste mémoire. Il s’agit de l’entrée d’une milice que certaines langues ont attribuée au feu aspirant chef de groupement Kamwena Nsapu Mpandi. Deux jours avant, une psychose avait gagné du terrain faisant état de la présence de ces hommes dans le secteur de Tshikapa à Biakabomba, localité de Mbawu. Préoccupé par la situation, le Gouverneur a. i, M. Kantokola Kabwe s’est rendu jusqu’à une vingtaine de Km en direction de Mbawu pour se rendre personnellement compte de la question. Dans sa suite, le Dircaba du Gouverneur, le Maire de Thikapa et son Parsec, deux journalistes, deux policiers, un protocole provincial et un chauffeur et le chef de Groupement de Bena Kasuba.

Il s’est révélé à l’issue de cette mission que la prétendue milice attribuée au feu Kamwena  Nsapu était un montage de M. Mbawu Nkanka qui voulait à tout prix s’emparer du pouvoir coutumier qu’exerce son neveu Mbawu Mutela, d’où la création de cette milice en utilisant les mineurs de ce village et des environs pour troubler l’ordre public et défier le pouvoir. Ces milices ainsi crées sèment la terreur et la désolation en s’attaquant aux militaires et policiers. Ces milices de Mbawu  Nkanka sont descendues même dans la ville de Tshikapa tuant les policiers et les militaires, brulant les Commissariats de la Police comme pour défier le pouvoir, le Vice-Premier ministre et  ministre de l’Intérieur est descendu à Tshikapa accompagné des autorités provinciales dans le rétablissement de la paix. On ne badine pas avec l’Etat, les forces régulières ont démontré que le pouvoir de l’Etat est au-dessus de toutes les prétentions. Le bilan de ces affrontements fait état de plus ou moins douze militaires et policiers tués, ainsi que plus de 18 miliciens, plusieurs blessés. Certaines milices et commanditaires seraient également tombés dans le filet des vaillants militaires et policiers.

Evariste Boshab a eu le temps de s’entretenir avec les chefs coutumiers, la population, un seul message «  l’unité et la vigilance ». Le patron de l’Intérieur a demandé aux chefs coutumiers de cultiver la paix. L’Exécutif provincial qui a toujours prêché l’unité se dit satisfait du rétablissement de l’autorité de l’Etat et félicite les forces de l’ordre pour l’engagement et la volonté très manifeste jusqu’aux sacrifices suprêmes pour la nation. Marc Manyanga a décrété par son arrêté un couvre-feu sur l’ensemble de la ville de Tshikapa pour maintenir cette paix et poursuivre jusqu’au dernier retranchement les vendeurs des illusions et ceux-là ; qui le jour voient la nuit.

ADEDEFO dénonce

Profitant de la célébration du soixante huitième journée internationale des droits de l’homme, placée sous le thème « Défendre les droits des personnes aujourd’hui », la Coordonnatrice de l’Association pour la défense des droits des enfants, femmes et opprimés « ADEDEFO » a dans une déclaration faite le 10 décembre dénoncé l’utilisation des mineurs dans les rangs de la milice de M. Mbawu Nkanka et exige une enquête minutieuse. Philomène Mwamba Lukadi condamne également la tuerie des mineurs dans ces échauffourées .Elle a félicité par contre la population qui est restée neutre durant ces événements, malheureux avant de réitérer son soutien à la CENCO pour que les pourparlers encourent aboutissent à un consensus plus large pour une paix durable dans au pays.

(Lukengu Laurent / Tshikapa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse